Grumman-F6f hellcat

Grumman F7F Tigercat

Grumman-F8f bearcat

Vue d'un Tigercat Vue d'un chasseur lourd biplace, pouvant être embarqué, Grumman F7F Tigercat.

Début l'année 1941, la compagnie Grumman commença les études d'un nouveau chasseur bimoteur embarqué sur porte-avions, pour un emploi sur les nouveaux navires de taille supérieure, de classe Midway (qui devaient remplacer ceux de la classe Essex). Un contrat pour deux prototypes fut obtenu en juin 1941, en même temps qu'une commande pour un prototype désigné XF6F-1. En conséquence, le développement du nouveau chasseur fut délibérément retardé. La conception en détail fut démarrée à la mi-1942, et le vol inaugural du premier des deux XF7F-1 fut effectué début novembre 1943. Avant ce vol, l'U.S. Marine Corps avait déjà passé un ordre d'achat pour 500 machines basées à terre dans des îles, et destinées au support rapproché. En fin de compte, le Marine Corps fut l'opérateur de presque tous les F7F mis en service opérationnel. Les essais de l'aptitude du chasseur à opérer depuis des navires ne furent pas totalement un succès (poids élevé, vitesse d'atterrissage importante), et les Tigercat furent presque tous, sauf un petit nombre, basés à terre.

Le F7F qui fut le premier chasseur bimoteur pouvant être embarqué, bénéficiait de plusieurs autres progrès, comme un train tricycle et un radar installé dans le nez de l'avion. Les moteurs étaient des Pratt & Whitney R-2800 Double Wasp de 2.100 ch, montés sous les larges plans supérieurs, dont les parties externes pouvaient être repliés vers l'intérieur et vers le haut. Un radar APS-6 était logé sous un coffre dans la partie avant, et l'armement comprenait quatre canons de calibre 20 mm, montés à l'emplanture des ailes, quatre mitrailleuses de 12,7 mm dans le nez, et l'avion pouvait emporter une charge de bombes allant jusqu'à 2.000 livres (environ 910 kg).

Le premier des environ 35 F7F-1, fut livré en avril 1944, et ce modèle fut le seul Tigercat monoplace. Les livraisons qui suivirent passèrent au modèle biplace F7F-2N, qui pouvait recevoir un opérateur pour le radar, installé dans un poste derrière le pilote. Ce modèle fabriqué en une trentaine d'exemplaires, fut suivi de la variante F7F-3 (environ 190 exemplaires construits), qui était dotée de réservoirs de carburant de plus grande capacité, et avait une dérive légèrement plus grande avec un bord d'attaque plus droit. La version de reconnaissance F7F-3P effectua quelques missions de reconnaissance pour le compte de l'U.S. Marine Corps avant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, mais les autres chasseurs et chasseurs de nuit arrivèrent à Okinawa, juste au moment de la fin de la guerre.

La majorité des contrats furent annulés après le conflit, mais une centaine d'avions, en majorité des F7F-3N furent fabriqués après septembre 1945. La version chasse de nuit F7F-3N, avait une partie avant étendue afin de loger un radar APS-19. Le dernier nouveau modèle fut le F7F-4N, construit en une quinzaine d'exemplaires, jusqu'en novembre 1946. Ce fut l'unique variante dotée d'une crosse d'appontage destinée aux opérations à bord de porte-avions, et ces chasseurs volèrent avec deux escadrilles sur des navires de classe Essex.

Les F7F-3 furent employés pendant la première partie de la guerre de Corée (juin 1950-juillet 1953), pour des missions d'interdiction aérienne de nuit, et de désignation de cibles pour les bombardiers lourds B-29. Dans son rôle de chasseur de nuit pour lequel il avait été conçu, le Tigercat ne rencontra que peu d'opposition, et ne fut crédité que de quelques biplans ennemis opérant dans des missions de harcèlement de nuit. Les missions d'interdiction aérienne (éloignement des troupes ennemies afin qu'elles ne rencontrent pas les troupes amies au sol, ou si c'est impossible, affaiblissement préalable des forces adverses) furent souvent effectuées en emportant huit roquettes sous les ailes, et un réservoir central de napalm. Les Tigercat furent retirés du service en première ligne en 1952, mais la version F7F-2D (convertie depuis un 2N), fut employée pour le contrôle d'avions sans pilote pendant encore quelques années. Ce modèle était doté d'un cockpit supplémentaire de F8F, surélevé derrière le poste du pilote, afin de donner une meilleure visibilité à l'opérateur de guidage de l'avion sans pilote. La production totale du F7F fut d'environ 365 exemplaires.

Les porte-avions de la classe Midway comprenaient le U.S.S. Midway (CV-41), lancé en mars 1945, le U.S.S. Franklin Delano Roosevelt (CV-42) lancé en avril 1945, et le U.S.S. Coral Sea (CV-43) lancé en avril 1946.


Vue d'un Tigercat

Source partielle : Fighters of the 20th Century - Jim Winchester.

F7F-3               
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 2100 ch                     Pratt & Whitney R-2800-34W                    
Envergure/Span 15,70 m    Longueur/Length 13,85 m    Hauteur/Height 5,05 m     Poids total/Weight 11.670 kg      
Vitesse/Speed 725 km/h à 6555 m    Plafond/Ceiling 12.405 m   Autonomie/Range 1.930 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens