Agusta-A-129 mangusta

Agusta Westland AW159

Agusta westland-Aw189

Vue d'un AW159 (photo : JN Passieux, Salon du Bourget 2013) Vue d'un hélicoptère militaire Agusta Westland AW159 (Wildcat AH.1) de l'Army Air Corps (branche de la British Army). Immatriculation ZZ392, cn 490. Salon du Bourget (Paris Air Show 2013), exposition statique Finmeccanica.

L'Agusta Westland AW159 est un hélicoptère multi-rôles, maritime et utilitaire, à deux turbines dérivé de la très répandue famille des Westland Lynx qui a été utilisée par de nombreux opérateurs pendant plus de trente ans. Désigné un moment Future Lynx ou Lynx Wildcat, il a été commandé par la Royal Navy et la British Army, avec une mise en service opérationnelle en 2014 pour l'Army et en 2015 pour la Navy.

Les études pour le projet de remplacement des Lynx par un dérivé du Super Lynx 300 dataient de 2002. Les spécifications devaient correspondre aux programmes Surface Combatant Maritime Rotorcraft (SCMR) et Battlefield Light Utility Helicopter (BLUH). L'aspect transport utilitaire du programme BLUH ayant été abandonné, celui-ci fut renommé Battlefield Reconnaissance Helicopter (BRH).

En juin 2006, le ministère de la Défense britannique passait un contrat avec AgustaWestland pour 70 machines Future Lynx, 30 pour la marine, 40 pour l'armée avec une option pour dix supplémentaires à partager entre les deux entités. En décembre 2008, ce contrat fut réduit à une commande de 62 appareils. En avril 2009, le nouvel hélicoptère fut désigné officiellement AW159, son surnom dans l'armée étant Wildcat. Le premier prototype effectua son premier vol en novembre 2009 à la base Royal Naval Air Station (R.N.A.S.) de Yeovilton (Yeovil), le second prototype vola en octobre 2010 et un troisième exemplaire fut joint au programme d'essais en novembre 2010. Le premier appareil de série effectua son premier vol en avril 2011. En décembre 2011, une commande complémentaire pour 8 machines, type Wildcat Light Assault Helicopter, fut passée pour le compte des Forces Spéciales britanniques.

L'AW159, successeur et développement du Lynx conserve une ressemblance générale avec son prédécesseur, mais il inclut des différences de conception importantes et est largement modernisé et adapté afin d'apporter de nouvelles fonctionnalités. Cet hélicoptère comprend 95% de nouveaux composants, les 5% restant étant des ensembles, comme le boîtier d'entraînement du rotor et l'alimentation en carburant, communs avec les variantes AH.7 et HMA.8 du Lynx. Il est équipé d'une avionique performante et complètement intégrée qui permet une navigation, une communication et une intégration dans le théâtre d'opération avancées. Son poste de pilotage entièrement numérique et équipé d'écrans digitaux offre une capacité de mission accrue par une réduction de la charge de travail des équipages. Aussi, certains éléments externes, comme le rotor de queue, ont été redessinés pour améliorer leur tenue dans le temps et apporter une meilleure furtivité.

Les versions marine (AMH.1) et armée (AH.1) sont basées sur la même cellule adaptée pour un emploi en mer et équipée d'un robuste train d'atterrissage fixe. Equipé de deux turbines LHTEC CTS800 de 1.360 CV entraînant un rotor principal quadripale conçu pour être plus résistant et générer moins de bruit, cet appareil fait largement appel aux matériaux composites qui entrent dans la fabrication de la perche de queue, du plan stabilisateur et du rotor arrière ainsi que dans la partie avant. Les sièges des deux pilotes sont de type anti-crash et blindés, le plancher de la cabine qui peut contenir six soldats avec leur matériel et éventuellement un mitrailleur est également blindé. Pour les missions de recherche et sauvetage ou d'évacuation sanitaire, un treuil peut être installé sur le côté droit de l'appareil et il est possible d'installer deux brancards dans la cabine dont les portes ont été agrandies afin d'en faciliter l'accès.

Au niveau des équipements, l'AW159 qui est muni d'un système permettant de diminuer sa signature infrarouge au niveau des échappements des moteurs, est équipé de capteurs électro-optiques (optronique) pour l'imagerie et la désignation des cibles, de systèmes de contre-mesures électroniques et de mesure de soutien électroniques. Il comprend un système de liaison de données permettant un échange des informations collectées avec les autres appareils afin de fournir aux équipages et au commandement, une vue d'ensemble précise des situations.

La version navale reçoit un radar de surveillance SELEX Galileo Seaspray 7000E muni d'une antenne AESA (Active Electronically Scanned Array, antenne active à balayage électronique sur 360°) et dispose de sonars submersibles. L'armement comprend des charges de profondeur, des roquettes, des missiles, des torpilles, des canons et une mitrailleuse de calibre 12,7 mm montée sur pivot.

En janvier 2013, la marine de la Corée du Sud décida de passer commande de huit AW159, en version marine, pour différentes missions, patrouille, surveillance, lutte anti sous-marine et recherche et sauvetage. Ces hélicoptères en compétition avec des Sikorsky MH-60R Seahawk sont prévus pour être livrés pour 2015-2016.


- En complément, vue du rotor principal et du rotor de queue quadripale en matériaux composites de l'AW159.

Source partielle : site web Wikipedia.

AW159               
Moteurs(s)/Engine(s)   2 turbopropulseurs de 1.360 CV                     LHTEC CTS800-4N                                   
Diamètre rotor/Rotor diameter 12,80 m    Longueur/Length 15,24 m    Hauteur/Height 3,73 m     Poids total/Weight 6.000 kg       
Vitesse/Speed 265 km/h             Plafond/Ceiling 1.540 m    Autonomie/Range 780 km    


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresHélicoptèresHélicoptères