Ansaldo-A.1

Ansaldo S.V.A.5

Antoinette-Monobloc

Vue d'un biplan Ansaldo S.V.A.5 (origine : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson) Vue et plans d'un biplan de reconnaissance Ansaldo S.V.A.5 (3ième Gruppo Aeroplani, Corpo Aeronautica Militare, front italien, juin 1918).

Les biplans S.V.A. qui rendirent un excellent service auprès des forces aériennes italiennes durant la dernière année de la Première Guerre mondiale était dus principalement au travail de Umberto Savoia et de Rodolfo Verduzio (le terme S.V.A. était issu des initiales des noms Savoia-Verduzio-Ansaldo). Le développement d'origine était celui d'un chasseur monoplace et avait commencé en 1916, il fut ensuite repris par Giovanni Ansaldo en tant que projet propre. Cependant, comme cette machine promettait, le constructeur put bénéficier d'un appui massif du gouvernement italien et la compagnie Ansaldo eut les moyens de se développer si largement que la série des S.V.A. fut la seconde plus largement construite parmi les avions italiens de la guerre 1914-1918.

Le premier prototype du S.V.A. vola pour la première fois début mars 1917, c'était un élégante machine avec un mince fuselage recouvert de feuilles de contre-plaqué et des ailes de faible section reliés par des mâts montés suivant le schéma Warren. Ce montage breveté en 1848 par James Warren et Willoughby Theobald Monzani était basé sur des triangles équilatéraux alternés de manière à ce que les éléments travaillent soit en tension, soit en compression, mais pas en torsion (ce type est encore utilisé pour la construction de fuselages d'avions légers, la cellule du Piper J-3 Cub était aussi basée sur ce principe). La vitesse, le rayon d'action et le plafond de cette machine étaient largement supérieurs à ceux des appareils italiens en service à ce moment, mais une faiblesse au niveau de la manoeuvrabilité par rapport au chasseur Hanriot HD.1 firent que les forces aériennes italiennes décidèrent de l'employer dans des missions de reconnaissance et bombardement léger.

La production fut démarrée à l'automne 1917, la première version produite par Ansaldo étant le S.V.A.4 qui fut mise en service en février 1918 (une version à envergure réduite construite par A.E.R. fut désignée S.V.A.3, (Ridotto) elle fut employée en peu d'occasions pour la défense nationale et pour d'occasionnelles missions de reconnaissance à partir du printemps 1918). Le S.V.A.4 était doté d'un moteur S.P.A. 6A (Società Piemontese Autobomili) de 220 CV et était équipé des de deux mitrailleuses Vickers de 7,7 mm synchronisées tirant vers l'avant. Une arme pouvait être démontée quand une caméra de reconnaissance était installée. Une petite charge de bombes atteignant 90 kg (200 livres) pouvait aussi être emportée.

La version majeure monoplace fut le S.V.A.5 dérivé du S.V.A.4 avec quelques variations mineures et le même moteur. Ces deux modèles furent employés, tout les deux pour des missions de bombardement au-dessus des Alpes vers l'Autriche et l'Allemagne et le long de l'Adriatique. Ils permirent aussi la prise de vues photographiques d'un grand intérêt durant les campagnes d'été et d'automne en 1918 qui débouchèrent sur la réédition de l'Autriche. Un petit nombre de S.V.A. terrestres fit partie d'une escadrille de la marine italienne dotée d'un équipement mixte, ces machines étant évaluées comme possible bombardiers lanceur de torpilles. Environ cinquante machines de type hydravion doté de deux flotteurs furent produits en 1918 pour des missions de défense des bases navales et de patrouille le long des côtes italiennes.

Différents moteurs, incluant le Lorraine-Dietrich de 200 CV et l'Isotta-Fraschini V.6 de 250 CV furent testés durant l'année 1917. Plus tard, le moteur Isotta fut choisi pour la variante biplace apparue en 1918. Ce type comprenait le modèle de formation non armé S.V.A.9 et le S.V.A.10 de reconnaissance et bombardement. Cette dernière machine fut mise en service en août/septembre 1918, elle était équipée d'une mitrailleuse fixe Vickers tirant vers l'avant et d'une Lewis orientable dans le poste arrière.

Les capacités des S.V.A. à parcourir de longues distances furent démontrés à maintes reprises durant les derniers mois de la guerre. En septembre 1918, le prototype effectua sans escale un vol de 1.450 km (900 miles). En février 1919, deux appareils (sur les sept partants) effectuèrent un trajet de Rome à Tokyo, parcourant ainsi 18.105 km (11.250 miles) en 109 heures de vol.

Les S.V.A. furent produits à environ 1.250 exemplaires et restèrent de nombreuses années en service dans l'aviation italienne, dans leur pays d'origine et en Afrique du Nord, ils ne furent finalement retirés du service que dans les années 1930. Par la suite, de nombreux exemplaires furent employés dans les écoles et les clubs civils. D'autres furent utilisés comme avions de sport ou de course en Italie et aux Etats-Unis. Des machines militaires furent aussi exportées en Argentine, Equateur, Pérou et en Lettonie.


Plans d'un Ansaldo S.V.A.5 (front italien, juin 1918). Plans d'un biplan Ansaldo S.V.A.5 (origine : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson)


Source partielle : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson.

ANSALDO S.V.A.5     
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 220 CV                       S.P.A. 6A                                         
Envergure/Span 9,10 m     Longueur/Length 8,10 m     Hauteur/Height 3,20 m     Poids total/Weight 1.050 kg       
Vitesse/Speed 230 km/h à 0 m       Plafond/Ceiling 6.000 m    Autonomie/Range 4 heures  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918