Handley page-H.p.50 heyford

Handley Page H.P.52 Hampden

Handley page-H.p.53 hereford

Vue d'un bombardier moyen Hampden Vue d'un bombardier moyen bimoteur Hampden.

Le Hampden était un bombardier moyen qui soutint, avec le Wellington et le Whitley, le poids des missions confiées au Bomber Command pendant les premières phases de la Deuxième Guerre mondiale. Il fut le dernier bombardier bimoteur monoplan mis en service dans la R.A.F. pendant la phase d'expansion et de réarmement du Bomber Command, dans les années qui précédèrent le conflit, et il différait des deux appareils contemporains, par l'absence de tourelles motorisées, mais aussi par sa manoeuvrabilité supérieure. Il était plus rapide que le Whitley et que le Wellington, et était presque aussi rapide que le bombardier léger Blenheim, mais il emportait deux fois plus de bombes, presque deux fois plus loin.

Ces caractéristiques semblaient promettre le Hampden à un brillant avenir, cependant dans les conditions réelles de guerre, il fut plutôt décevant. La décision du Air Staff de faire voler de jour les Hampden et les Wellington, pour les premières missions du Bomber Command, fut un désastre. L'armement défensif du bombardier se révéla totalement insuffisant, et les postes de l'équipage (quatre ou cinq membres) exigus, rendait les vols prolongés fatigants. La mitrailleuse fixe tirant vers l'avant n'avait que peu ou pas de valeur, et les armes défensives postérieures, une ventrale et une dorsale, avaient un champ de tir réduit, et certaines zones de tir étaient masquées. Après ces premiers échecs lors des missions de jour, les Hampden furent remisés au sol. Plus tard, avec un armement défensif amélioré, ils furent employés par le Bomber Command pour des missions de nuit contre l'Allemagne, et dans ce rôle, ils obtinrent de bons résultats jusqu'en 1942.

Le Hampden avait été conçu pour répondre à une spécification du ministère de l'Air (Air Ministry Spec. B. 9/32), émise en septembre 1932 (auquel le Wellington répondait également), et il incorporait le travail de conception correspondant à la plus ancienne spécification B. 2/32. Désigné H.P. 52, le prototype (K 4240) avait effectué son premier vol en juin 1936, et il fut présenté peu de temps après, au New Types Park, lors du Hendon Display de la R.A.F. Son fuselage peu orthodoxe, avec sa longue perche de queue, valut à l'appareil le surnom de Flying Panhandle. (ou encore Flying Suitcase, ou Flying Tadpole). La forme des ailes assez fortement conique, et les becs Handley Page situés sur le bord d'attaque, permettaient à l'avion d'avoir une vitesse d'atterrissage faible (inférieure à 75 mph, environ 120 km/h), malgré une vitesse maximale remarquable de 265 mph (environ 425 km/h). Egalement, la méthode de construction comprenait l'assemblage d'éléments fractionnés, ce qui simplifiait la fabrication. Le prototype différait des machines de production, par le montage de moteurs Bristol Pegasus P.E. 5S(a) avec un compresseur à un étage, et une partie avant plus anguleuse.

Le ministère ministère de l'Air passa, en août 1936, un premier ordre d'achat pour environ 180 machines de type Mk. I, répondant à la spécification 30/36. Le prototype de production (L 4032), qui bénéficiait de quelques améliorations par rapport à l'avion initial, effectua son premier vol en mai 1938. La partie avant anguleuse avait été remplacée par une verrière de forme effilée, moulée en Perspex (Plexiglas), les postes des mitrailleurs, à l'arrière, avaient été revus, et les moteurs étaient des Pegasus XVIII de 1.000 ch. La fabrication fut rapidement lancée, et le premier Hampden fut livré à la R.A.F. en août 1938. La mise en service fut effectuée en premier, dans le Squadron No. 49, du Group No. 5, nouvellement créé et basé dans le Lincolshire (base de Scampton pour cette unité), et ce groupe fut finalement équipé de Hampden. En 1938, le Bomber Command disposait d'une force d'une quarantaine de ces bombardiers, et au début de la Deuxième Guerre mondiale, huit Squadrons dotés de ces avions étaient en ordre de bataille. Pendant le conflit, le Hampden participa fin août 1940, au premier raid effectué de nuit sur Berlin et plus tard, au premier raid massif sur Cologne, fin mai 1942 (opération Millennium, mettant en oeuvre mille appareils). Retiré des premières lignes en septembre 1942, il fut ensuite utilisé pendant une année ou plus, par le Coastal Command comme avion de reconnaissance, poseur de mines, ou lanceur de torpilles (Hampden TB Mk. I).

La production du Hampden, par la compagnie Handley Page, fut arrêtée en juin 1940, après environ 500 exemplaires fabriqués, mais entre-temps, le modèle avait été mis en construction chez le sous-traitant English Electric, dans l'usine de Preston, Lancashire, et le premier appareil construit par cette société avait volé à Salmesbury, Lancashire, en février 1940. La fabrication par English Electric atteignit environ 770 exemplaires, le dernier appareil (AE 439) quittant l'usine en mars 1942. Un certain nombre d'avions furent aussi construits au Canada, par Canadian Association Aircraft Ltd., le premier modèle de ce type ayant volé pour la première fois en août 1940. La fabrication dans ce pays, effectuée en 1940-1941, fut d'environ 160 machines. L'armement d'un Hampden Mk. I comprenait six mitrailleuses Vickers K de calibre 7,7 mm, deux fixes dans le nez, deux en tourelle dorsale, et deux en position défensive ventrale, et la charge de bombes emportée pouvait aller jusqu'à 4.000 livres (environ 1.815 kg). L'équipage était composé d'un pilote, d'un opérateur radio placé en tandem derrière ce dernier, d'un navigateur/bombardier logé à l'avant, d'un mitrailleur dorsal, et d'un mitrailleur ventral. Du fait de l'étroitesse de la cellule, les membres d'équipage ne pouvaient quasiment pas changer de place lors des missions.

Le bombardier moyen Hampden, type Mk. II, fut essayé (appareil X 3115), avec des moteurs en étoile Wright Cyclone de 1.000 ch, désignation H.P.62, mais cette version ne fut pas mise en production. Une autre variante du Hampden, qui ne fut finalement pas beaucoup mise en service, fut le H.P.53 Hereford.


Plans d'un Hampden.
Plans d'un bombardier Hampden Plans d'un bombardier Hampden


Source partielle : Aircraft of the Royal Air Force 1918-57 - Owen Thetford.

HAMPDEN             
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 980 ch                      Bristol Pegasus XVIII                             
Envergure/Span 21,08 m    Longueur/Length 16,33 m    Hauteur/Height 4,37 m     Poids total/Weight 8.510 kg       
Vitesse/Speed 425 km/h à 4725 m    Plafond/Ceiling 6.920 m    Autonomie/Range 1.765 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens