A.b.c.-Wasp

Clément Ader Avion III

Allison-J35

Vue du groupe moteur du monoplan Clément Ader Avion III (photo : JN Passieux - Musée des Arts et Métiers, juin 2014) Vue générale, côté droit, du groupe propulseur du monoplan Clément Ader Avion III. Entrée vers la Chapelle du musée des Arts et Métiers, juin 2014 (dans cette église de Saint Martin des Champs est présenté le pendule de Foucault utilisé lors de l'Exposition universelle de Paris en 1855). On peut distinguer le brûleur à alcool dans le bas, la chaudière multitubulaire, le réservoir d'eau métallique en haut à gauche et les réservoirs à alcool, à droite le long de la chaudière. Est également visible à droite, la complexe partie cylindres, pistons, bielles, vilebrequin et les arbres des hélices et le long à gauche, le dôme isolé par du liège avec sa soupape de sécurité et sa soupape différentielle d'admission.

Les deux moteurs du monoplan Clément Ader l'Avion III étaient de type à vapeur avec comme combustible, de l'alcool méthylique (méthanol) vaporisé. Chaque moteur était constitué d'une chaudière et d'un groupe de deux cylindres. Chaque cylindre comportait un piston haute pression (HP) et un piston basse pression (BP) reliés par une bielle commune au vilebrequin. L'alésage HP était de 76 mm, pour 120 mm pour la partie BP, la course atteignait 120 mm et le taux de détente était de cinq. La puissance maximale atteignait au banc, 25 CV à 480 tr/min pour une pression de 15 kg/cm2.

Sous la chaudière multitubulaire dans laquelle circulait de l'eau, se trouvait le foyer du brûleur alimenté en alcool. L'air traversait le foyer, s'échauffait en montant entre les tubes de la chaudière en leur transmettant ses calories, puis ressortait par la cheminée. L'eau transformée en vapeur s'élevait dans un dôme de vapeur, entrait dans le moteur ou elle travaillait en se détendant. La vapeur entrait ensuite dans un condenseur pour être refroidie afin de revenir sous forme liquide. L'eau obtenue était récupérée par des pompes et renvoyée à la chaudière via un réchauffeur afin d'améliorer le rendement thermique. Le poids de cette installation motrice était de 145 kg, plus 26 kg d'eau et 106 kg d'alcool.


- En complément, vue côté gauche des moteurs à vapeur avec le brûleur à alcool et de la partie cylindres, pistons, bielles, manetons, contrepoids, vilebrequin. Les isolants externes utilisés pour les chaudières étaient de l'amiante et du liège.

Source partielle : site web Wikipedia.

Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresMoteurs à pistonsMoteurs à pistons