Bloch-Mb-120

Bloch MB-152

Bloch-Mb-220

Vue d'un MB-152-C1 (origine : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson) Vue et plan d'un MB-152-C1 du Groupe de Chasse GC.II/9, Armée de l'Air (Clermont-Ferrand, juin 1940).

Le prototype Bloch 150-01, qui fut à l'origine de cette série de chasseurs français monoplaces à aile basse et moteur radial, put difficilement connaître un début de carrière aussi peu favorable, car par deux fois, en juillet et août 1936, il ne put quitter le sol lors de tentatives pour effectuer un premier vol. Le vol inaugural put être accompli par la suite, fin septembre 1937, après une large refonte structurelle (aile plus grande et renforcée, train d'atterrissage revu), et le montage d'un moteur Gnome-Rhône plus efficace entraînant une hélice tripale Chauviere à pas variable. Suite à une nouvelle refonte, afin de rendre l'avion adapté à une production de masse, il fut commandé sous la désignation Bloch 151. Mais à la place des plus de 200 appareils planifiées pour être livrés à l'Armée de l'Air début avril 1939, seulement une centaine d'exemplaires furent effectivement fournis à cette date. Aussi, les performances décevantes de ce modèle, les cas de surchauffe de son moteur, ainsi que les problèmes de contrôle, le reléguèrent dans des missions d'entraînement, avant que de nouvelles modifications soient apportées. Finalement, environ 140 Bloch 151 furent fabriqués.

En avril 1938, un contrat fut passé pour trois prototypes supplémentaires, machines désignées Bloch 152, 153, et 154, mais seul le Bloch 152 put atteindre le stade de la production. Le modèle Bloch 152-01 qui différait principalement de son prédécesseur par le montage d'un moteur Gnome-Rhône 14N-21 de 1.030 CV, vola pour la première fois en décembre 1938. La production de ces chasseurs fut assurée par les différentes usines Bloch (Courbevoie, Châteauroux, Villacoublay, Bordeaux) incorporées dans la nouvelle compagnie S.N.C.A.S.O. (Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Sud-Ouest), suite à la décision prise en août 1936, de nationaliser les éléments les plus importants de l'industrie aéronautique française. Les commandes initiales du Bloch 152 totalisaient environ 290 machines, mais seulement une escadrille était dotée de cet avion au début de la Deuxième Guerre mondiale, et ses 152 n'étaient pas encore opérationnels.

En janvier 1940, l'Armée de l'Air avait juste une centaine de machines en état de voler, mais près du double était non opérationnel à cause d'un manque d'hélices et de viseurs. Finalement, au moment de l'armistice, fin juin 1940, environ 480 chasseurs de ce type avaient été pris en charge, mais seulement les deux tiers subsistaient à la fin du mois de juillet 1940. La plupart des avions survivants furent employés par les forces aériennes du Régime de Vichy, et une vingtaine d'exemplaires furent alloués par les Allemands aux forces aériennes roumaines.

Dans la même temps, les forces aériennes royales grecques reçurent de France, une petite dizaine de Bloch 151 (sur les 25 commandés). Le Bloch 155 qui était un développement du modèle 152 équipé d'un moteur Gnome-Rhône 14N-49 de 1.180 CV, vola pour la première fois début décembre 1939. La production fut démarrée, mais seulement environ dix machines de ce type avaient été fournies à l'Armée de l'Air avant la défaite. Les autres chasseurs furent employés par le Régime de Vichy avant leur saisie par les autorités allemandes en 1942.

La dernière variante de la série était le Bloch 157, prévu pour être largement supérieur à ses prédécesseurs sur de nombreux plans, mais son développement fut perturbé par l'occupation ennemie en France. Cependant la fabrication d'un prototype fut autorisée, et cet avion vola pour la première fois en mars 1942. Par la suite, cette machine put atteindre une vitesse d'environ 710 km/h.

Le MB-152 était de construction entièrement métallique, sa cellule étant constituée de trois éléments fabriqués séparément avant l'assemblage final, un caisson comprenant le poste de pilotage, le fuselage arrière, et la queue avec l'empennage. Les ailes étaient basées sur un caisson comprenant deux longerons. Le moteur dont le capot fit l'objet de nombreuses variantes, était monté avec un angle de 2,5 ° vers la gauche pour compenser le couple moteur. La verrière coulissante ne comportait aucun blindage. L'armement d'un MB-152-C1 était deux canons Hispano-Suiza HS-404 de calibre 20 mm (60 obus) et deux mitrailleuses MAC 34 M39 (Manufacture d'Armes de Châtellerault) de calibre 7,5 mm, ou quatre mitrailleuses de ce dernier type. Ces armes étaient toutes logées dans les ailes. Ce chasseur monoplace était solide et procurait une bonne plate-forme de tir. Cependant il était peu maniable en altitude et son autonomie était nettement insuffisante.


Plans d'un MB-152-C1 (origine : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson)

Source partielle : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson.

MB-152-C1           
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 1060 CV                      Gnome-Rhône 14N-49                                
Envergure/Span 10,54 m    Longueur/Length 9,10 m     Hauteur/Height 3,03 m     Poids total/Weight 2.750 kg       
Vitesse/Speed 510 km/h à 4000 m    Plafond/Ceiling 10.000 m   Autonomie/Range 540 km    


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens