Mitsubishi-A5m

Mitsubishi A6M Zero

Mitsubishi-F1m2

Vue d'un chasseur Zero Vue d'un chasseur embarqué Zero (code Allié 'Zeke').

Le célèbre chasseur embarqué Zero (Zero-sen, ou encore Rei-sen), fut conçu par Jiro Horikoshi pour répondre de manière exacte à la spécification 12-Shi de 1937, émise par la marine impériale japonaise. L'avion résultant fut l'appareil de combat japonais le plus répandu en service opérationnel. Deux prototypes, désignés A6M1, et dotés d'un moteur radial Mitsubishi Zuisei 13 de 780 ch, furent construits, et le premier vol fut effectué début avril 1939. La production fut commencée en 1940, avec le A6M2 Model 11, la seule modification majeure étant le montage d'un moteur plus puissant Nakajima Sakae 12 de 940 ch. Une évaluation en service opérationnel, avec une quinzaine de machines, fut effectué par la suite en Chine, et la marine impériale accepta officiellement le type à la fin juillet 1940.

Le Model 11 fut fabriqué en environ 65 exemplaires, et le Model 21, doté d'extrémités d'ailes repliables pour embarquement sur porte-avions, fut mis en production, à la suite, en novembre 1940. Ce modèle était la version majeure pour la marine impériale au moment de l'attaque de Pearl Harbor, début décembre 1941, cependant à la mi-1941, fut présenté le A6M3 Model 32. Cette version était identique au premier A6M2, à l'exception de son moteur à compresseur Sakae 21 de 1.300 ch. Les performances de cette machine furent ultérieurement améliorées par l'adoption d'ailes d'une envergure réduite et la suppression des extrémités repliables. Cette modification avait apporté une vitesse supérieure grâce à la trainée réduite et un meilleur roulis, mais elle avait réduit le rayon d'action et la manoeuvrabilité, et les plans dans leur pleine envergure (sans extrémités repliables), furent remis sur la version A6M3 Model 22.

Lors des combats aériens au-dessus de Guadalcanal, au début de l'année 1943, il commença à apparaître que le Zero ne pouvait plus maintenir la supériorité initiale qu'il avait par rapport aux chasseurs ennemis. Donc, le A6M5 Model 52 fut développé, en conservant le moteur Nakajima Sakae 21, mais avec des ailes d'une envergure réduite, en substance, celles du Model 32, avec cependant, des extrémités arrondies à la place de celles anguleuses. Plusieurs sous-types furent présentés, tous en 1944, A6M5a Model 52A (ailes renforcées et augmentation de la quantité de munitions), A6M5b Model 52B (armement augmenté et protection par blindage), et A6M5c Model 52C (protection par blindage augmentée, armement deux canons de 20 mm dans les ailes, et trois mitrailleuses Type 3 de 13,2 mm, une de capot et deux dans les ailes). Le Model 52C fut produit principalement pour palier la non disponibilité du nouveau chasseur embarqué Mitsubishi A7M1, mais son poids total supérieur avait un tel effet pénalisant sur ses performances, que comparativement, il fut construit en un petit nombre.

Le A6M6c Model 53C était équipé d'un moteur Sakae 31 doté d'un système d'injection de méthanol, de réservoirs de type auto-obturant, et il pouvait emporter des roquettes sous les ailes. Quand les approvisionnements de moteurs Sakae furent compromis par les continuelles attaques aériennes alliées, la variante A6M8c Model 54C dotée d'un Mitsubishi Kinsei 62 de 1.500 ch, et armée seulement de quatre mitrailleuses logées dans les ailes, fut présentée. En 1945, Mitsubishi construisit environ 465 exemplaires d'une version bombe volante, le A6M7 Model 63, et plusieurs centaines de Zero, dans toutes les versions, furent aussi convertis en machines destinées à des attaques suicide. La fabrication totale du Zero, en comptant tous les modèles, atteignit environ 10.940 exemplaires à la fin de la guerre. Mitsubishi construisit environ 3.880 machines, mais le principal constructeur fut Nakajima, dont les usines fabriquèrent environ 6.220 Zero basés à terre, et environ 330 exemplaires de l'hydravion à deux stabilisateurs désigné A6M2-N. En plus, une conversion biplace destinée à l'entraînement, désignée A6M2-K, fut construite par Hitachi et l'arsenal naval de Sasebo, préfecture de Nagasaki, en environ 510 exemplaires. Egalement quelques machines de type A6M5-K furent fabriquées par Hitachi, et l'arsenal naval de Omura, préfecture de Nagasaki.

Un A6M2 Model 21 était doté d'un armement comprenant deux mitrailleuses Type 97 de calibre 7,7 mm logées sur le haut du capot du moteur, et un canon Type 99-1 de calibre 20 mm monté dans chaque aile. Le chasseur pouvait aussi emporter une bombe de 130 livres (60 kg) sous chaque plan. Le chasseur Zero était extrêmement maniable, doté d'une bonne vitesse ascensionnelle, et son rayon d'action était élevé. Cependant pour obtenir ce niveau de performances, les concepteurs avaient du faire un avion léger (d'un poids largement inférieur à celui d'un F4F Wildcat, par exemple), dépourvu de tout blindage, et non équipé de réservoirs de type auto-obturant. La cellule était majoritairement faite dans un nouvel alliage d'aluminium gardé secret, et développé par Sumitomo Metal en 1936, et la partie centrale du fuselage et les ailes étaient construites d'une seule pièce, alors que les appareils américains de l'époque étaient fabriqués séparément et ensuite assemblés. Le mode de construction japonais était plus long, mais donnait une cellule plus rigide contribuant à la maniabilité. L'envergure ne dépassait par douze mètres afin de pouvoir loger l'avion dans les hangars des porte-avions japonais. En 1941, le Zero, grâce à ses qualités de vol, et son armement, acquit rapidement une redoutable réputation, et il était même un sérieux opposant, en combat tournoyant (dogfight) face aux Spitfire menés par des pilotes de la R.A.F.

Cependant un chasseur japonais presque intact put être capturé près de l'île Akutan, mer de Béring, îles Fox, Aléoutiennes, en juillet 1942, alors que l'appareil participait à une attaque aéronavale dans ce secteur, menée par les porte-avions Jun'yō et Ryūjō (cadre de la bataille de Midway, début juin 1942). L'appareil put être remis en état, et étudié par les Américains, Il apparut que les commandes des ailerons du chasseur devenaient dures à partir d'une certaine vitesse, ce qui nuisait aux manoeuvres, que le moteur se coupait lorsque l'accélération devenait négative, et que l'appareil tournait beaucoup plus facilement vers la gauche que vers la droite. Les études révélèrent aussi la structure légère dépourvue de tout blindage. En tirant parti de ces observations, les aviateurs alliés purent mettre au point des tactiques appropriées permettant de bien mieux combattre le chasseur japonais.


- En complément, vue et plan d'un Mitsubishi A6M2 Model 21 Zero-sen embarqué sur le porte-avions Sōryū, engagé dans l'attaque de Port Darwin, Australie, février 1942.

Source partielle : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson.

A6M2                
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 940 ch                       Nakajima Sakae 12                                 
Envergure/Span 12,00 m    Longueur/Length 9,06 m     Hauteur/Height 3,05 m     Poids total/Weight 2.410 kg       
Vitesse/Speed 535 km/h à 4550 m    Plafond/Ceiling 10.000 m   Autonomie/Range 1.870 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens