Sopwith-Schneider (tabloid)

Sopwith T.1 Cuckoo

Sopwith-Triplane

Vue d'un biplan Sopwith Cuckoo (photo : Jane's fighting aircraft of World War I John W.R.Taylor) Vue de l'appareil porteur de torpille Sopwith Cuckoo (1917). Moteur Hispano-Suiza 200 CV.

L'Amirauté et spécialement le capitaine Murray F. Sueter étaient convaincus, bien avant le début de la Première Guerre mondiale, de l'intérêt d'un avion pouvant emporter une torpille. Avant 1916, ce rôle fut rempli par des hydravions, mais ceux-ci ne pouvaient opérer que par mer calme. En octobre 1916, Sueter demanda officiellement à Sopwith de concevoir un avion terrestre capable d'emporter une ou deux torpilles de 1.000 livres (environ 450 kg) et pouvant voler quatre heures.

Le prototype T.1 (n° de série N74 plus tard) vola pour la première fois en juin 1917 (la version bombardier monoplace B.1 développée parallèlement avait volé deux ou trois mois plus tôt, mais elle ne fut jamais mise en production). Le T.1 avait des ailes repliables avec trois paires de mâts d'entre plans de chaque côté, le cockpit était placé au niveau du bord de fuite et les torpilles étaient accrochées près du fuselage entre les courtes jambes du train principal. Les essais débutèrent en juillet 1917, une commande fut passée pour cent avions en août, suivie d'une autre pour cinquante supplémentaires en novembre. Le moteur d'origine était un Hispano-Suiza de 200 CV, mais ce propulseur étant requis de manière urgente pour le chasseur R.A.F. S.E.5a de juin 1917, il fut remplacé par un Sunbeam Arab de même puissance qui deviendra le standard des Mk. I.

Les deux constructeurs d'origine, Fairfield et Pegler ne purent livrer leurs premiers avions qu'en septembre et octobre 1918, pour raccourcir les délais, il fut demandé à Blackburn d'assurer une partie de la production début 1918. Le Cuckoo fut finalement livré à 150 exemplaires, 90 étant prêts dès novembre 1918. Les premiers avions furent embarqués sur le H.M.S. Argus, trois furent aussi embarqués sur le H.M.S. Furious, mais ils arrivèrent trop tard pour participer aux combats. Après l'Armistice, ils servirent à bord du H.M.S. Eagle et dans les Squadrons No. 185, 186 et 210.

Quelques Cuckoo de type Mk. II furent équipés de moteurs Wolseley Viper de 200 CV et, en octobre 1919, un exemplaire (N7990) fut essayé avec un Rolls-Royce Falcon III de 275 CV. Ce moteur donnait aux variantes de Cuckoo la meilleure performance, mais les développements ne furent pas poursuivis. En 1921, six Mk. II furent transférés au Japon, ils seront à la base de la prééminence de ce pays dans la construction d'appareils porteurs de torpilles. Les Cuckoo furent finalement retirés du service de la R.A.F. en avril 1923.



Vue d'un biplan Sopwith Cuckoo (origine : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson) Vue et plans du prototype du T.1 Cuckoo aux couleurs du R.N.A.S., Royal Naval Air Service (juillet 1917)
Plans d'un biplan Sopwith Cuckoo (origine : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson)


Source partielle : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson.

CUCKOO              
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 200 CV                       Hispano-Suiza (Sunbeam Arab pour la production)   
Envergure/Span 14,25 m    Longueur/Length 8,69 m     Hauteur/Height 3,35 m     Poids total/Weight 1.620 kg       
Vitesse/Speed 170 km/h à 1980 m    Plafond/Ceiling 4.755 m    Autonomie/Range 3 hr 45min


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918