Mudry-Cap 232

Myasishchev M-4/3-M Bison

Myasishchev-M-50/m-52 bounder

Plan d'un Myasishchev 3MS-2 (planche : Histoire de l'Aviation Militaire Bill Gunston) Vue d'un bombardier stratégique à long rayon d'action Myasishchev 3MS-2 (code OTAN "Bison B"). Ce type était un ravitailleur en vol, avec l'équipement de ravitaillement placé dans la soute à bombe.

Le Myasishchev M-4 (Mya-4) (en russe Молот, Molot), Type 37, fut conçu comme bombardier stratégique, mais la consommation excessive de ses moteurs et des défauts de conception limitèrent son rayon d'action à 8.000 km, ce qui était insuffisant pour attaquer des cibles aux Etats-Unis et retourner à sa base. En conséquence, en parallèle du développement d'une version améliorée du bombardier avec des moteurs à double flux plus efficaces et une nouvelle voilure, fut inclus dans le programme, une version spécialisée dédiée au ravitaillement en vol. Afin de faciliter le support opérationnel et la formation spécifique au vol avec ravitaillement, le bombardier et le ravitailleur avaient une conception rapprochée et des caractéristiques et des performances proches.

Le développement d'un bombardier intercontinental capable d'attaquer les Etats-Unis fut démarré au début des années 1950. Dans ce but, fut créé en mars 1951, par décret gouvernemental, un nouveau bureau d'études placé sous la direction de Vladimir Mikhailovich Myasishchev. Ce bureau avait en charge la conception et la fabrication d'un bombardier capable de voler à une vitesse maximale de 900 km/h, avec un rayon d'action de 11.000-12.000 km et pouvant emporter une charge de 5.000 kg.

Effectuant son premier vol peu de temps après le premier vol du bombardier stratégique américain Boeing B-52 Stratofortress, le M-4 fut présenté en public au-dessus de la Place Rouge, Moscou, le premier mai 1954. Cet avion fut une surprise pour les Occidentaux qui ne savaient pas que les Soviétiques avaient construit un bombardier à réaction. Ce bombardier était un quadrimoteur, avec ses réacteurs placés à l'emplanture des ailes. Ses ailes étaient en flèche et une particularité était son train d'atterrissage avec deux trains principaux à quatre roues placés en tandem sous le fuselage, complétés par des stabilisateurs placés aux extrémités des ailes. Aussi son assiette au sol était relevée afin de faciliter le décollage en donnant un angle optimum à la voilure. Le fuselage de section circulaire comportait une partie avant pressurisée, une tourelle de queue et deux autres postes défensifs télécommandés au-dessus et en dessous du fuselage. Le centre de la cellule intégrait une soute aménagée entre les deux jambes du train principal contenant la charge offensive.

Ce bombardier pouvait emporter deux bombes nucléaires ou des bombes conventionnelles, deux FAB-9000 de 9 tonnes, deux FAB-5000 de 4.900 kg, six FAB-3000 ou encore des FAB-500, 250 à fragmentation ou 100 (FAB, bombes classiques fugasnaya aviatsionnaya bomba). Le radar de navigation et de bombardement était un RBP-4 Rubidy-MM-11 et le viseur optique un OPB-11S. Son équipage était de huit personnes.

Les puissants moteurs BD-5 prévus pour cet appareil étant toujours en développement, furent montés à la place des réacteurs simple flux Mikulin AM-3A d'une poussée de 8.750 kg développés par OKB Alexander Alexandrowitsch Mikulin. Ce modèle M-4/2M, Bison A, dont le prototype fut terminé en décembre 1952, vola pour la première fois fin janvier 1953. Il atteignit environ 950 km/h et un plafond de 12.500 m. L'autonomie n'atteignait que 8.500 km ce qui ne permettait pas une attaque en territoire ennemi, mais l'appareil fut mis en production en 1955, avec un déploiement des dix premiers exemplaires à partir de juillet 1955.

– Bison A - M-4/2M : Le Bison A fut la première version produite. Caractérisé par un nez vitré, sa mission principale était le bombardement stratégique à longue distance, mais il pouvait aussi être employé comme avion ravitailleur pour des bombardiers de même type ou pour des quadrimoteurs à hélice Tupolev Tu-95 Bear. Entre 1956 et 1957, cet appareil fut doté de moteurs plus puissants et plus économiques PD-3M et PD-3M-500A afin d'accroître l'autonomie. Un prototype du M-4, type M-4A fut équipé d'un système de ravitaillement en vol et vola pour la première fois en 1956.

Peu après la mise en production, des études furent menées pour adapter le large missile de croisière à tête nucléaire Raduga Kh-20 (AS-3 "Kangaroo ") au bombardier. Cependant, l'emplacement du train principal ne permettait pas un montage sous le fuselage et au final, le projet fut abandonné..

– Bison B - 3M/M-6 : Cette version modifiée du bombardier, type 3M (M-6) fut créée en 1955. Afin d'augmenter la portée du bombardier d'origine M-4, ce type recevait de nouveaux moteurs plus puissants Dobrynin VD-7 de 13.000 kgp. Le Bison B avait globalement la même configuration de cellule que le Bison A, mais avec des ailes légèrement plus grandes, une partie avant allongée, une capacité en carburant augmentée, des moteurs d'une poussée supérieure et des systèmes de navigation et de bombardement améliorés. Aussi, la solide cellule et le robuste train d'atterrissage d'origine avait été allégés. Cette version recevait également une perche de ravitaillement placée dans le nez. Sa mission principale était le bombardement stratégique avec des projectiles à chute libre, mais il pouvait également remplir des missions en tant que ravitailleur avec un système de ravitaillement amovible placé dans la soute à bombes.

Cette nouvelle version avait des caractéristiques de vol améliorées et pouvait emporter plus de carburant, ce qui lui permettait d'atteindre un rayon d'action de 11.850 km. Avec le ravitaillement en vol, il atteignait jusqu'à 15.400 km, ce qui permettait à cet appareil d'atteindre le territoire ennemi et de revenir. Le premier vol de ce modèle désigné 3M fut effectué en mars 1956, la production fut commencée fin 1956 pour un déploiement effectué à partir de 1958. Aussi, cette version de grande autonomie fut étudiée par l'Aviation Navale Soviétique (AV-MF) pour répondre à un besoin d'un avion de reconnaissance maritime à long rayon d'action.

– Bison B - 3MS/M-6 : La fiabilité des moteurs Dobrynin VD-7 fut cause de plusieurs problèmes, aussi entre 1958 et 1960, le bombardier fut équipé avec de nouveaux moteurs Mikulin RD-3M-500A. Cette version fut désignée 3MS. Dans cette configuration, le rayon d'action sans réservoir additionnel n'était plus que de 9.400 km.

– Bison B - 3MS/M-6 : La version ravitailleur associée 3MS-2 était dotée du système de ravitaillement dans la soute à bombe. Cet appareil utilisait la technique de ravitaillement dans laquelle l'avion ravitaillé insère une sonde dans un entonnoir à l'extrémité d'un tuyau flexible relié à l'avion citerne. Cette technique avait été adoptée par l'U.S. Navy et les forces aériennes de la Grande Bretagne, de France, d'Italie, de Chine et d'autres pays. En revanche, l'U.S. Air Force utilisait un autre principe avec une perche logée en partie basse à l'arrière de l'avion ravitailleur qui entrait dans une prise installé en partie avant de l'avion ravitaillé.

– Bison C - 3MD/M-6/3MN : En 1960, fut développé le bombarder type 3MD. Il était caractérisé par une voilure légèrement plus grande, une partie avant plus pointue, une perche de ravitaillement plus courte et déplacée et un radôme de queue agrandi. Le Bison C avait des performances opérationnelles inchangées, sa mission principale étant le bombardement stratégique, mais il pouvait également remplir des missions d'approvisionnement en carburant avec le système de ravitaillement monté dans la soute. En 1960, une modification des moteurs Dobrynin VD-7 en type VD-7B apporta une amélioration des performances bien que la poussée soit inférieure. Les bombardiers ainsi équipés, désignés 3MN avaient un rayon d'action augmenté, mais une vitesse plus basse et un plafond réduit. L'équipement comprenait un grand radar de guidage de missiles Rubin/Rubicon "Puff Ball" et cet appareil pouvait emporter deux missiles de croisière Kh-10 ou K-14S (AS-2 "Kipper").

– Bison C - 3MN-2 : Plusieurs bombardiers type 3M avaient été convertis en ravitailleurs M-4-2 dans les années 1960 et durant le développement du bombardier 3MS, le ravitailleur 3MS-2 avait été développé en parallèle. Le ravitailleur basé sur le type 3M fut désigné 3MN-2 et l'unité employant les modèles 3MS-2 resta en service opérationnel jusqu'en 1994.

– Projet 28 : Afin de passer au-dessus des défenses aériennes, une version à haute altitude du M-4 (projet 28) fut étudiée. Elle ne fut cependant pas développée à la suite de l'arrêt, en 1960, du bureau d'études OKB Myasishchev. Toutes les activités portant sur des modifications des bombardiers Bison furent arrêtées quand le OKB-23 fut fermé en 1960. Cependant, dans le milieu des années 1970, un bombardier Bison fut équipé de manière expérimentale des deux missiles de croisière Raduga Kh-22 (AS-4 "Kitchen"), mais cette version ne fut pas déployée. L'emport de deux missiles de croisière Raduga KSR-5 (AS-6 "Kingfish") fut étudiée sur une variante dénommée 3M-5, un prototype fut construit à la fin des années 1960 mais le projet demeura sans suite. Enfin, une version tant civile que militaire, M-29, fut proposée, mais le projet fut également abandonné.

– 3M-T/BM-T "Atlant" : A la fin des années 1970, trois bombardiers 3MN-2 furent convertis pour transporter des composants de grande taille du système de lancement spatial Energia-Bourane depuis l'usine de fabrication vers le site de Baïkonour. La cargaison, y compris les réservoirs de propergol et l'orbiteur Bourane lui-même, étaient placés sur des points de fixation extérieurs situés au-dessus du fuselage. Cet avion particulier avait un fuselage renforcé, une queue avec deux dérives et un nouveau système de contrôle de vol. La désignation initiale cet avion était 3M-T, mais elle fut ensuite changée en BM-T "Atlant". Le premier vol de cet appareil fut effectué fin avril 1981 et le premier vol fut réalisé en janvier 1982. Au final, cet appareil de transport effectua un total de 150 vols pour le compte de l'Aeroflot.

En 1963, la production des bombardiers Bison fut arrêtée. Elle atteignait environ 120 machines, en comprenant 32 exemplaires, Bison A, 74 exemplaires, Bison B et 9 exemplaires, Bison C. Les bombardiers furent retirés du service au début des années 1980 en conformité avec le traité START-1 sur la réduction des forces stratégiques offensives. Les ravitailleurs furent retirés du service actif en 1994.

Vue de face d'un bombardier stratégique à long rayon d'action, type ravitailleur en vol, Myasishchev 3MS-2. Plan d'un Myasishchev 3MS-2 (planche : Histoire de l'Aviation Militaire Bill Gunston)

- En complément, vue de la partie centrale d'un bombardier stratégique 3MD Bison C (Airliners.net, Peter de Jong, Monino, Moscou, Russie, avril 2005). A noter la perche de ravitaillement, la coupole dorsale pour le mitrailleur et la tourelle télécommandée avec les deux canons de 23 mm. Dans le fond, on peut distinguer, de gauche à droite, un Ilyushin Il-28, un Ilyushin Il-10, un bimoteur Petlyakov Pe-2, un Tupolev Tu-16 et un bimoteur Tupolev Tu-2. Egalement, vues des parties avant des principales versions des Myasishchev Bison.

Source partielle : site web Wikipedia.

3MS-2               
Moteurs(s)/Engine(s)   4 réacteurs de 9510 kgp                            Mikulin Soyouz RD-3M-500A                         
Envergure/Span 53,14 m    Longueur/Length 51,70 m    Hauteur/Height 14,00 m    Poids total/Weight 192.000 kg     
Vitesse/Speed 1000 km/h à 11000 m  Plafond/Ceiling 13.700 m   Autonomie/Range 12.400 km 


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. modernesAv. mil. modernes