Gibson Explorer/Flying V

 

Gibson Explorer de type reverse Vue d'une Gibson reverse-body Explorer, construite au début des années 1960. La tête était inclinée avec les mécaniques d'un seul côté contrairement au modèle initial à tête en V et l'accastillage était nickel plutôt que plaqué or.

Dans toute l'histoire de la compagnie Gibson, l'année 1958 peut être considérée comme une année essentielle. En douze mois très actifs, furent édités la radicale Explorer et la solid-body Flying V. Cette même année, la finition de la Les Paul fut transformée en un magnifique sunburst, tandis qu'apparurent également les semi-solid ES-335 et ES-355.

Les lignes des Les Paul Junior et Les Paul Special furent modifiées avec l'adoption d'un double pan coupé et les premières guitares à double manche apparurent dans la gamme. Tous ces modèles devinrent par la suite des classiques et certains figurent parmi les plus populaires de toute l'histoire de la guitare électrique. En 1958, apparut également chez le concurrent Fender, la Jazzmaster.

Pour l'Explorer et la Flying V, toutes deux faisant partie de la série Modernistic, les designers de Gibson oublièrent les formes aux courbes élégantes pour des concepts beaucoup plus audacieux. Ces deux créations étaient plutôt basées sur des lignes droites, le corps de la Flying V étant anguleux tandis que celui de l'Explorer affichait une forme à la fois rectangulaire et asymétrique.

La tête originale de l'Explorer (quelquefois alors appelée Futura) avait une forme en V avec trois mécaniques de chaque côté, mais la plupart des modèles reçurent une longue tête inclinée avec toutes les mécaniques sur le côté supérieur, un dessin qui inspira celui de la tête des superstrats des années 1980. Le corps de l'Explorer ainsi que celui de la Flying V, était en Korina, une sorte d'acajou africain aussi appelé limba. Ces deux guitares de la série Modernistic recevaient deux micros humbucker avec un volume séparé par micro et un réglage de tonalité général.

Les publicités de l'époque mirent l'accent sur le côté original et spectaculaire de ces instruments, mais les clients trouvèrent ces guitares trop futuristes et trop peu conformes à l'esprit Gibson et les ventes furent faibles. La Flying V originelle ne fut construite qu'à environ une centaine d'exemplaires, pour l'Explorer, la production est difficile à évaluer, mais le chiffre d'une petite cinquantaine d'exemplaires peut être avancé. Cependant, beaucoup de rééditions et de modèles apparentés à ces deux types virent le jour dans les décennies suivantes, en particulier lorsque ces instruments devinrent populaires parmi les guitaristes adeptes du métal.

Parmi les musiciens ayant employé la Flying V, on peut citer Albert King pour les années 1950 et bien sûr, Jimi Hendrix, pour les années 1960. D'autres utilisateurs furent, dans les années 1970, Marc Bolan et Andy Powell et de manière occasionnelle Eric Clapton (album EC Was Here), Mick Mars et Michael Schenker dans les années 1980 ou encore Jim Martin ou Tim Wheeler du groupe Ash dans les années 1990. Ces guitares ouvrirent la voie à de nouvelles guitares aux formes atypiques en particulier à la fin des années 1970 et au début des années 1980 (Ibanez Iceman par exemple).


Vue d'un prototype de Gibson Flying V, probablement construit en 1957. Prototype de Gibson Flying V

Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page musique Retour partie musique/return to the music part