Farman-F.40

Farman F.450

Farman-F.50

Vue d'un monoplan Farman F.455 (photo : JN Passieux - Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget) Vue d'un monoplan de sport et tourisme Farman F.455 Super Moustique. Immatriculation F-AOYL, cn 1, premier vol en décembre 1935. Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget, avril 2019.

Le Farman F.450 Moustique faisait partie d'une famille de petits monoplans français construits par la Société des aéroplanes Henri et Maurice Farman, Billancourt, environs de Paris. Peu de temps après la Première Guerre mondiale, la compagnie Farman avait proposé un monoplan monoplace de faible puissance, destiné au sport et au tourisme. Ce modèle nommé Moustique, avait volé pour la première fois en mai 1919. Peu de temps après, des avions commencèrent à être connus comme des planeurs à moteur, en Grande Bretagne, ce type de machine pouvant être engagé lors du Lympne Light Aircraft Trials, tenu pour la première fois en octobre 1923. En 1922, une avionnette sans son moteur, avait déjà gagné des prix lors d'une compétition nationale de planeurs, et quelques mois avant la compétition britannique, plusieurs machines de ce type avaient participé, avec leur propulseur, à un meeting équivalent, disputé à Buc, banlieue de Paris.

Le Moustique original était un monoplan à aile haute, avec des plans entoilés de forme rectangulaire, tenus par des haubans au-dessus et en dessous. Les haubans supérieurs étaient attachés à une structure placée en partie haute du fuselage, devant le poste du pilote, et les haubans inférieurs étaient reliés aux larges jambes du train d'atterrissage principal. Le cockpit était ouvert, et laissait à l'extérieur une part importante du pilote. Les ailerons étaient montés sur toute la longueur des plans. Le fuselage de section carrée était de structure bois, avec un fin revêtement en contre-plaqué. Les surfaces mobiles de queue étaient entoilées, et la gouverne de direction était montée sans plan fixe. Le train principal était formé de deux jambes parallèles en épicéa, et les roues étaient montées sur un essieu. Le premier avion fut équipé d'un ABC Scorpion de 30 ch. Le Moustique original avait volé pour la première fois en mai 1919, il fut suivi l'année suivante du HF.206 ou HF.206 Moustique I, d'une envergure réduite de 7,65 m à 5,0 m, afin de réduire le poids. Ce modèle fuit suivi en 1922, d'une avionnette sans moteur, un planeur d'une envergure de 10,50 m, et pesant environ 45 kg à vide. Cette variante avait un fuselage plus profond, ce qui permettait au pilote d'avoir uniquement la tête à l'extérieur. Le système de haubans était différent, et les plans de queue avaient été revus. Les caractéristiques générales de cet avion, qui fut le seul Moustique de type planeur, furent conservées sur les modèles suivants. En 1923, quelques avionnettes furent engagées dans une compétition tenue à Buc, Yvelines, région de Paris. les moteurs de 18 ch pouvaient être, des Salmson 3 Ad, ou des quatre cylindres Sergant.

Le MF.21 Moustique II de 1924 était équipé d'un trois cylindres Anzani de 35 ch, et ses ailes d'une envergure de 8,20 m étaient équipées d'ailerons classiques. Des machines de ce type participèrent au Tour de France de juillet-août 1924, qui comprenait huit étapes, et le vainqueur fut Maurice Drouhin (1891-1928) avec un MF.21 (1.810 km parcourus en 20 h 40 min). Ce même pilote, avec un appareil équivalent doté d'un moteur Salmson trois cylindres en Y de 12/16 ch, fut le vainqueur, en avril 1925, du prix Solex couru sur le trajet Paris-Rouen (environ 120 km, 75 miles). La consommation de l'appareil sur le parcours fut de moins de quatre litres de carburant.

Le dessin de cet ancien appareil fut repris, 17 ans plus tard, pour concevoir le F.450, et ce monoplan fit partie des machines achetées par le gouvernement français (Front populaire, avril 1936-avril 1938), dans le cadre du programme de l'Aviation populaire, un organisme dépendant du ministère de l'Air, créé en vue de développer dans le pays, le recrutement et la formation de pilotes destinés à l'aviation civile et militaire. Le F.450 avait des ailes d'une envergure légèrement réduite par rapport à la machine F.21 de 1924 (8,07 m), et un fuselage allongé. Cinq prototypes furent construits, et le premier fut équipé d'un moteur bicylindre à plat Poinsard de 35 ch. Les autres machines reçurent un propulseur Megin de même type et même puissance. Une différence visuelle par rapport aux modèles plus anciens était une dérive classique portant une gouverne de direction arrondie en partie haute. La version de production fut le F.451 qui était équipée d'un quatre cylindres à plat, deux temps, AVA 4A-00 (Marcel Violet) d'une puissance de 25 ch. Cette variante fut produite en une petite cinquantaine d'exemplaires.

Le dernier développement fut le biplace F.455 Super Moustique, initialement appelé Moustique III, qui vola pour la première fois à la fin de l'année 1935. Ce modèle fut lancé, comme le monoplace F.451, en 1936. Si le modèle 451 fut construit en série, le biplace 455 ne fut construit qu'en un seul exemplaire, et en resta au stade du prototype. L'envergure de ce dernier type avait été agrandie de 1,65 m, et son moteur était un plus puissant Mengin de 35 ch. La partie avions légers de la compagnie Farman cessa ses activités lors de la création de la S.N.C.A.C. (Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Centre), cette nouvelle entité qui comprenait la fusion des activités des sociétés Farman et Hanriot, étant issue de la nationalisation des constructeurs de matériel de guerre d'août 1936.


Vue d'un monoplan Farman F.455 (photo : JN Passieux - Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget) Vue de la partie avant d'un Farman F.455, avec le moteur Praga bicylindre à plat à refroidissement par air, de 40 ch, entraînant une hélice bipale en bois.

- En complément, vue générale d'un monoplan Farman Moustique. Ce engin de sport, peu coûteux, sûr et facile à garer devait, selon le constructeur, être par rapport à l'avion, ce qu'était une voiturette par rapport à l'automobile. Un autre appareil équivalent de la marque fut l'avionnette Farman David, un très simple biplan de 1919. Magazine La Vie Aérienne illustrée, décembre 1919. Egalement, vue du pilote Maurice Drouhin à bord d'une avionnette, photographie prise lors du Concours de la moto aviette tenu à Buc, environs de Paris (Agence Meurisse, 1923).

Source partielle : site web Wikipedia.

FARMAN F.451        
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 25 ch                        Ava 4A-00                                         
Envergure/Span 8,07 m     Longueur/Length 6,40 m     Hauteur/Height 1,90 m     Poids total/Weight 285 kg         
Vitesse/Speed 130 km/h             Plafond/Ceiling            Autonomie/Range 350 km         


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions civilsAvions civils