Cams-37

CAMS 38

Cams-56

Vue d'un CAMS 38 (photo : Gallica, Aviation magazine, juin 1954) Vue d'un hydravion biplan de course CAMS 38, immatriculation F-ESFD, préparé pour participer à la Coupe Schneider, disputée en septembre 1923, à Cowes, île de Wight.

Le CAMS 38 était un hydravion monoplace à coque et stabilisateurs latéraux, construit spécifiquement en France, afin de participer à la Coupe Schneider de l'année 1923. Fabriqué par les Chantiers Aéromaritimes de la Seine (CAMS), sa conception était due au directeur technique de la marque (entre 1921 et 1924), Rafaele Conflenti (1889-1946), qui avait auparavant travaillé en Italie, chez Savoia (S.I.A.I., Società Idrovolanti Alta Italia). Cet ingénieur eut l'entière responsabilité des modèles CAMS 30, 31, 36, 33, et 38, et forma Marcel Hurel, qui après avoir été chef-pilote, devint directeur technique de la firme, après le retour de Conflenti dans son pays d'origine.

Le CAMS 38 était un biplan monoplace avec des ailes d'une envergure égale, reliées par une seule paire de mâts d'entre plans de chaque côté. Il était équipé d'un moteur en V à refroidissement liquide Hispano-Suiza 8Fd d'une puissance de 360 ch, entraînant une hélice bipale propulsive, et installé entre les plans sur des supports. Le refroidissement du moteur était assuré par deux radiateurs Lamblin montés sur les supports frontaux, comme sur la machine de course antérieure CAMS 36bis, et le poste du pilote était placé devant l'aile basse, alors qu'il était au niveau du bord de fuite du plan bas sur la machine plus ancienne à hélice tractrice quadripale.

Dans la Coupe Schneider de 1923, la France était représentée par quatre machines, deux Latham L.1 (des biplans dotés de deux moteurs Lorraine-Dietrich de 300 ch), l'un (immatriculation F-ESEJ, cn 02), piloté par Alphonse Duhamel et un autre de réserve avec Benoit à bord, le CAMS 38 piloté par Marcel Hurel, et un CAMS 36bis de réserve mené par Georges Pelletier d'Oisy. Deux avions Blanchard C-1 faisaient aussi partie de l'équipe, mais jugés trop lents, ils furent vites retirés. Les Latham furent également rapidement éliminés, et seuls les deux CAMS participèrent vraiment à la compétition. Hurel réussit à effectuer un tour malgré quelques problèmes rencontrés au décollage, mais il fut obligé d'abandonner lors du deuxième, à cause de vibrations, et d'un manque de puissance du moteur, et Pelletier d'Oisy dut renoncer rapidement après une collision avec un yacht. Cette compétition fut gagnée par deux Curtiss CR-3 américains, pilotés dans l'ordre d'arrivée, par David Rittenhouse, suivi de Rutledge Irvine.

Cependant, le CAMS 38 n'était pas dépourvu de qualités, puisque Marcel Hurel put atteindre début février 1924, en emportant 205 kilos d'essence, une altitude d'environ 6.370 mètres au-dessus de Fréjus-St-Raphaël, Var, France, établissant ainsi un nouveau record mondial d'altitude pour hydravion. Cet appareil fut dans la dernière partie de sa carrière, utilisé pour des essais en vol en 1923-1924, sur la base de St-Raphaël, puis fut réformé.


Source partielle : site web Wikipedia

CAMS 38             
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 360 ch                       Hispano-Suiza 8Fd                                 
Envergure/Span 8,60 m     Longueur/Length 8,32 m     Hauteur/Height 2,79 m     Poids total/Weight 1.260 kg       
Vitesse/Speed 300 km/h             Plafond/Ceiling 6.000 m    Autonomie/Range                


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Coupe SchneiderAvions Coupe Schneider