De havilland canada-Dhc-3 otter

De Havilland Canada DHC-4 Caribou

De havilland canada-Dhc-5 buffalo

Vue d'un Caribou civil (photo : Caz Caswell) Vue d'un DHC-4A Caribou civil. Compagnie Air Inuit, immatriculation C-GVYX, cn 292.

L'intention de la compagnie de Havilland Canada, lors de la conception du Caribou, fut de combler l'écart entre un hélicoptère et un appareil de transport conventionnel, en produisant un avion ayant la charge utile du dernier, et les performances sur un terrain d'aviation, les plus proches possible de celles du premier. Le succès dans la réalisation de cet objectif fut confirmé par l'expérience, dans des conditions d'exploitation opérationnelle, lors de l'usage intensif du Caribou, par les forces américaines et australiennes pendant la guerre du Viêt Nam (novembre 1955-avril 1975), et par l'U.N.E.F. (United Nations Emergency Force), au Congo et au Moyen-Orient. Ses excellentes capacités de décollage et d'atterrissage courts (STOL, Short Take Off and Landing) et sa solidité, rendaient cet avion indépendant des terrains d'aviation préparés, et lui permettait d'opérer depuis des terrains situés aussi bien dans la jungle que dans le désert, un facteur important pour les clients potentiels qui avaient passé des ordres d'achat pour environ 240 appareils de ce type, au début de l'année 1966, presque tous étant des modèles destinés à un usage militaire.

Le Caribou était un avion à aile haute, avec la partie centrale montée avec un dièdre négatif. La cellule comprenant une rampe de chargement ventrale, était de section carrée, les plans de queue étaient de forme cruciforme, le train tricycle était rétractable. Les volets étaient montés sur la totalité du bord de fuite, et les échappements des moteurs quatorze cylindres en double étoile Twin Wasp étaient regroupés en deux conduits placés en partie supérieure de l'aile, cette disposition en soufflant sur l'extrados, contribuant à la sustentation, facilitant (en conjonction avec le flux d'air froid entrant) le refroidissement, et apportant une petite poussée complémentaire. L'équipage comprenait un pilote, un copilote, et une personne responsable du chargement.

Les commandes provenaient de l'U.S. Army (environ 165 exemplaires), de la R.A.A.F. (Royal Australian Air Force), pour environ 25 machines, de la R.C.A.F. (Royal Canadian Air Force) pour un petite dizaine d'exemplaires, et des forces aériennes du Ghana (environ dix ex.), de l'Inde (environ quinze ex.), du Kenya (quatre ex.), du Koweït (deux ex.), de la Malaisie (quatre ex.), et de la Zambie (six ex.). Les Caribou de l'U.S. Army furent d'abord désignés AC-1 (premier lot d'environ soixante machines renommées CV-2A, en 1962), et CV-2B pour un deuxième lot d'une centaine d'appareils (d'un poids total plus élevé, et d'une structure interne renforcée). Ces environ 165 appareils furent transférés à l'U.S. Air Force en 1966, et ces machines furent désignées C-7A/B. Les avions de la R.C.A.F. furent référencées comme CC-108 (C, Cargo/Transport).

Le Caribou, dont le premier vol fut effectué fin juillet 1958, pouvait emporter 32 hommes armés, ou 24 parachutistes. Comme appareil de transport, il pouvait transporter deux jeeps, un canon de type howitzer, ou trois tonnes de fret (charge utile totale atteignant 8.000 livres, environ 3.630 kg). Pour les missions d'évacuation sanitaire, l'avion pouvait emporter quatorze brancards, et jusqu'à douze autres passagers, soit des patients assis ou du personnel médical. La rampe de chargement arrière pouvait être ouverte pour le parachutage.

La production du Caribou fut terminée à la fin des années 1970, après la construction d'environ 300 exemplaires, qui furent principalement employés en usage militaire. L'armée américaine retira du service son dernier C-7 vers la milieu des années 1980, l'armée canadienne retira les derniers CC-108 vers la même période, et le dernier exemplaire de la R.A.A.F. fut retiré fin novembre 2009. Après leur retrait, plusieurs machines militaires furent achetées par des opérateurs civils, afin de les employer sur des terrains sommaires situés dans des endroits hostiles. Le Caribou servit d'avion de support au United States Army Parachute Team, surnommé Golden Knights, et une conversion portant sur le montage de turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PT6A-67T, à la place des moteurs à pistons d'origine, fut effectuée par la compagnie Pen Turbo Aviation, l'avion étant désigné DHC-4T Turbo Caribou. Egalement, le DHC-5 Buffalo fut une version dérivée de plus grande taille, destinée à un usage identique, et dotée de turbopropulseurs.



Vue d'un DHC-4 Caribou militaire (origine : Bombers, encyclopaedia of world aircraft - Kenneth Munson) Vue et plan d'un DHC-4 Caribou militaire de la Kuwait Air Force.
Plan d'un DHC-4 Caribou militaire (origine : Bombers, encyclopaedia of world aircraft - Kenneth Munson)


Source partielle : Bombers, encyclopaedia of world aircraft - Kenneth Munson.

DHC-4               
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 1450 ch                     Pratt & Whitney R-2000-7M2                    
Envergure/Span 29,14 m    Longueur/Length 22,12 m    Hauteur/Height 9,68 m     Poids total/Weight 12.930 kg      
Vitesse/Speed 400 km/h à 2000 m    Plafond/Ceiling 7.500 m    Autonomie/Range 2.400 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. modernesAv. mil. modernes