Allison-T56

Anzani 3 cylindres

Anzani-5 cylindres

Vue d'un moteur Anzani 3 cylindres Moteur Anzani trois cylindres, refroidissement par air, 1909 (vue agrandie, Gallica, Agence Meurisse, 1909).

Ce moteur (type Calais-Douvres) créé par Alessandro Anzani (1877-1956) équipait le Blériot XI qui permit à Louis Blériot de traverser la Manche en juillet 1909. Ce propulseur était de type semi-radial à refroidissement par air, trois cylindres en éventail à 60°, sa puissance était de 25 ch à 1.600 tr/min pour un poids à vide d'environ 65 kg, en incluant les volants d'un poids total d'environ 25 kg. Avec la tuyauterie, le carburateur, la bobine et les accumulateurs, le poids atteignait 73 kg.

Les cylindres percés de petites ouvertures circulaires dans le bas et en face avant, étaient en fonte, les pistons recevaient deux segments, les bielles estampées étaient montées sur un maneton commun boulonné entre deux volants en acier d'un poids de 12 kg chacun. Les trous de fond de course pratiqués dans les cylindres permettaient un échappement anticipé partiel par le fond du cylindre, ce qui diminuait l'échauffement des culasses, ils permettaient également de combler le vide à la fin de la course d'aspiration. Le carter était en aluminium et se déboîtait dans le plan des bielles. La cylindrée était de 3,377 litres (alésage de 10,5 cm, course de 13,0 cm). La distribution était assurée par des soupapes d'admission automatiques, et des soupapes d'échappement inversées commandées séparément par une came indépendante avec poussoir entraînée directement par un pignon. L'alimentation était constituée d'un carburateur de marque Gourvelle fournissant le mélange aux cylindres via trois pipes. Le cylindre du milieu qui bénéficiait d'une meilleure aspiration, profitait d'un enrichissement de son alimentation grâce à une ouverture percée dans la tuyauterie. L'allumage se faisait par accus (courant de 5 volts), avec une bobine triple, un rupteur et un distributeur. Ce propulseur consommait 19 litres de carburant à l'heure, et 2 kg d'huile.

Ce moteur était dérivé de celui d'une moto de compétition, type Hoffman, conçu par Anzani vers 1905. L'usine de fabrication de cet inventeur était située à Courbevoie, elle fut rachetée, plus tard, par Henri Potez.

La firme Anzani, ou sa filiale anglaise British Anzani Engine Co. créée en novembre 1912, produisirent également des moteurs plus puissants, comme le trois cylindres radial en Y (alésage 105 mm, course 120 mm) de 35 ch, le cinq cylindres radial de 50 ch, le six cylindres radial (alésage 90 mm, course 120 mm) de 45 ch, le six cylindres radial (alésage 105 mm, course 120 mm) de 60 ch (ou 75 ch), le dix cylindres radial (alésage 105 mm, course 140 mm) de 100 ch (montage sur les Caudron G.3 et G.4 vendus en Grande Bretagne), ou le quatorze cylindres radial double étoile de 150 ch, ces propulseurs étant tous à refroidissement par air.


- En complément, publicité pour les moteurs Anzani, nouvelles usines à Courbevoie, parue dans "Les Aéroplanes de 1911", 1913, Raymond de Gaston.
- Autre complément, vue d'un moteur trois cylindres en éventail Anzani, monté sur un Blériot XI, et entraînant une hélice bipale en bois. Meeting Melun-Villaroche 2018.



Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresMoteurs à pistonsMoteurs à pistons