Lockheed-F-80 (p-80) shooting star

Lockheed F-94 Starfire

Lockheed-Hudson

Vue d'un F-94C d'essais (photo : Le Fana de l'Aviation - Lockheed) Vue d'un chasseur F-94C d'essais armé de lance-roquettes de voilure.

Le prototype du chasseur Northrop XF-89 Scorpion avait volé à Muroc en août 1948, mais les premiers essais avaient révélé plusieurs défauts et une sous-motorisation et suite à de nombreux problèmes et accidents lors du développement, le YF-89A ne vola qu'en 1950. Pendant cette période, le F-94 Starfire dérivé du F-80 Shooting Star fut proposé par Lockheed à l'U.S. Air Force qui désirait un chasseur tout temps rapidement opérationnel.

Deux TF-80C furent prélevés sur les chaînes de montage pour devenir les prototypes YF-94 de la nouvelle machine. Reprenant la voilure de son prédécesseur, cet avion était largement modifié au niveau du fuselage et recevait un réacteur Allison J33-A-33 doté d'une postcombustion et un radar Hughes AN/APG-32 logé dans le nez qui permettait à l'observateur placé dans le siège arrière de localiser les ennemis de nuit ou par mauvais temps. Le premier vol fut effectué en avril 1949 et après les essais, la première livraison eut lieu en décembre de la même année, au total 109 exemplaires du F-94A furent livrés en un an. Ces avions étaient munis de quatre mitrailleuses de 12,7 mm dans le nez et pouvaient emporter deux bombes d'environ 450 kg pour les missions de bombardement de nuit.

Le F-94B qui suivit fut produit à plus de 350 exemplaires entre début 1951 et 1952. Cet appareil globalement semblable au F-94A bénéficiait d'un emplacement pour le pilote plus vaste, d'un système d'atterrissage tout temps Sperry Zero Reader, d'un nouveau circuit hydraulique, d'un circuit d'oxygène haute pression et de bidons Fletcher, son prototype YF-94B avait volé pour la première fois fin septembre 1950.

Lockheed avait décidé, dès 1949 d'aller de l'avant en construisant à ses frais un démonstrateur combinant la voilure du L-188 et le fuselage d'un F-94A débarrassé des armements et des systèmes de contrôle de tir. Comme le réacteur J48 de Pratt & Whitney n'était pas prêt, il fut doté d'un propulseur sans réchauffe Rolls-Royce Tay. Le premier vol de cette machine fut effectué en janvier 1950, intéressant l'U.S. Air Force, elle fut renommée YF-97 et un deuxième prototype complètement militarisé fut construit. Durant les essais, le plan horizontal arrière fut remplacé par un en flèche, le plan vertical fut agrandi, d'autres modifications furent appliquées pour améliorer le comportement de l'avion et le réacteur J48-P-3 fut installé. En septembre 1950, le YF-97 fut désigné YF-94C et les tests de l'armement tout roquettes et du système de contrôle de tir furent poursuivis, mais des problèmes subsistèrent cependant (pilote automatique, réchauffe du réacteur, flottement des ailerons) sur les appareils de production.

Le premier F-94C (le terme Starfire trouvé par des publicitaires ne fut appliqué qu'à cette variante) de production (moteur Pratt & Whitney J48-P-5 de 2880 kg de poussée et 3970 kgp avec la réchauffe), fut livré en juillet 1951, un total de 387 machines fut construit et mis en service entre ce moment et mai 1954 et leur retrait fut effectué en février 1959. Le F-94C fut le second chasseur employé par le Air Defense Command (ADC) à utiliser uniquement des roquettes (24 FFAR Folding Fin Aircraft Rocket Mighty Mouse de 70 mm de diamètre logées dans le nez au-dessus du radôme du radar APG-40, plus douze dans chacun des lance-roquettes situés à mi-envergure de l'aile), le premier étant le North American F-86D Sabre (24 roquettes placées dans un tiroir escamotable sous l'habitacle).

Le F-94D était un chasseur-bombardier monoplace qui fut commandé à plus de 110 exemplaires mais ne fut jamais mis en production. Il reprenait le fuselage, les plans arrière et le moteur Pratt & Whitney J48 du 94C mais était doté d'une voilure de surface largement supérieure, d'un réservoir supplémentaire à la place de l'observateur arrière qui était supprimé, d'une perche rétractable de ravitaillement en vol placée au-dessus du nez et de huit mitrailleuses de 12,7 mm en remplacement des roquettes. Le contrat fut annulé en octobre 1951, un des prototypes servit ultérieurement de banc d'essai pour le canon rotatif General Electric T-171 (plus tard M61A1) Vulcan.


Rechargement des tubes lance-roquettes sur un F-94C (24 FFAR Folding Fin Aircraft Rocket logés dans le nez de l'appareil). Chargement des roquettes sur un F-94C (photo : Le Fana de l'Aviation - Lockheed)



F-94B               
Moteurs(s)/Engine(s)   1 réacteur de 2000 kgp (2720 kgp avec réchauffe)   J33-A-33 ou -33A                                  
Envergure/Span 11,43 m    Longueur/Length 12,22 m    Hauteur/Height 3,86 m     Poids total/Weight 7.640 kg       
Vitesse/Speed 975 km/h à 0 m       Plafond/Ceiling 14.630 m   Autonomie/Range 1.460 km  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. modernesAv. mil. modernes