Liore-Monoplan

Lioré et Olivier 20

Liore et olivier-21

Vue d'un Lioré et Olivier 20 (photo : Encyclopédie illustrée de l'Aviation dans le monde - David Mondey) Vue d'un Lioré et Olivier 20, bombardier de nuit de 4/5 places.

Le premier vol du bombardier bimoteur LeO 12, un biplan à deux places conçu par la compagnie Lioré et Olivier, avait été effectué en juin 1924. Cinq prototypes de cette machine, dotés tous de deux moteurs Lorraine-Dietrich de 400 ch furent construits, et ces avions servirent plus tard, de manière expérimentale, dans des escadrilles françaises, comme des bombardiers de nuit. Une version civile de transport, désignée LeO 121, avait été dérivée de ce modèle, et en 1926, fut présenté un nouveau prototype doté de deux moteurs radiaux Gnome-Rhône (Bristol) Jupiter. Ce biplan désigné LeO 122, ne fut pas mis en production, mais il servit de prototype pour une version identique, mais légèrement plus grande, le bombardier LeO 20.

Le LeO 20 était un bombardier de nuit de 4/5 places d'une apparence assez lourde, avec un fuselage anguleux de large capacité, des ailes rectangulaires identiques, à trois paires de mâts d'entre plans de chaque côté, et un train principal fixe dont les jambes étaient carénées. La production destinée aux forces aériennes françaises atteignit environ 320 exemplaires, et ce bombardier resta en service, malgré des performances réduites, jusqu'en 1937. Plusieurs appareils furent utilisés de manière expérimentale, en incluant un LeO 20 avec des ailes d'une envergure et d'une surface réduites, un équipé d'un canon de 37 mm en partie frontale, et un autre essayé avec différents moteurs Gnome-Rhône dotés de compresseurs. Un petit nombre fut converti plus tard, en avion d'entraînement pour des parachutistes, cette variante étant désignée LeO 201. Le LeO 20 fut fourni à l'Aéronautique Militaire française, mais fut exporté également, au Brésil (deux exemplaires), et en Roumanie (sept ex.).

Le dessin de base fut repris pour une version plus évoluée, le LeO 203, un quadrimoteur dérivé du bimoteur LeO 202 qui avait été équipé de moteurs radiaux Salmson 9 Abc. Le premier vol de l'exemplaire initial du LeO 203 fut effectué en mars 1931. Il était doté de deux paires de moteurs Gnome-Rhône 7Kb montés en tandem sur les ailes basses, chaque paire entraînant une hélice tractrice, et une propulsive. Un montage identique, mais avec quatre moteurs Renault 9 Ca, fut effectué sur le LeO 205, et le LeO 204 fut un prototype pour une version navale du LeO 203, dotée de deux flotteurs. Les variantes LeO 203 et LeO 205, ne furent pas mises en production, mais environ quarante exemplaires du LeO 206, un dérivé du prototype du LeO 203, furent construits à partir de 1932. Bien que doté de quatre moteurs radiaux à compresseur Gnome-Rhône 7 Kds de 350 ch, ce modèle différait par son nez révisé, sa mitrailleuse de queue, et sa large gondole ventrale incorporant le poste du mitrailleur inférieur.

Le développement de la série fut terminé avec le LeO 207, doté de moteurs Gnome-Rhône Titan Major, et construit en un très petit nombre d'exemplaires, et le LeO 208 qui datait de 1936. Cette dernière variante, équipée de propulseurs plus puissants Gnome-Rhône 14, avait été plus profondément remaniée, avec des ailes basses d'une corde inférieure, une cabine fermée, et un train principal rétractable. Cette machine avait des performances largement meilleures que celles du modèle d'origine LeO 20, mais son développement ne fut pas poursuivi.

L'équipage d'un LeO 203 comprenait quatre membres, un pilote dont le poste était doté d'une double commande, un mitrailleur/bombardier logé dans le poste avant, un mitrailleur dans le poste défensif supérieur, et un opérateur radio/mitrailleur logé dans la nacelle ventrale. L'armement comprenait sept lance-bombes G.P.U. (Grande Puissance Utilitaire) pour bombes de 100 ou 200 kg, et un lance-bombe T.G.P.U. (Très Grande Puissance Utilitaire) pour une bombe de 200 kg. La charge totale emportée dans la soute interne, ou sous les ailes, pouvait atteindre 1.500 kg, pour une autonomie de 2.000 km, le poids total atteint étant de 8.500 kg.


- En complément, vue d'une bombardier quadrimoteur LeO 203 (document Gallica, l'Aéronautique, Paris, décembre 1931).

Source partielle : Bombers 1919-1939 - Kenneth Munson.

LeO 20              
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 420 ch                      Gnome-Rhône 9Ady                                  
Envergure/Span 22,20 m    Longueur/Length 13,77 m    Hauteur/Height 5,05 m     Poids total/Weight 5.460 kg       
Vitesse/Speed 200 km/h à 0 m       Plafond/Ceiling 5.750 m    Autonomie/Range 1.000 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1919-1939Avions militaires 1919-1939