Farman-Mf.7

Felixstowe F.2A

Felixstowe-Fury

Vue d'un hydravion Felixstowe F.2A (origine : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson) Vue d'un hydravion à coque Felixstowe F.2A (R.A.F., été 1918). A noter le camouflage disruptif, connu comme camouflage dazzle (dazzle painting ou razzle dazzle aux Etats-Unis) appliqué sur l'hydravion. Ce type de peinture (dazzle signifiant embrouiller) était une technique de camouflage naval destinée à protéger un navire des torpilles et des tirs d'artillerie, en empêchant l'adversaire d'estimer avec précision sa position et son cap.

Les hydravions Felixstowe, nommés depuis la base Royal Naval Air Station située près d'Ipswich, Suffolk, ou ils évoluèrent, étaient à l'origine des adaptations des Curtiss America dotées cependant de coques plus marines et plus efficaces développées par John Cyril Porte, de la Royal Navy (et aussi commandant d'une unité d'entraînement du R.N.A.S., Royal Naval Air Service, au début de la Première Guerre mondiale). Cette série dont faisait partie le F.2A fut un succès, et fut à la base, jusque dans les années 1930, de nombreux hydravions anglais.

La premier modèle Felixstowe fut le F.1 (appelé à l'origine Porte 1), qui fut reconstruit à partir d'un Curtiss H.4, numéro de série 3580. Seules les ailes et les plans de queue furent conservés, la coque étant entièrement nouvelle et les moteurs étant des Hispano-Suiza 8 de 150 CV. L'évaluation de cet hydravion fut un succès, démontrant ainsi la validité des études menées par John Porte qui avaient porté sur l'amélioration de la solidité et sur le dessin hydrodynamique de la coque.

L'étape suivante fut l'agrandissement de la nouvelle cellule pour pouvoir atteindre les dimensions du Curtiss H.12 Large America, et le prototype de F.2 (cn 8560) fut basé sur un H.12 doté d'un coque de type Porte. Cet hydravion fut mis en production comme F.2A, les moteurs étant des Rolls-Royce Eagle VIII de 345 CV, et le premier exemplaire fut livré en novembre 1917. En mars 1918, les commandes pour le F.2A, avaient atteint environ 170 exemplaires. En pratique, seulement une centaine d'hydravions fut construite par Saunders et plus tard une dizaine par Aircraft Manufacturing Company, le reste du contrat étant modifié pour spécifier une commande du modèle ultérieur F.5.

Le Felixstowe F.2A était une excellente machine capable de patrouiller longuement. Menée par deux pilotes, il disposait d'un armement défensif composé de quatre à sept mitrailleuses Lewis de calibre 7,7 mm, une simple ou double à l'avant, une dans le cockpit dorsal, une autre au-dessus du poste de pilotage et parfois deux latérales au niveau du poste arrière. La charge emportée sous les ailes basses était constituée de deux bombes de 230 livres (104 kg).

Comme les H.12, les hydravions F.2A opérèrent suivant un schéma de toile d'araignée (Spider Web), système de patrouille maritime dans lequel la zone de recherche était divisée en parties géométriques couvertes systématiquement secteur par secteur (la zone de recherche des sous-marins était centrée sur le bateau-phare de North Hinder, Noord Hinder, à mi-chemin entre les côtes du Suffolk et celles des Pays-Bas et couvrait 4.000 miles carrés). Dans ce schéma, ils obtinrent de nombreux succès contre des dirigeables ou des sous-marins ennemis. Capable de voler pendant plusieurs heures, cet hydravion manoeuvrait bien pour sa taille et son poids et était considéré à sa juste valeur par les chasseurs opposés. Avec diverses adaptations, un hydravion F.2A pouvait emporter assez de carburant pour voler plus de neuf heures, mais au printemps 1918, une autre tactique destinée à accroitre le rayon d'action fut de remorquer les appareils (sur des barges), derrière un destroyer de la Royal Navy pour s'approcher de leur cible. Cependant autant que l'on puisse savoir, cette procédure fut peu utilisée en combat opérationnel. La plus grande faiblesse de cet avion était le ravitaillement, l'équipage devant le plus souvent faire amerrir l'appareil pour cette opération. Pour se protéger des attaques pendant cette phase, les appareils opérant en mer du Nord reçurent pendant l'été 1918 un camouflage particulier et différents schémas d'identification furent élaborés.

En temps de guerre, les hydravions F.2A restèrent en service actif dans les eaux britanniques, et fin octobre 1918, environ 35 exemplaires de cette machine restaient en charge de la R.A.F. La variante F.2C, équipée d'une coque plus légère et d'une tourelle avant modifiée fut construite en un seul exemplaire (N65). Cet appareil fut utilisé en service actif, plus tard, depuis Felixstowe, et participa à la destruction du sous-marin allemand UC-1 en juillet 1917.

Un prototype de Felixstowe F.3 (N64) équipé de moteurs Sunbeam Cossack de 320 CV vola pour la première fois en février 1917. Légèrement plus grand que le modèle précédent, il avait une plus grande autonomie et était capable d'emporter une charge de bombes deux fois supérieure, et des ordres d'achat importants furent passés pour ce type. En mars 1918, plus de 260 F.3 avaient été commandés. Les machines de série furent dotées, comme le F.2A, d'excellents moteurs Rolls-Royce Eagle VIII, mais finalement, une centaine de F.3 fut assemblée, environ 95 machines restant en charge de la R.A.F. fin octobre 1918. Environ vingt d'entre eux avaient été construits localement dans les installations Malta Dockyard, Malte, pour que le F.3 puisse être utilisé en Méditerranée aussi bien que dans la zone de la mer du Nord. Sur plusieurs points, les performances de cet hydravion étaient inférieures à celles du F.2A, et ce modèle fut officiellement déclaré obsolète en 1921. Quelques exemplaires furent alors rénovés par Fairey pour le compte de la marine portugaise.

Ainsi, le F2.A survécut au F.3, puisque ce modèle, avec la version F.5 (dont le prototype N90 avait subi les tests d'acceptation en mai 1918), fut le type standard dans la R.A.F. au début des années 1920, et fut à la base de nombreux hydravions anglais qui ne purent être surpassés, avant au moins, dix autres années.


Source partielle : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson.

FELIXSTOWE F.2A     
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 345 CV                      Rolls-Royce Eagle VIII                            
Envergure/Span 29,15 m    Longueur/Length 14,10 m    Hauteur/Height 5,33 m     Poids total/Weight 4.980 kg       
Vitesse/Speed 150 km/h à 610 m     Plafond/Ceiling 2.930 m    Autonomie/Range 6 heures  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918