Junkers-Ju 52

Junkers Ju 86

Junkers-Ju 87 stuka

Vue d'un Ju 86 destiné à la compagnie South African Airways (origine : Airliners between the wars 1919-1939 - Kenneth Munson) Vue et plans du Ju 86 Z-1 (ZS-ACGG), Ryk Tulbagh avant livraison à la compagnie South African Airways (moteurs Rolls-Royce Kestrel XVI).

Bien qu'il acquit une importance plus grande dans sa forme militaire, le Ju 86 eut un certain statut en tant qu'appareil de transport commercial dans les années 1930, avec environ cinquante appareils mis en service par huit compagnies dans différents pays. Comme son contemporain, le Heinkel He 111, le Ju 86 fut conçu en 1934, en suivant des spécifications conjointes Lufthansa/RLM (Reichsluftfahrtministerium, ministère de l'Air du Reich) pour un avion à plusieurs moteurs capable d'être employé comme avion commercial et aussi bombardier. L'équipe de conception fut dirigée par le Dipl Ing Ernst Zindel et deux prototypes civils, Ju 86 V2 (D-ABUK) et V4 (D-AREV) effectuèrent leurs premiers vols, respectivement fin mars et fin août 1935.

Dès le début, le développement du Ju 86 fut affecté par des problèmes sur les moteurs Jumo qui devaient l'équiper, mais la production fut démarrée en 1935 avec la version commerciale initiale Ju 86B, dotée de deux moteurs Jumo 205C-4 de 600 CV. Au moins huit exemplaires de ce type furent construits en pré-production Ju 86B-0, le premier exemplaire immatriculé HB-IXI étant livré en avril 1936, à la compagnie Swissair. Cinq machines furent livrés à la Deutsche Lufthansa qui les mit en service, mi-1936 sur les liaisons Berlin vers Gleiwitz, Brême et Cologne et depuis Cologne vers Breslau. L'exemplaire suisse utilisé pour des vols nocturnes de transport postal entre Zurich et Francfort-sur-le-Main, victime d'un accident en août 1936 fut remplacé six mois plus tard par le Ju 86Z-1 (HB-IXE), désigné ultérieurement Ju 86Z-2 et enregistré HB-IXA après avoir été équipé de moteurs radiaux BMW 132). L'équipement standard comprenait alors, trois hommes d'équipage avec dix passagers équipés de sièges individuels et un logement à bagages à l'arrière de la cabine principale.

Deutsche Lufthansa devint l'un des deux principaux utilisateurs de cet avion, avec l'acquisition, en plus des types V2, V4 et de cinq B-0, de six Ju 86C-1, deux Ju 86Z-2 et d'un Ju 86 V24, pour un total de 16 machines. En 1937, ces avions étaient employés sur 18 routes de la compagnie, la flotte restant en service jusqu'en 1939. En 1940, elles furent mises à disposition de la Luftwaffe. La version C-1 était équipée de Jumo 205C et dotée d'un fuselage allongé en partie arrière.

Le suffixe de désignation 'Z' fut introduit en 1936 et appliqué à trois modèles civils. Le premier type fut le Z-1 à moteurs Jumo (correspondant aux précédents B-0 ou C-1) vendu à Swissair (un ex.), aux Lignes Aériennes autrichiennes (un ex.) et aux Lignes Aériennes chiliennes (3 ex.). Un autre type de cette série fut le Z-2 à moteurs radiaux BMW 132H acheté à deux exemplaires par la Lufthansa et à cinq exemplaires et plus par la compagnie de transport paramilitaires (Manchu Kokuyuso Kabushiki Kaisha, MKKK) du Mandchoukouo (gouvernement fantoche de Mandchourie nominalement indépendant mais mis en place et contrôlé par l'Empire japonais et qui a existé de 1931 à 1945). Le dernier type fut le Z-7 à moteurs Hornet vendu à AB Aerotransport en Suède (un exemplaire immatriculé SE-BAE, "Svalan" destiné aux liaisons postales), Lloyd Aero Boliviano (trois ex.) et la South African Airways (17 ex.). L'exemplaire suédois fut transféré par la suite, aux forces aériennes suédoises et servit sous la désignation Tp 9 jusqu'en 1958,

La compagnie South African Airways voulait équiper, à l'origine, ses Ju 86 avec des moteurs Rolls-Royce Kestrel de 745 CV. Six machines équipés de ces moteurs furent dotés de moteurs radiaux Hornet avant leur mise en service, les autres avions recevant les mêmes propulseurs. Ces avions furent intégrées à la South African Air Force en 1939, rejoignant un bombardier Junkers Ju 86K-1 acquis pour évaluation. Dotés d'armes de défense et de racks à bombes, ils furent employés pour effectuer des missions de patrouille côtière et de bombardement. Employé conjointement avec des Avro Anson dans des missions de surveillance des côtes, ils furent retirés en septembre 1942 et remplacés par des Lockheed Ventura.

En plus des 48 exemplaires civils répertoriés, au moins dix autres exemplaires portèrent une immatriculation civile allemande. Certains étaient des machines de développement militaire, trois avions appartenaient à la compagnie de photographie aérienne Hansa Luftbid et l'appareil immatriculé D-AXEQ était un démonstrateur de type Ju 86A. La production totale, civile et militaire, construite entre 1935 et 1939 par les firmes Junkers Dessau, ATG, Henschel et Blohm und Voss fut d'environ 910 exemplaires.



- Versions militaires :
Le bombardier fut testé de manière opérationnelle pendant la Guerre d'Espagne, ou il se révéla inférieur au Heinkel He 111. Quatre Ju 86 D-1 furent livrés en Espagne début février 1937 pour emploi par la Legion Condor. Un exemplaire fut rapidement abattu par les Républicains. Cet avion fut remplacé par un nouvel appareil, un autre D-1 fut accidenté l'été 1937, puis les trois exemplaires restants furent cédés aux Forces Nationalistes.

Suite aux problèmes rencontrés avec les moteurs Jumo du 86D, furent développées les versions plus fiables côté propulseur, Ju 86E-1 (moteurs radiaux BMW 132F de 810 CV) et Ju 86E-2 (moteurs BMW 132N de 865 CV). Aussi en 1938, afin d'améliorer la visibilité, des modèles E-2 furent dotés d'une nouvelle partie avant arrondie, plus courte, plus basse et dotée de vitres. Ces appareils construits à environ quarante exemplaires furent désignés G-1. Les Ju 86 furent utilisés pendant l'invasion de la Pologne en 1939 mais retirés peu de temps après.

En janvier 1940, fut testé par la Luftwaffe le prototype de bombardier à haute altitude Ju 86P à envergure augmentée (25,6 m), cabine pressurisée et moteurs Diesel à compresseur Jumo 207A1. Cette machine déclinée en versions bombardier P-1 (aucun armement défensif, charge de 1.000 kg de bombes) et reconnaissance P-2 équipée de trois caméras et dont l'équipage comprenait deux hommes pouvait voler à 12.000 m, soit au-dessus de l'altitude atteinte par les chasseurs ennemis. Cette menace fut à l'origine du développement du Westland Welkin britannique et du Yakovlev Yak-9PD soviétique. Commandé à quarante exemplaires par la Luftwaffe, le Ju 86P fut employé en service actif en Angleterre, Union Soviétique et Afrique du Nord. En août 1942, un Spitfire V modifié abattit au-dessus de l'Egypte une machine de ce type volant à presque 14.500 m. Les Junkers Ju 86P furent retirés du service actif en 1943. Fut encore développée, la version Ju 86R équipée d'ailes de plus grande envergure (32 m) et de nouveaux moteurs (Jumo 207 B-3/V). Cet appareil capable d'atteindre 16.000 m en resta au stade de prototype. Les modèles de bombardier haute altitude à quatre moteurs Ju 186 et six moteurs Ju 286 furent aussi proposés mais ils ne furent jamais construits.


Plans d'un Ju 86 destiné à la compagnie South African Airways (origine : Airliners between the wars 1919-1939 - Kenneth Munson)

- En complément, illustration d'un Junkers Ju 86E-1 de la Luftwaffe (1937). Ce bombardier équipé de moteurs BMW 132F refroidis par air de 810 CV pouvait atteindre une vitesse de 360 km/h à 4.000 m, son plafond opérationnel étant de 7.500 mètres. D'un poids au décollage de 8.190 kg, il pouvait emporter 1.000 kg de bombes et était armé de trois mitrailleuses. Son équipage comprenait quatre personnes.

Source partielle : Airliners between the wars 1919-1939 - Kenneth Munson.

Ju 86Z-7            
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 800 CV                      Pratt & Whitney Hornet S1E-G                  
Envergure/Span 22,50 m    Longueur/Length 17,50 m    Hauteur/Height            Poids total/Weight 8.000 kg       
Vitesse/Speed 360 km/h à 3500 m    Plafond/Ceiling 7.800 m    Autonomie/Range 1.500 km  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens