Gibson Firebird

 

Gibson Firebird I de type reverse Vue d'une Gibson reverse-body Firebird I, finition sunburst, fabriquée en 1964.

Cherchant à dépasser son principal rival dans les solid-bodies, Fender, Gibson lança les guitares Firebird (et les basses correspondantes Thunderbird). Sorties en 1963, les Firebird s'inspiraient des guitares à caisse pleine de la compagnie de la côte ouest, tout en témoignant du style et du savoir-faire qui avaient fait la réputation de Gibson. L'entreprise avait alors fait appel à une désigner automobile, Ray Dietrich chargé de capter et d'interpréter le style Fender.

Dietrich conçut la ligne Firebird avec des corps lisses et asymétriques, qui ressemblaient un peu à de vieilles Explorer dont les formes auraient été modernisées grâce à l'ajout de courbes. Le nouveau corps allongé arborait une partie supérieure sans corne faisant apparaître le cutaway le plus bas plus saillant. Cet apparent déséquilibre valu aux premières Firebird le surnom de reverse-body parmi les collectionneurs et les guitaristes.

La ligne Firebird de 1963 comprenait quatre modèles. La Firebird I avait un micro unique et était le seul modèle à vibrato. La Firebird III avait deux micros et un chevalet style stud, tandis que le Firebird V était équipée de deux micros et d'un chevalet Tune-O-Matic. La magnifique Firebird VII, la plus luxueuse, comportait trois micros.

C'étaient les premières électriques Gibson à manche traversant (manche conducteur). Une autre caractéristique originale était leur tête allongée style Fender, avec des mécaniques ressemblant à celles des banjos. Les guitaristes devaient accorder leur instrument de manière inhabituelle, derrière la tête dont la face visible était plus épurée. Les Firebird étaient toutes équipées de micros humbuckers plus petits que la normale, sans pièces polaires réglables. Leur finition standard était sunburst, mais avec cette ligne, Gibson ne se contenta pas de seulement capter l'esprit Fender.

La compagnie reprit le concept Fender des custom colors et proposa pour ces nouveaux modèles une gamme de peintures habituellement utilisées pour les voitures. L'une des couleurs choisie parmi les dix nuances offertes pour la Firebird était en fait, identique à une teinte de la marque concurrente. Gibson utilisa la référence donnée par Oldsmobile, Golden Mist, tandis que Fender avait choisi le terme employé par Pontiac, Shoreline Gold.

Bien que séduisantes et appréciées durant les années 1960 par des musiciens comme Brian Jones et Johnny Winter, les Firebird ne trouvèrent pas vraiment leur public. Au cours de cette décennie, les ventes de guitares électriques Gison reposèrent sur des reprises de classiques des années 1950 comme la belle solid-body ES-335. Fender se plaignit, avec justice, de similitudes avec sa forme décalée à partie de la taille, un design qu'elle avait déposé et dont elle revendiqua la primauté avec la Jaguar et la Jazzmaster et Gibson dut revoir ses Firebird en 1965.

Une Firebird nouvelle formule apparut, réinterprétant la silhouette d'origine d'une façon légèrement plus conventionnelle, mais avec des lignes rappelant toujours Fender. Elle était désormais qualifiée de Firebird à corps "non-reverse". La construction à manche traversant fut également abandonnée pour revenir au manche collé habituel. La nouvelle Firebird I avait deux micros à simple bobinage, la Firebird III, trois micros simples, la Firebird V, deux mini-humbuckers et la Firebird VII, trois mini-humbuckers.

Mais le succès ne fut toujours pas au rendez-vous et les Firebird disparurent à partir de 1969. Depuis, le nombre d'adeptes des Firebird non-reverse fut encore inférieur, parmi les musiciens célèbres, à celui des amateurs du modèle reverse. Le marchands de guitares vintage ont pourtant peut-être eu la satisfaction de voir un modèle non-reverse entre les mains de Gem Archer, guitariste du groupe Oasis durant les concerts du groupe donnés en l'an 2000. Phil Manzanera employa une reverse Firebird VII à trois micros fabriquée vers 1964, sur scène et également en studio pour l'enregistrement du premier disque de Roxy Music en 1972.


Vue d'une Gibson non-reverse Firebird III, fabriquée en 1966. Gibson Firebird III de type non-reverse

Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page musique Retour partie musique/return to the music part