Hughes-H-4 hercules

Hurel-Dubois H.D.10

Hurel-dubois-H.d.34

Vue du prototype Hurel-Dubois H.D.10 (photo : Science et Vie Aviation 1951) Vue d'un appareil expérimental Hurel-Dubois H.D.10 (1948). Immatriculation F-WFAN.

Le Hurel-Dubois H.D.10 était un appareil expérimental présenté au 18ième Salon de l'aéronautique de 1949 tenu à Orly, remarquable par son aile étroite (40 cm) et très allongée, soutenue par un haubanage. Ce modèle devait servir à l'étude de l'avion de transport H.D.31 susceptible d'utiliser des terrains très exigus.

La société des Avions Hurel-Dubois avait été créée durant l'année 1947 à Meudon, proche banlieue de Paris, dans le but de promouvoir les concepts de l'ingénieur Maurice Hurel (1896-1982), un chaud partisan des voilures à grand allongement. Il avait été aidé dans ce projet par un investisseur compréhensif, Léon-Joseph Dubois (1890-1966).

En aérodynamique, l'allongement d'une aile (noté λ, lambda), ou AR en anglais, Aspect Ratio, se calcule par le carré de l'envergure divisé par la surface portante, soit si b est l'envergure, S la surface portante d'une l'aile, l'allongement est égal à b2/S. Très globalement, on peut dire qu'une aile à grand allongement aura une plus grande finesse, donc une traînée réduite et générera moins de tourbillons, par contre elle sera plus sujette à la torsion et à la flexion. Une aile à faible allongement sera plus courte et plus rigide, aura un volume interne plus élevé et procurera une meilleure manoeuvrabilité.

Par exemple, l'avion à énergie solaire Solar Impulse, qui doit économiser au maximum ses réserves, a une très grande envergure et son allongement atteint 19.7. Un chasseur Supermarine Spitfire de la Deuxième Guerre mondiale avaient des ailes d'un allongement de 5.68, l'intercepteur Lockheed F-104 Starfighter aux ailes très courtes avait un allongement de 2.45 et le supersonique civil Concorde à aile delta avait un faible allongement de seulement 1.55. Pour compléter, un avion espion qui devait voler à haute altitude pendant de longues périodes, type Lockheed U-2, avait des ailes d'un allongement d'environ 14.

Le H.D.10 était un avion à aile haute à très fort allongement (32.5) car la surface de ses ailes était seulement de 4,50 m2. Monoplace à cockpit fermé, il était équipé d'un train tricycle rentrant et était doté d'un moteur quatre cylindres à plat à refroidissement par air entraînant une hélice bipale. La construction était métallique, le plan d'aile était haubané ainsi que l'empennage doté de deux dérives.

Le prototype effectua son premier vol en août 1948 aux mains de Maurice Hurel et réalisa, par la suite, plusieurs essais, dont des vols lents à faible incidence ce qui permit de valider cette formule à grand allongement. Par la suite, le constructeur s'engagea dans des projets plus importants, comme par exemple, le type H.D.45 à réaction proposé en concurrence de la célèbre Caravelle. Finalement, la formule à grand allongement ne connut pas un grand succès et seuls, deux bimoteurs H.D.32 et une petite série de huit H.D.34 exploités par l'Institut Géographique National (IGN) français furent assemblés. L'unique H.D.10 fut retiré en septembre 1954.

La firme Hurel-Dubois devint un sous-traitant important (nacelles, éléments de structure) dans l'industrie aéronautique française, elle fut intégrée dans le groupe SNECMA en 2000. Baptisée en 2001, Hurel-Hispano, suite au rapprochement de Hispano-Suiza Aerostructures et Hurel-Dubois, elle changea de nouveau de nom pour devenir Aircelle en 2005. Le site historique de ce constructeur, à Meudon, fut fermé en 2006.


- En complément, vue du Hurel-Dubois H.D.321.01. Ce modèle produit uniquement en deux exemplaires était un dérivé allongé du type H.D.32 équipé de moteurs Wright Cyclone 982 et doté d'un empennage unique en remplacement des deux dérives de l'avion initial. Commandés à l'origine par Air France, les deux prototypes H.D.321 furent utilisés finalement par l'Armée de l'Air suite à l'annulation de la commande de la compagnie nationale. Ils furent utilisés pendant les opérations de Suez et en Algérie entre 1956 et 1960 dans des missions de transport tactique, cartographie aérienne et ravitaillement ou ils furent appréciés pour leurs capacités de décollage et d'atterrissage sur de courtes distances. Le H.D.321.01 qui appartenait au SGACC (Secrétariat Général à l'Aviation Civile et Commerciale) fut mis à disposition de l'ELA (Escadrille de Liaison Aérienne) 56 fin septembre 1956.

Source partielle : site web Wikipedia.

H.D.10              
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 75 CV                        Praga D                                           
Envergure/Span 12,00 m    Longueur/Length 5,15 m     Hauteur/Height 1,55 m     Poids total/Weight 480 kg         
Vitesse/Speed 250 km/h             Plafond/Ceiling 5.000 m    Autonomie/Range 1.000 km  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions expérimentauxAvions expérimentaux