Felixstowe-F.2a

Felixstowe Fury

Ffvs-J 22

Vue d'un hydravion Felixstowe Fury (photo : Jane's fighting aircraft of World War I) Vue latérale d'un hydravion triplan à coque Felixstowe Fury (Big Porte Boat) monté sur son berceau.

Le Felixstowe F.4 Fury (numéro de série N123), aussi connu comme Porte Super-Baby, était un grand hydravion triplan à cinq moteurs conçu par John Cyril Porte, à la station côtière de Felixstowe, Suffolk, et inspiré du quadrimoteur Wanamaker Triplan ou Curtiss Model T (aussi rebaptisé ultérieurement Curtiss Model 3). Le Fury fut le plus grand avion britannique de son époque et le premier appareil équipé de contrôles assistés par des servocommandes.

Le Fury fut livré à Felixstowe fin octobre 1918, et son premier vol, avec Porte aux commandes, fut effectué en novembre. Bien que conçu pour une usage militaire, son vol inaugural, effectué au moment de la signature de l'Armistice, orienta son usage plutôt vers un emploi civil. Cet hydravion avait des ailes non étagées, le plan bas monté proche du haut de la coque avait trois paires de mâts d'entre plans de chaque côté, les deux plans supérieurs étaient de plus grande envergure et étaient pourvus de quatre paires de mâts d'entre plans de chaque côté. Ces ailes étaient supportées par des mâts verticaux renforcés par des tirants montés en diagonale. Les moteurs devaient être trois Rolls-Royce Condor de 600 CV, mais ces propulseurs n'étaient pas disponibles et cinq moteurs Rolls-Royce Eagle VII de 335 CV furent installés à la place. Ces moteurs étaient montés sur l'aile médiane et supportés par des mâts additionnels, les deux groupes extérieurs comprenaient deux propulseurs montés en tandem et entraînant une hélice tractrice et une propulsive, et le dernier moteur était monté en position centrale et entraînait une hélice propulsive. Les plans de queue étaient formés d'une dérive centrale unique identique à celle du triplan Curtiss et comprenait deux plan horizontaux et trois gouvernes de direction. Contrairement au Model T, le Fury fut équipé initialement de servomoteurs conçus par le Major Arthur Quilton Cooper, pour assister les principales commandes de vol, mais ces systèmes furent retirés par la suite, sans nuire à la capacité du pilote à contrôler le grand hydravion. Aussi, à un certain stade du développement, les moteurs furent remplacés par de plus puissants Eagle VIII.

Fin avril 1919, les essais se déroulaient si bien que le Fury fut capable d'effectuer un vol de sept heures. Volant initialement à un poids de 24.000 livres (environ 10.890 kg), il fut chargé jusqu'à 28.000, puis 33.000 livres (respectivement environ 12.700 et environ 14.970 kg), et se comporta correctement dans toutes les deux configurations. Au début de l'année 1919, dans le cadre de l'intense compétition pour effectuer un premier vol transatlantique, l'envoi du Fury à Cap Broyle, Terre-Neuve, fut planifié, afin que le grand hydravion puisse rejoindre les autres équipes participant à la tentative. L'intention était de faire un vol sans escale, mais la taille de l'appareil posait problème, car aucun bateau n'avait la capacité de le transporter, et le projet fut abandonné à cause du coût. Cependant, un vol transatlantique était dans les capacités de l'avion, avec un emport en carburant possible de 1.500 gallons (environ 6.820 litres).

La préférence du ministère de l'Air de laisser le projet à un groupement privé, mena à l'abandon du projet, la troisième semaine du moi de mai 1919, au moment ou les vols d'essais furent repris. Le premier vol au-dessus de l'Atlantique fut effectué en mai 1919, par un hydravion Curtiss NC-4 qui réussit à relier l'Atlantique Nord (Etats-Unis et Canada) à la Grande Bretagne, en passant par des escales aux Açores, puis au Portugal. Un premier vol transatlantique sans escale fut effectué, quelques semaines plus tard, par un Vimy, mené par le Capt. John Alcock et le Lt. Arthur Whitten-Brown.

Le Fury fut orienté vers une autre liaison longue distance, un vol de 8.000 miles (12.875 km), entre l'Angleterre et l'Afrique du Sud, via Gibraltar, Malte, Alexandrie, Kartoum, les lacs Victoria (Nyanza), Tanganyika et Nyassa, Beira et Durban. Le départ était prévu à Plymouth, début août 1919, des dépôts en ravitaillement et carburant étaient prévus tout au long du parcours, et le vol devait bénéficier de rapports de prévisions météorologiques au cours du voyage. Les préparations finales avaient été faites, début août 1919, à Felixstowe, mais le grand triplan glissa sur le côté à basse altitude, puis s'écrasa en mer peu de temps après le décollage. L'accident se passa à faible distance du port, et fut suivi par une large foule de vacanciers. L'avion fut gravement endommagé dans l'accident et un membre d'équipage, l'opérateur radio McLeod fut tué. Les six autres personnes à bord (officier Fellowes, pilotes Major Moon et capitaine Scott, ingénieur en chef Armitt et les mécaniciens Cockburn et Locker) furent sauvées.

L'accident fut une surprise, car le Fury avait fait l'objet de tests complets dans les douze semaines qui avaient précédé le vol, en surpassant les espérances de l'équipage qui était très confiant dans l'appareil. Egalement, les vols d'essai concordaient avec les marges de sécurité définies par la R.A.F. A ce moment, le Fury avait été le dernier avion conçu par Porte, à Felixstowe. Ce dernier, démobilisé, avait quitté la R.A.F. et travaillait sur des hydravions pour le compte de la société Gosport Aircraft Company. Sans la direction de Porte et de celle de l'officier John Douglas Rennie, il est possible que le Fury ait été chargé de manière incorrecte. Il est également possible que le Major Moon, aux commandes de l'appareil, ait décollé sans avoir atteint une vitesse suffisante et avec une puissance moteur trop faible. Quelques mois après la perte de l'hydravion, le Major Porte fut soudainement atteint de tuberculose et décéda à Brighton, Angleterre, en octobre 1919, à l'age de 35 ans.

Le Fury resta unique, il fut cependant à l'origine du Gosport G9. Ce projet, non réalisé, correspondait à une machine commerciale pouvant transporter du courrier, du fret, ou dix passagers (en plus des trois membres d'équipage), sur de long trajets maritimes, la charge maximale étant de 28.000 livres (environ 12.700 kg). Les moteurs devaient être trois Rolls-Royce Condor (deux hélices tractrices, une propulsive), soit la configuration prévue à l'origine pour le Fury, ou deux moteurs Cosmos (Cosmos Engineering) de 1.000 CV. Le dessin de cette machine était identique à celui d'un Porte G5, une variante du Felixstowe F.5.


Vue de face d'un hydravion triplan à coque Felixstowe Fury. Cinq moteurs Rolls-Royce Eagle entraînant deux hélices tractrices et trois propulsives. Vue d'un hydravion Felixstowe Fury (photo : Jane's fighting aircraft of World War I)



FELIXSTOWE FURY     
Moteurs(s)/Engine(s)   5 moteurs à pistons de 345 CV                      Rolls-Royce Eagle VIII                            
Envergure/Span 37,50 m    Longueur/Length 19,26 m    Hauteur/Height 8,38 m     Poids total/Weight 11.480 kg      
Vitesse/Speed 160 km/h à 610 m     Plafond/Ceiling 3.660 m    Autonomie/Range           


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918