Dornier-Do-228

Dornier Do 24

Dornier-Do 26

Vue d'un Do 24T espagnol (photo : Julio Castillo Jr.) Vue d'un hydravion à coque Dornier Do 24T-3, des forces aériennes espagnoles. Immatriculation HD5-2, cn 5341, code 58-2, Madrid, Espagne, novembre 1999.

Le Do 24 était un hydravion dérivé du Dornier Do 18, d'une structure globalement identique, conçu en 1935 pour répondre à une spécification émise par le Royal Netherlands Naval Air Service, pour un usage dans les Indes Orientales. Les différences les plus importantes portaient sur l'installation des moteurs et les éléments postérieurs, les trois propulseurs radiaux étant montés séparément sur le bord d'attaque de l'aile, et la queue étant dotée de dérives doubles. Trois prototypes furent construits, et le premier parmi eux vola pour la première fois, sur le lac de Constance (Bodensee), début juillet 1937, ce modèle Do 24V3 étant équipé de moteurs Wright R-1820-F52 Cyclone de 890 ch. Les Do 24V1 et V2 étaient dotés de Junkers Jumo 205C Diesel de 600 ch, mais le moteur américain fut choisi pour les onze premiers appareils de production.

Ces appareils initiaux, désignation Do 24K, furent livrés à partir de 1938, au gouvernement hollandais, et rejoignirent le Do 24V3, qui avait été livré l'année précédente. Les usines Aviolanda et de Schelde, en Hollande, continuèrent par la suite la fabrication du type sous licence, et environ 25 (sur la petite cinquantaine commandée), avaient été construits, avant l'invasion, dans le cadre de l'opération Fall Gelb, de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas, par les Allemands, en mai 1940. Plusieurs machines hollandaises figurèrent parmi les premières victimes dans les premiers mois de la guerre dans le Pacifique, mais certains parvinrent à s'échapper vers l'Australie, ou ils furent ensuite utilisés par la Royal Australian Air Force (R.A.A.F.).

Les Do 24K pas encore terminés lors de l'invasion de la Hollande, furent récupérés et finis en Allemagne, puis employés par la Luftwaffe, sous la désignation Do 24N-1, comme hydravions de sauvetage en mer. Après l'occupation des Pays-Bas et de la France, la production fut continuée avec le Do 24T-1 de reconnaissance, et le Do 24T-2 de transport, ces deux modèles majoritairement employés par la Luftwaffe étant équipés de moteurs radiaux BMW Bramo 323R-2 de 1.000 ch. La fabrication fut d'environ 155 exemplaires construits en Hollande, et environ cinquante exemplaires construits dans l'usine CAMS de Sartrouville, en France occupée. Après la défaite allemande, environ une trentaine de ces dernières machines furent livrés à l'Aéronavale, et utilisés dans l'unité Flottille 9F (plus tard renommée Escadrille 30S).

Un Do 24T retenu en Suède pendant le conflit, fut employé par l'aviation royale suédoise sous la désignation Tp 24 jusqu'en 1951, lorsqu'il fut capturé comme prise de guerre, par l'U.R.S.S. Le gouvernement espagnol acheta douze Do 24T en 1944, et récupéra en 1953, un certain nombre d'hydravions retirés du service de l'aéronavale française. L'armement d'un Do 24T-1 comprenait un canon MG 151 de calibre 20 mm monté dans une tourelle dorsale, une mitrailleuse simple MG 15 de 7,9 mm montée dans le nez, et une identique logée dans la queue. La charge emportée allait jusqu'à douze bombes de 110 livres (50 kg) accrochées sous les ailes.



Plan d'un Do 24N-1 de la Luftwaffe (sauvetage en mer, Cherbourg, 1941-1942). Plan d'un Do 24N-1 (origine : Flying Boats and Seaplanes since 1910 - Kenneth Munson)

Source partielle : Flying Boats and Seaplanes since 1910 - Kenneth Munson.
Do 24N              
Moteurs(s)/Engine(s)   3 moteurs à pistons de 1000 ch                     BMW Bramo Fafnir 323R-2                           
Envergure/Span 27,00 m    Longueur/Length 22,00 m    Hauteur/Height            Poids total/Weight 18.400 kg      
Vitesse/Speed 340 km/h à 2000 m    Plafond/Ceiling 5.900 m    Autonomie/Range 2.900 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens