Dewoitine-D.333

Dewoitine D.338

Dewoitine-D.371

Vue du D.338 Ville d'Orléans (origine : Airliners between the wars 1919-1939 - Kenneth Munson) Vue du trimoteur Dewoitine 338 F-AQBL Ville d'Orléans de la compagnie Air France (1938).

L'élégant trimoteur Dewoitine 338 fut un important élément de la flotte longue distance d'Air France à la fin des années 1930. L'appareil était dérivé du Dewoitine 332 (F-AMMY Emeraude) qui avait volé pour la première fois en juillet 1933 et avait réalisé de nombreux voyages pour se faire connaître (Europe, Afrique du Nord et de l'Ouest, U.R.S.S. et Indochine). Le D.332, acquis par Air France en novembre 1933, était plus petit que le D.338, avec une capacité de huit passagers, trois membres d'équipage (pilote, copilote et radio), et une charge de bagages ou de fret de 400 kg. De construction métallique, il était équipé de moteurs radiaux Hispano-Suiza 9V de 575 CV et était doté d'un train principal fixe dont les jambes étaient carénées ("pantalons"). En janvier 1934, au retour d'un vol réussi à destination de Saïgon (escales à Karachi, Indes britanniques, Bagdad, Irak, Marseille et Lyon), cet avion fut accidenté vers Corbigny, monts du Morvan, alors qu'il volait dans un très mauvais temps. Tous les occupants de l'appareil furent tués, la cause possible de l'accident étant le givrage. Parmi les personnes accidentées, se trouvaient Maurice Noguès, alors directeur général adjoint d'Air France, Maurice Balazuc, directeur technique de cette compagnie, Emmanuel Chaumié, directeur de l'Aviation civile, son épouse Colette Chaumié, Pierre Pasquier, gouverneur général de l'Indochine française, Jean-Jacques Larrieu, chargé de mission au ministère de l'Air, le capitaine Léon Brusseaux, ordonnance du Gouverneur, André Launay, le pilote, et Ferdinand Queyrel et Camille Crampel, les autres membres d'équipage.

Cet unique appareil fut suivi du plus grand D.333, commandé en trois exemplaires (F-AKHA Antarès, plus tard F-ANQA, F-ANQB Cassiopée et F-ANQC Altaïr) par Air France et livrés à cette compagnie en 1935. Ces appareils, d'une capacité supérieure de deux passagers par rapport au D.332 inaugurèrent un service sur Toulouse-Dakar, en mai 1935, cette liaison étant une partie de la route de la compagnie vers l'Amérique du Sud. Ces avions de ligne furent plus tard employés en Amérique du Sud, dans le secteur compris entre Buenos Aires et Natal, Brésil.

Air France commanda d'abord 21 exemplaires du D.338 qui avait volé pour la première fois en 1935, cette commande fut finalement portée à 29 avions, plus deux commandés par le gouvernement français. La capacité variait suivant l'emploi, elle était de 22 passagers pour les routes courtes (Europe, Afrique du Nord), de 15 à 18 pour les routes moyennes et de douze (avec six couchettes) pour les routes longues. La cabine était bien isolée, bien ventilée et correctement silencieuse, malgré que le bruit élevé et caractéristique généré par l'avion à l'extérieur.

La première route ouverte fut Paris-Cannes mi-1936, et les appareils furent mis en service plus tard sur Paris-Dakar. Après un vol expérimental Paris-Hanoï en janvier 1938, la route régulière Damas-Hanoï fut ouverte puis prolongée jusqu'à Hong Kong en août 1938. Pendant les premiers mois de la Deuxième Guerre mondiale, quelques D.338 furent d'abord employés sur Paris-Londres (Heston) puis après la défaite, utilisés par les Lignes Aériennes Militaires (LAM) entre Beyrouth et Brazzaville, sept avions furent aussi saisis par les forces allemandes et employés par la Lufthansa.

Plans du D.338 Ville d'Orléans (origine : Airliners between the wars 1919-1939 - Kenneth Munson)


Source partielle : Airliners between the wars 1919-1939 - Kenneth Munson.

Histoire de l'AéropostaleAvions de l'Aéropostale (1919-1938)

D.338               
Moteurs(s)/Engine(s)   3 moteurs à pistons de 650 CV                      Hispano-Suiza 9V-16/17                            
Envergure/Span 29,38 m    Longueur/Length 22,13 m    Hauteur/Height            Poids total/Weight 11.150 kg      
Vitesse/Speed 260 km/h             Plafond/Ceiling 4.900 m    Autonomie/Range 1.950 km  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions civilsAvions civils