Latécoère 28-3 "Comte-de-La Vaulx"

 

Vue du Laté 28-3 de Mermoz (photo : Histoire de l'aviation René Chambe - Illustration) Vue de l'hydravion Laté 28-3 avant le départ, à Saint-Louis du Sénégal en mai 1930 (de gauche à droite : Gimié, Mermoz, Dabry).

Le Latécoère 28-3, élégant hydravion détenteur de nombreux records et vainqueur de l'Atlantique sud est associé étroitement à son pilote attitré Jean Mermoz. Si sa carrière fut assez courte, cet avion fut à l'origine de nombreux hydravions militaires renommés.

Il était dérivé du Latécoère 28, appareil dont la réussite était acquise en 1930. Les différences portaient sur le moteur qui était plus puissant et la surface alaire augmentée. Les flotteurs en catamaran étaient très étudiés, il coûtaient une part importante de l'appareil. L'hydravion avait été prévu (et homologué) pour le traffic fluvial, mais l'Aéropostale voulait lui faire traverser l'Atlantique sud pour le transport du courrier. Le ministère refusant de cautionner un avion monomoteur pour cet usage, il fut testé sur des records de distance : en avril 1930, Mermoz, avec le prototype n° 919, battait le record mondial en circuit fermé avec 4308 km parcourus en trente heures et vingt-cinq minutes, ce qui laissait une marge de 1200 km pour une traversée de l'Atlantique.

L'accord ayant été obtenu sous forme d'un pli cacheté mêlé au courrier emporté par l'appareil, la première traversée put être tentée le 12 mai 1930, avec le prototype n° 909 (F-AJNQ) baptisé "Comte-de-La Vaulx". Le voyage fut difficile, particulièrement dans la zone du Pot-au-Noir. Mermoz dut voler entre 30 et 200 m d'altitude sans se relâcher pendant la durée du parcours Dakar-Natal qui fut accompli en environ 21 heures et 30 minutes pour presque 3200 km. Cette première traversée commerciale de l'Atlantique sud eut un retentissement mondial.

Mermoz voulait revenir dans les mêmes conditions, mais les éléments étaient contre lui: il va essayer de décoller plus de cinquante fois entre les premiers essais, le 3 juin et le départ réussi, le 8 juillet. Après 2000 km de vol, l'appareil, victime d'une importante fuite d'huile du amerrir. L'équipage sera secouru par l'aviso Phocée, mais l'hydravion, trop sollicité va sombrer (faiblesse du flotteur gauche).

Les autres Laté 28-3 commandés par l'Aéropostale ne volèrent presque pas. En 1934, Air France en reprit trois exemplaires modifiés en avions terrestres Laté 28-1H.

Le "Comte-de-La Vaulx" était équipé de moyens modernes de communication: radio LL émettant simultanément sur deux longueurs d'ondes et poste récepteur de messages sur ondes longues, ce qui permettait au navigateur Gimié de recevoir des relèvements triangulaires des neuf stations et bateaux émetteurs. La construction était en métal et bois entoilé, la capacité en essence avait été portée à 2400 litres, le poste de pilotage était muni d'une double commande. Les postes du navigateur et du radio étant placés en retrait vers l'arrière. L'avion pouvait emporter environ 200 kg de courrier.


Plans de l'hydravion Laté 28-3 "Comte-de-La Vaulx". Plans du Laté 28-3 de Mermoz


Histoire de l'AéropostaleAvions de l'Aéropostale (1919-1938)


LATE 28-3           
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 600 CV                       Hispano-Suiza 12 Lbr                              
Envergure/Span 19,25 m    Longueur/Length 13,64 m    Hauteur/Height 3,24 m     Poids total/Weight 2.940 kg       
Vitesse/Speed 160 km/h             Plafond/Ceiling            Autonomie/Range 3.200 km  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page air-espace Retour partie air-espace/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions civilsAvions civilsAvion précédentLatecoere-28Latecoere-298Avion suivant