Continental-R-670

Daimler-Benz DB 602

Daimler benz-Db 603

Vue d'un moteur Daimler-Benz DB 602 (photo : JN Passieux - Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget, avril 2019) Moteur Daimler-Benz DB 602, seize cylindres en V, refroidissement par liquide, puissance maximale de 1.320 ch. Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget, avril 2019.

Le Daimler-Benz DB 602, connu à l'origine comme LOF.6, était un moteur seize cylindres en V à refroidissement liquide, d'une cylindrée de 88,51 litres (alésage de 175 mm pour une course de 230 mm, même côtes que celle d'un OF-2). L'angle entre les deux rangées de cylindres était de 50°, le moteur était de type Diesel (taux de compression de 16:1), l'alimentation étant de type injection directe. Les culasses comportaient deux soupapes d'admission et deux soupapes d'échappement commandées par tiges et culbuteurs, depuis un unique arbre à cames placé au centre du V. Le poids à sec sans les équipements, était de 1.975 kg, pour une longueur totale de 2,69 m, une largeur de 1,02 m et une hauteur de 1,35 m. La puissance maximale était de 1.320 ch à 1.650 tr/min (pendant cinq minutes) au niveau de la mer, 900 ch à 1.480 tr/min (en continu) au même niveau en régime de croisière. Ce moteur n'était pas équipé d'un compresseur, mais était doté d'un réducteur réducteur mécanique (planétaire à pignons coniques), le rapport de réduction étant de 0,50:1, et son démarrage était pneumatique.

Le DB 602 fut monté (quatre moteurs) sur les grands dirigeables LZ 129 (Luftschiff Zeppelin, dirigeable Zeppelin), Hindenburg et LZ 130, Graf Zeppelin II. Il équipa également (trois moteurs, désignation MB 502), des vedettes rapides (Schnellboot, S-Boot, de la Kriegsmarine) de 1933, série S10 à S13.

Le DB 602, conçu par Arthur Berger bénéficiait des enseignements issus du OF-2 (O pour Ölmotor, ou moteur à huile lourde), mais il était complétement nouveau. Afin d'augmenter de manière simple la puissance par rapport au modèle d'origine, deux cylindres furent ajoutés à chaque banc de cylindres, ce qui faisait du DB 602 un seize cylindres, l'angle choisi étant 50°, à la place de l'angle de 45° souvent utilisé pour ce type de propulseur. Cette disposition permettait de réduire les vibrations grâce à un ordre d'allumage des cylindres différent. Les cylindres en acier étaient indépendants, et étaient montés dans le carter principal en alliage d'aluminium. Un tiers de ces éléments était inséré dans le carter, les deux tiers restants à l'extérieur, ce montage permettant d'éliminer le mouvement latéral des cylindres, et de réduire les vibrations. La partie basse du carter était muni d'ailettes de refroidissement, ces dernières contribuant également à le rigidification de cet élément. L'arbre à cames était monté sur roulements à rouleaux, ainsi que les pieds des bielles, le vilebrequin tournait sur des paliers lisses. L'alimentation des injecteurs était fournie au total, par quatre pompes logées à l'arrière du moteur, le circuit de refroidissement était activé par deux pompes, une de chaque côté, également en partie postérieure du propulseur. En régime lent (aussi bas que 300 tr/min), l'alimentation en carburant était coupée sur une rangée de cylindres.


- En complément, vue de la partie arrière d'un moteur Daimler-Benz DB 602, avec les deux pompes à injection Bosch alimentant la rangée droite du propulseur, chacune pour quatre cylindres, la pompe de refroidissement alimentant le même banc de cylindres, et le collecteur d'échappement (Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget, avril 2019).

Sources partielles : site web Wikipedia, et Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget.

Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresMoteurs à pistonsMoteurs à pistons