Handley page-H.p.52 hampden

Handley Page H.P.53 Hereford

Handley page-H.p.54 harrow

Vue d'un bombardier moyen Hereford (photo : Aircraft of the Royal Air Force 1918-57 - Owen Thetford) Vue d'un bombardier moyen Hereford, immatriculation L 6070, du Group Pool Squadron No. 5.

Le bombardier moyen bimoteur Handley Page Hampden, type Mk. II, avait été essayé (appareil X 3115), avec des moteurs en étoile Wright Cyclone de 1.000 ch, désignation H.P.62, mais cette version ne fut pas mise en production. Une autre variante du Hampden, qui ne fut finalement pas beaucoup mise en service, fut le H.P.53 Hereford. La différence, par rapport à la machine d'origine, était le montage de moteurs en ligne, 24 cylindres en H à refroidissement par air de 1.000 ch, Napier Dagger, à la place des radiaux Bristol Pegasus, et le ministère de l'Air (Air Ministry) avait passé une commande de cent avions de ce type, en même temps qu'une portant sur le bombardier d'origine, en août 1936.

Le Hereford avait été construit pour répondre à la spécification 44/36, et la fabrication était sous la responsabilité de Short et Harland, à Belfast, Irlande du Nord. A l'origine, les essais furent effectués sur un Hampden modifié (L 7271), doté de moteurs en ligne Dagger, et le premier vol de cette machine fut effectué en juin 1937. A la suite, le premier exemplaire du Hereford de production (L 6002) vola à Belfast, à la fin de l'année 1939.

Les avions furent mis en service actif en 1940, et ils équipèrent pendant une courte période, en partie, le Squadron No. 185 de la R.A.F., les autres avions de cette escadrille étant alors des Hampden. Cependant dès le début, le moteur Dagger se révéla problématique, en étant à la fois bruyant et peu fiable. En particulier, il fut victime de problèmes de refroidissement, spécialement lors du roulage au sol, et ce défaut fut cause de pannes prématurées. Les problèmes du propulseur ne furent finalement jamais résolues de manière satisfaisante, et le Hereford fut principalement employé, mais de manière limitée, pour la formation des équipages de bombardiers, dans le Squadron No. 16 OTU (Operational Training Unit), à Upper Heyford, Oxfordshire (première livraison des appareils dans cette unité, mai 1940). Cependant, seul un petit nombre de machines de ce type fut employé, et de nombreux Hereford furent reconvertis au standard Hampden, en remplaçant le moteur Dagger par le plus fiable Pegasus radial.

L'armement de l'appareil était constitué de quatre mitrailleuses de calibre 7,7 mm, et sa charge de bombes atteignait 1.800 kg. Le Hereford se distinguait du bombardier d'origine, par les capots de ses moteurs plus longs, et un dièdre plus important sur la partie extérieure des ailes. Le bruit des échappements était désagréable pour l'équipage, car il était dans les très hautes fréquences, et l'étroit, exigu, et mal chauffé fuselage rendait les missions très inconfortables, d'autant plus que les membres d'équipage ne pouvaient changer de position durant le vol. Sur cet avion, le cockpit du pilote avait une verrière coulissante, qui était parfois laissée ouverte pendant le vol.


Source partielle : Aircraft of the Royal Air Force 1918-57 - Owen Thetford.

HEREFORD            
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 1000 ch                     Napier Dagger VIII                                
Envergure/Span 21,08 m    Longueur/Length 16,33 m    Hauteur/Height 4,55 m     Poids total/Weight 8.070 kg       
Vitesse/Speed 430 km/h             Plafond/Ceiling 5.790 m    Autonomie/Range 1.930 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens