Latecoere-521 'lieutenant de vaisseau paris'

Latécoère 522 Ville de Saint-Pierre

Latecoere-631

Vue du Late 522 Ville de Saint-Pierre (photo : Gallica, l'Aéronautique, Paris, juin 1939) Vue du grand hydravion de transport civil Latécoère 522 Ville de Saint-Pierre monté sur un berceau, à Biscarosse.

L'unique hydravion de transport Latécoère 522, immatriculation F-ARAP Ville de Saint-Pierre, était un proche dérivé du Laté 521, amélioré sur certains points. Cet appareil prévu pour un service civil, reprenait l'architecture du modèle d'origine, hydravion à coque à aile haute, avec des pontons latéraux destinés à assurer la stabilisation (et faisant office de réservoirs de carburant), et une propulsion formée de six moteurs douze cylindres en V Hispano-Suiza, disposés de la manière suivante : quatre centraux en tandem et deux tractifs externes placés sur le bord d'attaque. Des modifications avaient cependant été apportées, aménagement de la cabine repensé, partie avant redessinée et partie supérieure de la coque rénovée.

Commandé initialement en trois exemplaires, par le ministère de l'Air, pour le compte de Air France Transatlantique, il ne fut finalement construit qu'en un. Le premier vol cet hydravion fut effectué en avril 1939, et il fut ensuite affecté par la compagnie Air France, sur l'Atlantique Nord. Piloté par Henri Guillaumet, le Laté 522 effectua quelques vols transatlantiques, mais il ne put être mis en service régulier, car il fut rapidement réquisitionné par l'armée, doté d'un équipement militaire, et affecté à l'Escadrille E.6, basée à Lanvéoc-Poulmic, près de Brest.

Avec les autres hydravions de cette unité, le Laté 522 assura une escorte de convois à destination de Narvik, Norvège, et participa également à la protection de la flotte d'évacuation de Dunkerque. Par la suite, les appareils furent rapatrié à Port-Lyautey, au Maroc, en juin 1940. Le Laté 522, fut utilisé pour assurer des liaisons depuis la France vers Djibouti, aux mains du pilote Paul Codos, et fut employé par le même pilote pour des vols vers Madagascar. Finalement, cet hydravion fut détruit par les Allemands, sur l'étang de Berre, en août 1944, lors de la retraite.

Parmi les voyages effectués par le Laté 522, on peut citer celui effectué fin juin 1939, pour le compte de Air France Transatlantique. Traversée de l'Atlantique, départ 17 juin, étapes Lisbonne, Horta (Açores), Bermudes, Port-Washington (état du Wisconsin, lac Michigan), durée totale environ 48 heures et 30 minutes, distance parcourue 7.625 km, durée de vol une peu plus de 42 heures, vitesse moyenne environ 180 km/h. Equipage, premier pilote Henri Guillaumet, second pilote Paul Comet, navigateurs Jacques Néri et Georges Bouchard, radios Roux, René Chapaton, et Montauvin, passager M. de Genouilhac, commandant de la base de Biscarosse. Un autre voyage fut effectué dans le sens retour, des Etats-Unis vers Biscarosse, en août 1939. Durée environ 30 heures et 30 minutes, équipage, premier pilote Henri Guillaumet, second pilote Carriou, navigateur Paul Comet, radios Jacques Néri, Georges Bouchard, mécaniciens Gaston Le Morvan, René Chapaton, Coustaline, passager Louis Castex, directeur d'Air France Transatlantique.


- En complément, timbre de commémoration du voyage de retour effectué début août 1939. Timbre Saint-Pierre et Miquelon, poste aérienne (PA65), émission en 1987.

Source partielle : site web Wikipedia.

LATE 522            
Moteurs(s)/Engine(s)   6 moteurs à pistons de 920 ch                      Hispano-Suiza 12 Y-37                             
Envergure/Span 49,31 m    Longueur/Length 31,77 m    Hauteur/Height 9,07 m     Poids total/Weight 41.800 kg      
Vitesse/Speed 260 km/h             Plafond/Ceiling 5.600 m    Autonomie/Range 5.400 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions civilsAvions civils