Breguet-H-u2

Breguet U2

Brewster-F2a buffalo

Vue d'un Breguet U2 (photo : René Moineau, aviateur et inventeur - Jean-Louis Moineau) Vue du biplan Breguet U2, triplace en tandem, piloté par René Moineau.

Le Breguet U2 était un biplan présenté en diverses versions à partir de 1911. Proposé par le constructeur afin de répondre à des essais militaires, ce grand avion doté initialement d'un moteur rotatif Gnome de 130 CV était capable d'emporter trois personnes. Cette machine de structure métallique au niveau du fuselage, était dotée d'un train principal à quatre roues comprenant deux roues arrière montées sur le même axe et deux roues avant jumelées, l'ensemble formant un triangle complété d'un patin à l'extrémité avant. Le plan arrière était en forme de croix. Sur les premières versions, le contrôle latéral était obtenu par gauchissement des ailes, contrôle obtenu par action d'ailerons par la suite. De nombreux moteurs furent montés sur ces machines, Gnome rotatif, Anzani, Renault de 55 ou 60 CV, Canton-Unné de 120 CV. Les hélices pouvaient être bipale ou quadripale.

Cet appareil fut utilisé pour des missions de reconnaissance au début de la Première Guerre mondiale. Ces machines biplaces avaient des ailes rigides équipées d'ailerons et étaient équipées d'un moteur Salmson Canton-Unné à refroidissement liquide de 110 CV ou Gnome rotatif de 100 CV qui leur permettaient d'atteindre environ 110 km/h. Elles furent employées par les forces françaises (environ 30 machines type G3, plus quelques type A-G4), britanniques (5 machines type G3, plus quelques A-G4 pour le Royal Flying Corps et 15 machines type A-G4 pour le Royal Royal Naval Air Service), italiennes (3 machines type G3, plus quelques type A-G4) et suédoises (une machine type G3), leur surnom étant "Tin Whistle" dans le R.F.C. (Royal Flying Corps). Le modèle G3 était la version de production majeure à moteur Gnome, principalement vendue pour un usage militaire, le modèle A-G4 était la version militaire définitive de 1913 également à moteur rotatif.

Au début de la Première Guerre mondiale, le bombardement par avion s'était naturellement présenté aux esprits, il semblait aisé de lâcher quelques bombes au cours d'une reconnaissance si on survolait un objectif particulièrement important et vulnérable. Le premier bombardement eut lieu début août 1914 avec une attaque du hangar à dirigeable Frascati près de Metz par le caporal aviateur Finck. Les projectiles employés étaient presque exclusivement d'anciens obus d'artillerie de calibre 90 ou 120. Ces armes étaient entassés dans les carlingues et lancées à la main par le navigateur au moment jugé opportun. Quelques bombes incendiaires furent essayés, mais elles s'avérèrent difficiles d'emploi et dangereuses pour l'avion qui les emportait. Les premiers mois de guerre, les appareils de reconnaissance emportèrent des caissettes de fléchettes (fléchettes Bon, tiges d'acier cylindriques de 12 cm de long et 8 mm de diamètre, à bout conique et queue cruciforme de manière à la faire tourner pour la stabiliser pendant la chute). Ce procédé de faible efficacité (manque de précision et dispersion) fut abandonné au début de l'année 1915.

Les Breguet H-U2 et H-U3 furent des hydravions dérivés du biplan U-2. Ces appareils s'illustrèrent en avril 1913, à Monaco, puis en août de la même année à Deauville, aux mains des pilotes Henri Brégi et à René Moineau.


- En complément, vue de face d'un biplan Breguet U2, version 1911. Moteur Salmson Canton-Unné 9 cylindres à refroidissement liquide, hélice bipale, train d'atterrissage à roues avant jumelées. On distingue également le réservoir de carburant entre les deux radiateurs placés verticalement, et dans le poste de pilotage, le volant type Deperdussin permettant d'actionner la gouverne de direction. Le pilote en dernière position, faisait face à un passager orienté vers l'arrière, l'autre passager, placé en première place, regardant vers l'avant.

- Autre complément, vue arrière du grand biplan Breguet type R.U.1 numéro 40, année 1911 et vue de la partie avant avec le moteur en étoile dont on distingue les poussoirs de distribution, l'hélice bipale en bois, le train triangulaire avec la roulette avant et les patins. Chapelle du musée du musée des Arts et Métiers, partie transports, juin 2014 (dans cette église de Saint Martin des Champs est présenté le pendule de Foucault utilisé lors de l'Exposition universelle de Paris en 1855).


Source partielle : site web Wikipedia.

BREGUET U2 Type U1  
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 85 CV                        Salmson Canton-Unné                               
Envergure/Span 13,70 m    Longueur/Length 9,15 m     Hauteur/Height            Poids total/Weight 1.150 kg       
Vitesse/Speed 80 km/h              Plafond/Ceiling            Autonomie/Range           


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918