Farman-Mf.11

Farman MF.7

Felixstowe-F.2a

Vue d'un biplan Farman MF.7 (origine : Encyclopédie des Avions Militaires du Monde - Enzo Angelucci) Vue d'un biplan biplace Farman MF.7 de reconnaissance et bombardement.

Le Maurice Farman MF.7 Longhorn était un biplan biplace développé avant la Première Guerre mondiale qui fut utilisé pour des missions de reconnaissance par les forces aériennes françaises et britanniques pendant les premiers stades du conflit avant d'être relégué à un rôle d'appareil d'entraînement.

Le MF.7 était un biplan équipé d'une hélice propulsive caractérisé par un volet de profondeur disposé en partie avant et monté sur de longs patins recourbés destinés également à éviter un retournement lors des atterrissages. Sa cellule était de construction bois, frêne et épicéa, avec uniquement un revêtement entoilé autour de la nacelle contenant l'équipage et le moteur. La queue constituée de deux plans horizontaux avec une gouverne de profondeur montée sur le plan supérieur et de deux gouvernes de direction, était portée par quatre fines poutres rattachées aux ailes. Le moteur était un Renault huit cylindres en V refroidi par air forcé qui avait la particularité d'avoir la prise de force d'entraînement de l'hélice monté sur l'arbre à cames, afin de diviser par deux la vitesse de rotation.

Le MF.7 avait pour origine, les biplans conçus auparavant par Maurice Farman. Ce constructeur avait présenté lors du concours militaire de septembre 1911, qui se déroulait à Reims-Bétheny et était organisé par le général Pierre Auguste Roques, plusieurs appareils de types MF.2, MF.5 et MF.6. Ces machines ne terminèrent pas en première place, mais elles firent bonne impression et furent commandées ensuite par les militaires en grande quantité sous les types MF.7 et MF.11.

Une commande globale d'environ 135 avions et 250 moteurs fut passée aux industriels français, pour l'année 1912, la moitié étant des biplans Farman. Ces appareils devaient être construits en France (moteurs inclus), ils devaient pouvoir voler sur 300 km, porter jusqu'à 300 kg de charge et décoller et atterrir sur des terrains en herbe en terrain militaire non aménagé. Par ailleurs, la vitesse de vol devait dépasser 60 km/h par vent nul. En France, dès janvier 1912, furent constituées les premières escadrilles d'avions (au moins six appareils de même type), et parmi elles, trois (HF1, MF2 et MF5), furent dotées de biplans Farman.

Pendant la Première Guerre mondiale, le MF.7, malgré sa silhouette désuète, se montra efficace au front. Il équipa largement les escadrilles françaises et anglaises (Royal Naval Air Service et Royal Flying Corps) en matière d'avions biplaces de reconnaissance et d'observation et fut employé en service actif de septembre 1914 jusqu'à juin 1915. Il fut produit en grande série (plus de 2.000 exemplaires) en France et sous la dénomination S.11, en Angleterre.

Ces machines furent aussi utilisées pour l'instruction des pilotes civils dans l'école de Maurice Farman à Buc. Au plan militaire, elles furent utilisées par les forces belges, les forces russes, les forces norvégiennes (quatre exemplaires), les forces grecques (un exemplaire doté de flotteurs) et les forces japonaises (engagement lors de la bataille de Tsingtao, port de Qingdao, fin octobre 1914). Egalement, des avions de ce type, fournis par la British Indian Army, opérèrent pour le compte de l'Australian Flying Corps (AFC) en Mésopotamie en 1915-16.


Source partielle : site web Wikipedia.

FARMAN MF.7         
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 70 CV                        Renault                                           
Envergure/Span 15,54 m    Longueur/Length 11,35 m    Hauteur/Height 3,45 m     Poids total/Weight 855 kg         
Vitesse/Speed 95 km/h à 0 m        Plafond/Ceiling 4.000 m    Autonomie/Range 3 hr 30min


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918