Albatros-D.v

Albatros W.4

Aleksandrov-kalinin-Ak-1

Vue d'un hydravion biplan Albatros W.4 (origine : Fighters 1914-1919 - Kenneth Munson) Vue et plans d'un hydravion biplan de chasse Albatros W.4 de la marine impériale allemande (Kaiserliche Marine), basé sur les côtes des Flandres, automne 1917.

L'Amirauté allemande, perturbée par les attaques contre ses bases d'hydravions, le long des côtes des Flandres, émit une spécification, durent l'été 1916, pour un chasseur monoplace de défense de stations. Comme pour le Hansa-Brandenburg KDW, le moyen le moyen le plus simple pour répondre rapidement à cette demande, était d'adapter un appareil existant, et la compagnie Albatros Flugzeugwerke conçut un chasseur hydravion basé sur son modèle de chasseur terrestre de type D.I. Le nouvel appareil, désigné W.4, utilisait un grand nombre de composants de l'avion d'origine, mais les ailes étaient d'un envergure augmentée de un mètre, et l'espace entre le plan supérieur et le fuselage était aussi plus grand. La dérive arrière ventrale du D.I avait été supprimée, et la dérive de type standard et les plans de queue étaient, en correspondance, d'une taille supérieure. Le biplan était monté sur deux flotteurs de section carrée.

En septembre 1916, le premier W.4 (prototype, numéro de série 747) fut livré à la marine allemande. Il fut suivi d'une seconde machine, à la fin de ce même mois, puis d'une troisième en décembre. Le moteur était un éprouvé Mercedes D.III en ligne, et le chasseur était équipé d'une paire de mitrailleuses Spandau de calibre 7,92 mm, montées sur le haut du fuselage, et tirant de chaque côté du bloc moteur. Entre février et avril 1917, les dix premiers exemplaires de production (cn de 902 à 911) furent livrés. Ils étaient dotés de flotteurs plus affinés montés sur des mâts revus, et d'un cockpit plus petit. D'autres lots de vingt, dix, environ vingt-cinq, trente et encore vingt W.4 furent livrés par la suite, ce qui porta le total à environ 120 machines fournies en décembre 1917. Certains biplans faisant partie des dernières séries avaient un radiateur monté sur l'extrados du plan supérieur, côté droit, en remplacement des radiateurs Windhoff placés sur les côtés du fuselage, et étaient dotés d'ailerons montés sur les deux plans. Egalement, des flotteurs de formes variées furent utilisés.

Le W.4 fut principalement employé le long des côtes des Flandres, mais certains furent signalés en action, dans la zone de la mer Egée. Au moment ou les hydravions des derniers lots de production étaient livrés, le W.4, fondamentalement un chasseur intérimaire, commençait à être remplacé, par l'hydravion biplace ayant une vitesse équivalente, mais étant mieux défendu, Hansa-Brandenburg W.12.

Le W.4 avait une autonomie importante, il était rapide, manoeuvrant, doté d'une bonne puissance de feu, et il donna une bonne image de lui-même, durant sa brève carrière opérationnelle contre les hydravions alliés, mais il rencontra une opposition un peu plus sérieuse face aux derniers hydravions du R.N.A.S. (Royal Naval Air Service). Ce biplan monoplace pouvait monter jusqu'à 1.000 mètres en cinq minutes.

Plans d'un hydravion biplan Albatros W.4 (origine : Fighters 1914-1919 - Kenneth Munson)


Source partielle : Fighters 1914-1919 - Kenneth Munson.

ALBATROS W.4        
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 160 CV                       Mercedes D.III                                    
Envergure/Span 9,50 m     Longueur/Length 8,50 m     Hauteur/Height 3,65 m     Poids total/Weight 1.070 kg       
Vitesse/Speed 160 km/h à 0 m       Plafond/Ceiling 3.000 m    Autonomie/Range 3 heures  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918