Hispano-suiza-12 y

Hispano-Suiza Type A

Honeywell-331-250

Vue d'un moteur Hispano-Suiza Type A (photo : Jane's fighting aircraft of World War I John W.R.Taylor) Moteur en ligne Hispano-Suiza, Type A, huit cylindres en V. Construction sous licence Wright-Martin Aircraft.

Ce propulseur présenté à la fin de l'année 1914 fut conçu par Marc Birkigt. D'un dessin moderne, ce huit cylindres en V à 90° refroidi par liquide tranchait avec les productions de l'époque, le bloc moteur et les culasses étaient construits en aluminium, l'arbre à cames graissé sous pression attaquait directement les soupapes, toutes les pièces en mouvement étaient enfermées sous carter et les pièces sujettes à fatigue (ressorts de soupape, bougies, magnétos) étaient doublées. Son alésage était de 120 mm pour une course de 130 mm, la cylindrée était de 11,80 litres, le régime de rotation normal étant de 1.500 tr/min pour le modèle 180 CV.

D'une puissance allant de 150 CV à plus de 300 CV suivant les versions, ce moteur fut largement construit par Hispano-Suiza dans ses usines de Barcelone et Bois-Colombes ainsi que par des firmes sous licence, en moins de quatre années, de février 1915 à novembre 1918, la production fut de 49.800 moteurs.

La versions 8A, 8Aa (taux de compression bas) et 8Ab (taux de compression élevé) furent montés sur le Spad VII et sur de nombreux chasseurs et hydravions anglais (Sopwith Triplane). La version 8B, plus puissante équipa les Spad XI et XIII, de nombreux appareils anglais (Bristol F.2, Sopwith Cuckoo) et russes et remotorisa le bombardier Caudron C.23 en 1917 en France.

Le V-8 Hispano-Suiza fut fabriqué sous licence à l'étranger, chez Wright-Martin Aircraft à New Brunswick (New Jersey), chez Wolseley en Grande Bretagne à Birmingham, chez Nagliati à Florence et chez Itala/SCAT à Turin en Italie (hydravions), chez Aviachim Trust à Zaparozhié en Hongrie et chez Mitsubishi-Goshi à Tokyo au Japon.

Aussi, sur une suggestion de l'As Georges Guynemer, la maison Hispano-Suiza effectua des essais de montage d'un canon semi-automatique d'infanterie de 37 mm tirant à travers le moyeu de l'hélice. Ce canon fabriqué par l'arsenal de Puteaux fut monté entre les deux rangées de cylindres d'un moteur de 220 CV, Type 8C. En 1917, le pilote René Fonck, testa ce canon monocoup à chargement manuel sur un Spad XII et abattit onze avions. Environ 600 moteurs, type 8C, furent construits.


Ce moteur fut décliné en plusieurs versions :
Type A huit cylindres en V, puissance nominale 180 CV, 1.750 tr/min, entraînement direct de l'hélice.
Type B huit cylindres en V, puissance nominale 220 CV, 2.200 tr/min, réducteur.
Autre type B huit cylindres en V, puissance nominale 300 CV, 2.200 tr/min, réducteur.
Version Wright-Martin huit cylindres en V, puissance nominale 150 CV (1.500 tr/min), puissance maximum 170 CV (1.700 tr/min), poids 210 kg, cylindrée 18,24 litres.



Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresMoteurs à pistonsMoteurs à pistons