Latecoere-298

Latécoère 300 Croix-du-Sud

Latecoere-35

Vue du Latécoère 300 Croix-du-Sud perdu en mer fin 1936. Vue du Late 300 Croix-du-Sud (photo : Pierre Gaillard/Légendaires Avions du Monde F.Besse et J.Molveau)

L'hydravion Latécoère 300 était conçu pour le transport de courrier entre Dakar et Natal au Brésil. Le premier exemplaire (F-AKCU) fit son premier vol en 1931, mais il coula dans l'étang de Berre en décembre de la même année (problème de centrage). Début 1932, il fut reconstruit, ré-enregistré (F-AKGF) et nommé Croix-du-Sud. Il revola en octobre 1932.

Fin décembre 1933, piloté par le Capitaine de Corvette Bonnot, l'appareil effectua le parcours Etang de Berre-St Louis du Sénégal (3.680 km) en un peu plus de 23 heures. Les 3,4 janvier 1934, il traversa l'Atlantique Sud vers Natal, le retour eu lieu en février, il fut ensuite inclus dans le service d'Air France sur ce parcours (six traversées). Dans l'année, La Croix-du-Sud revint à Biscarrosse pour une révision et des modifications : empennage vertical agrandi, dièdre de l'aile modifié et hélices à pas variable.

Les opérations furent poursuivies en 1935-36, mais le 7 décembre 1936, l'hydravion piloté par Jean Mermoz disparut en mer au large de Dakar. Ni l'appareil, ni l'équipage (Alexandre Pichodou, second pilote, Jean Lavidalie, mécanicien naviguant de la compagnie Air France, Henri Ézan, navigateur et Edgar Cruvelhier, radiotélégraphiste de la compagnie Air France) ne furent retrouvés.

Intéressé par le rayon d'action important du Laté 300, le ministère de l'Air commanda six exemplaires d'une version dérivée, trois Laté 301, hydravions civils pour Air France et trois Laté 302, appareils de reconnaissance militaire. Ils incluaient les modifications faites sur la Croix-du-Sud en 1934-35, augmentation du dièdre de l'aile et de la surface du plan vertical de queue. Les moteurs étaient des Hispano-Suiza 12 Ner de 650 CV montés en tandem au-dessus de l'aile.

Pour les avions civils les enregistrements d'origine étaient F-AOIK Orion, F-AOIL Eridan et F-AOIM Nadir. Le vol initial eu lieu début septembre 1935. Avant la mise en service début 1936, les noms devinrent Ville de Buenos Aires, Ville de Rio de Janeiro et Ville de Santiago du Chili. L'hydravion F-AOIL, Ville de Rio de Janeiro fut perdu lors d'un vol Natal-Dakar le 10 février 1936.

L'accident était probablement lié à un problème de moteur, de réducteur ou d'hélice sur les Hispano 12 Ner, comme pour la Croix-du-Sud qui avait aussi reçu ces propulseurs.



Vue du Late 302 Mouneyrès (origine : Flying Boats and Seaplanes since 1910 - Kenneth Munson) Vue et plan du Latécoère 302 Mouneyrès (code E4-3). Escadrille E4, marine nationle française, fin 1939.

Les appareils militaires Laté 302 comportaient un équipage de huit personnes au lieu de quatre pour leurs équivalents civils, des moteurs Hispano-Suiza 12 Ydrs plus puissants et un cockpit se prolongeant vers l'extrême avant. Ils furent baptisés Guilbaud (codé E4-1), Cavelier de Cuverville (E4-2) et Mouneyrès (E4-3), le premier vol fut effectué en février 1936.

L'armement était constitué de trois mitrailleuses Darne, deux latérales et une montée à l'avant. Quatre bombes de 75 kg pouvaient être emportées. La mise en service dans l'Escadrille E4 eu lieu à Berre fin 1936, en septembre 1939 leur unité fut déplacée à Dakar. Ils furent rejoints par le Laté 301 F-AOIM rebaptisé de l'Orza. Ils furent retirés du service en décembre 1941.



Les trois Laté 302 avaient reçu un nom de baptême en l'honneur d'officiers de l'Aéronautique Navale disparus en mission. Mouneyrès disparut avec Saint Roman et Petit lors d'une traversée de l'Atlantique sud (Saint Louis du Sénégal vers Natal au Brésil) en 1927 à bord d'un Farman F.60 (F.162) Goliath immatriculé F-ADFN et équipé d'un train fixe. Cavelier de Curverville et Guilbaud disparurent à bord d'un Latham 47 lors de recherches pour retrouver les survivants du dirigeable italien Italia commandé par Umberto Nobile et perdu entre la Norvège et l'archipel du Spitzberg en 1928.
Plans du Late 302 Mouneyrès (origine : Flying Boats and Seaplanes since 1910 - Kenneth Munson)

En complément, photos du Latécoère 302 codé E4-3 Mouneyrès au mouillage et en attente de remorquage dans les environs des Iles du Cap Vert en 1939. On distingue bien, sur la deuxième photo, les pontons de stabilisation de l'hydravion faisant également office de réservoirs de carburant, les moteurs Hispano-Suiza disposés en tandem, les radiateurs placés sous les ailes, les mâts de support du plan et la cabine surélevée et décalée située tout à l'avant. Ces documents ont été aimablement fournis par Patrick Cartier.

Histoire de l'AéropostaleAvions de l'Aéropostale (1919-1938)

LATE 300            
Moteurs(s)/Engine(s)   4 moteurs à pistons de 650 CV                      Hispano-Suiza 12 Nbr                              
Envergure/Span 44,20 m    Longueur/Length 25,86 m    Hauteur/Height 6,50 m     Poids total/Weight 23.000 kg      
Vitesse/Speed 210 km/h             Plafond/Ceiling 4.600 m    Autonomie/Range 4.450 km  


LATE 302            
Moteurs(s)/Engine(s)   4 moteurs à pistons de 860 CV                      Hispano-Suiza 12 Ydrs                             
Envergure/Span 44,00 m    Longueur/Length 26,15 m    Hauteur/Height 7,98 m     Poids total/Weight 24.000 kg      
Vitesse/Speed 215 km/h             Plafond/Ceiling 5.800 m    Autonomie/Range 3.250 km  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions civilsAvions civils