Anzani-3 cylindres 1909

Armstrong Siddeley ASX

Armstrong siddeley-Double mamba

Vue d'un réacteur Armstrong Siddeley ASX (photo : Jane's fighting aircraft of World War II) Vue d'un réacteur Armstrong Siddeley ASX (poussée maximale 2.600 lbf, 1.180 kgp).

La compagnie Armstrong Siddeley avait été impliquée dans le développement de turbines à gaz pendant plusieurs années, mais le seul moteur conçu par cette compagnie dont les détails pouvaient être publiés pendant la Deuxième Guerre mondiale était l'unité à flux radial ASX. Les premiers essais de ce propulseur furent effectués en avril 1943.

Le réacteur ASX était composé d'un compresseur axial à 14 étages, d'une turbine à deux étages alimentée par onze chambres de combustion placées autour du compresseur, parallèlement à l'axe du moteur. L'entrée d'air était formée d'une série d'ouvertures situées autour du propulseur vers la partie terminale des chambres de combustion. Le cheminement du flux était assez original, l'air entrait par les ouvertures, venait dans le compresseur axial en direction de l'avant du moteur, entrait dans les chambres de combustion (flux inversé) ou le mélange avec le combustible était brûlé, puis sortait en passant par la turbine, vers l'arrière du moteur. Cette architecture permettait une plus grande compacité, bien que la réduction globale dans le cas de l'ASW fut assez limitée. Aussi cette disposition limitait l'accès au compresseur, bien que sur les moteurs modernes, ce fut la partie chaude qui généralement nécessitait la plus grande maintenance.

Un réacteur ASX pouvait fournir une poussée maximale de 2.600 lbf (1.180 kgp), à la vitesse de rotation de 8.000 tr/min, au niveau de la mer. En vitesse de croisière, la vitesse de rotation était de 7.500 tr/min, la poussée atteignant 2.050 lbf, 930 kgp). Le poids à sec était de 865 kg, la diamètre était de 1,068 m) pour une longueur, en incluant le cône de queue et la buse de propulsion, de 4,24 m. Le taux de compression global était de 5:1 et la température en entrée de turbine atteignait 660°C.

Ce réacteur fut testé en vol fin septembre 1945, le moteur étant monté dans la soute à bombe d'un Avro Lancaster VI modifié, immatriculation ND784. Par la suite, son développement ne fut pas poursuivi, mais l'expérience acquise par Armstrong Siddeley dans le domaine de turbines axiales permit à cette société de reprendre, en 1948, les études et le développement du Sapphire initialement conçu par Metropolitan-Vickers Electrical Co., Ltd. (Metrovick)

Le turbopropulseur dérivé, Armstrong Siddeley ASP était un ASX équipé d'une prise de force pour entraîner, via un boîtier réducteur, une hélice ou deux hélices contre rotatives. Cet moteur développait 3.600 CV avec une poussée résiduelle de 1.110 lbf (500 kg) Ce turbopropulseur qui connu un certain succès fut monté, comme l'Armstrong Siddeley Python ou le Rolls-Royce Clyde sur l'avion d'attaque embarqué Westland Wyvern.


Source partielle : site web Wikipedia.

Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresRéacteursRéacteurs