Caudron-C.59

Caudron C.60

Caudron-C.635 simoun

Vue d'un biplan d'entraînement biplace Caudron 60 (photo : JN Passieux - Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget) Vue d'un biplan d'entraînement biplace Caudron 60, immatrculation F-AINX, cn 6184/49, année de construction 1928. Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget, avril 2019.

Le Caudron C.60 était un biplan biplace d'entraînement français des années 1920 et 1930, dérivé du C.59 dont le prototype avait volé pour la première fois en août 1921. Destiné principalement à la formation, mais pouvant également être employé pour le tourisme, ce monomoteur possédait une structure en bois avec un revêtement entoilé, et était doté d'un moteur rotatif à refroidissement par air Clerget 9B de 130 ch entraînant une hélice bipale en bois. L'élève prenait place dans le cockpit ouvert situé au centre du plan supérieur alors que l'instructeur était situé dans le deuxième cockpit, juste derrière, au niveau du bord de fuite. Une double commande était installée en standard. Les ailerons étaient montés uniquement sur le plan supérieur qui était légèrement plus grand que le plan inférieur. Le train d'atterrissage était classique, avec le train principal fixe et un patin de queue.

Le C.60 fut utilisé en France, mais aussi acheté ou construit sous licence en Finlande (environ 65 exemplaires, mise en service en 1923, retrait en 1936), et aussi en Lettonie, et au Venezuela. En Finlande, il fut fabriqué par IVL (Industria Valtion Lentokonetehdas), dans l'usine de Sveaborg, qui fut aussi le lieu de construction de l'avion léger Jarvinin, et des appareils de sport et de formation, types VL (Valtion Lentokonetehdas) Sääski, Pilvetar, Ilmatar, ou encore Moth.

Le Caudron C.60 fut, aux mains du pilote Alphonse Poirée (1883-1922), le vainqueur de la Coupe Michelin disputée en 1921, à une moyenne légèrement inférieure à 80 km/h, durée du parcours environ 37 heures et 15 minutes. Dans cette compétition, parmi les autres concurrents, on peut citer Joseph Sadi-Lecointe (Nieuport-Delage, moteur Darracq Coatalen 420 ch), Lucien Bossoutrot (Sport Farman, moteur Anzani 45 ch), Robert Bajac (Spad Herbemont T.25, moteur Gnome-Rhône 80 ch), Auguste Maïcon (Caudron C.60, moteur Clerget 130 ch), Georges Peltier d'Oisy (Pelletier d'Oisy) (Morane AI, moteur Gnome-Rhône 110 ch), Gaston Damelincourt (Spad Type 20, moteur Hispano-Suiza 300 ch), le lieutenant Carrier (Breguet 14 A.2, moteur Renault 300 ch), et le commandant Joseph Vuillemin (Breguet 14 A.2, moteur Renault 300 ch). Une équipe italienne participa également à cette course, avec un circuit terrestre, départ de Milan, et un parcours maritime, départ de Venise.


- En complément, vue du pilote Alphonse Poirée, lors de sa participation au grand prix cycliste des aviateurs, à Longchamp, Bois de Boulogne, Paris, début avril 1922 (Gallica, Agence Rol, 1922).

Source partielle : site web Wikipedia.

CAUDRON 60          
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 130 ch                       Clerget rotatif 9B                                
Envergure/Span 10,40 m    Longueur/Length 7,50 m     Hauteur/Height 2,60 m     Poids total/Weight 860 kg         
Vitesse/Speed 150 km/h             Plafond/Ceiling 4,000 m    Autonomie/Range 5 heures       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1919-1939Avions militaires 1919-1939