De havilland-Gipsy major

De Havilland Goblin

Engine alliance-Gp7200

Vue d'un réacteur de Havilland Goblin II (photo : Science et Vie, septembre 1947) Ecorché d'un réacteur simple flux Goblin II.

Le de Havilland Goblin, à l'origine Halford H-1, était un réacteur conçu par Frank Halford. Construit par de Havilland, il fut le second réacteur britannique apte à voler après le moteur précurseur Power Jets W.1 (aussi désigné Whittle W.1) conçu par Sir Frank Whittle et monté sur le Gloster-Whittle E.28/39. Le Goblin fut le premier modèle du genre à passer avec succès les tests afin de recevoir la qualification de type "Turbine à gaz" ("Gas Turbine"). Ultérieurement le Goblin fut dérivé en un modèle plus important, le Halford H-2 renommé finalement Ghost. Ce dernier modèle à dix chambres de combustion fut monté sur l'avion civil Comet 1 et l'avion militaire Venom (Sea Venom).

Le Goblin fut conçu par Frank Halford à son cabinet de conseil à Londres à partir d'avril 1941. Moins d'une année plus tard, le premier prototype était testé au banc d'essai d'Hatfield et deux mois après, il atteignait la poussée désirée. En mars 1943, il fut monté pour des essais en vol, sur un Meteor, puis en septembre de la même année sur le monoplan monoplace à réaction de Havilland D.H.100 Vampire.

Un D.H. H-1 fut fourni aux autorités américaines en juillet 1943 et ce moteur fut essayé par l'U.S. Air Technical Service Command pour le compte de Lockheed Aircraft Corporation dans le but d'équiper le chasseur monoplace XP-80 Shooting Star, appareil conçu, réalisé et essayé en vol en un temps très réduit. Le H-1 fut aussi installé sur le chasseur naval monoplace Curtiss XF15C-1, avion doté d'un moteur à hélice radial Pratt & Whitney R-2800 Double Wasp entraînant une hélice tractrice à l'avant et d'un réacteur doté d'une tuyère débouchant sous le plan de queue. Aux Etats-Unis, la société Allis-Chalmers fut sélectionnée pour produire ce moteur désigné J36, mais elle ne pu tenir les délais et c'est un moteur Allison J33, développé par General Electric comme I-40, version améliorée du J31 (lui-même basé sur le W.1 de Whittle) qui fut choisi pour la production du P-80A.

Basé sur le moteur conçu par Whittle, le Goblin en conservait le compresseur centrifuge et une turbine unique en sortie, mais son dessin avait été simplifié, ses seize chambres de combustion étant directes, alors qu'elles était inversées sur le moteur d'origine afin de gagner en compacité. Avec cette nouveau dessin, le troisième palier avait pu être supprimé et le moteur gardait, cependant une taille réduite.

Le Goblin comprenait un compresseur centrifuge à un étage, une turbine simple et seize chambres de combustion (non inversées). Un Goblin IID avait une vitesse de rotation de 10.200 tr/min, une poussée maximale de 1.360 kgp, une longueur de 2,72 m pour un diamètre de 1,27 m, son poids à sec était d'environ 705 kg. Le rapport de compression était de 3.3:1 et la température dans les chambres atteignait 800°C.

Ce moteur fut essayé la première fois, en mars 1943 sur un Gloster Meteor et monté, par la suite, sur l'appareil militaire de Havilland Vampire (Sea Vampire), l'avion expérimental de Havilland D.H.108 "Swallow", le Curtiss XF15C-1 (Allis-Chalmer J36), le Fiat G.80, le Lockheed XP-80 et le Saab 21R, version à réaction du Saab J 21.



Bateaux de vitesse :
Le Goblin fut également monté, après la Deuxième Guerre mondiale, en remplacement d'un Rolls-Royce R, sur le bateau de record de vitesse de Sir Malcom Campbell, "Blue Bird II", immatriculation Lloyd K4. Avec la première version de ce bateau (type hydroglisseur), Campbell avait établi une nouveau record du monde de vitesse sur l'eau en atteignant en août 1939, environ 230 km/h (142 mph), sur le lac Coniston, Cumbria, Angleterre. Fin 1951, le K4 à réaction piloté par Donald Campbell, fils de Malcolm, atteignit environ 270 km/h (170 mph) avant d'être affecté d'une rupture structurelle lors d'un essai sur le même lac. Par la suite, fut développé le K7 à réacteur Bristol-Siddeley Orpheus, machine sur laquelle ce pilote établit plusieurs records du monde de vitesse sur l'eau (445 km/h, 276 mph, en décembre 1964) mais qui fut cause de sa mort en janvier 1967 lors d'une tentative de record sur le Lac Coniston.

Aussi, un réacteur de Havilland équipait le Crusader, hydroglisseur de type trimaran d'une longueur d'environ 10 mètres, utilisé par John Cobb. Ce pilote se tua en pilotant cet engin fin septembre 1952 lors d'une tentative de record du monde de vitesse sur le Loch Ness, Ecosse.


Source partielle : site web Wikipedia.

Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresRéacteursRéacteurs