Nakajima-Ki-84  hayate

Naval Aircraft Factory N3N

Naval aircraft factory-Pt

Vue d'un Naval Aircraft Factory N3N-3 (photo : JN Passieux, musée JB Salis, La Ferté-Alais) Vue d'un appareil d'entraînement biplace Naval Aircraft Factory N3N-3. Immatriculation F-AZNF, cn 2909, livrée type U.S.A.A.F. Musée volant JB Salis, La Ferté-Alais, août 2010.

Le N3N Canary était un biplan biplace d'entraînement de base qui fut conçu comme le Boeing PT-13 par Lloyd Carlton Stearman. Destiné à remplacer les Consolidated NY-2 et NY-3, il fut construit dans les années 1930 par Naval Aircraft Factory (N.A.F.) à Philadelphie, Pennsylvanie.

Le N3N existait en version conventionnelle terrestre et en version hydravion. La version navale était dotée d'un gros flotteur unique sous le fuselage et de petits flotteurs latéraux de stabilisation sous les ailes inférieures alors que la version terrestre utilisait un train d'atterrissage fixe. Le prototype XN3N-1 fut équipé d'un moteur radial Wright J-5, mais les modèles de production reçurent un moteur radial Wright R-760 Whirlwind développant une puissance de 225 CV, propulseur qui fut par ailleurs largement construit sous licence par N.A.F.

Cet avion prévu pour deux pilotes, un instructeur et un élève, était doté d'une structure en tubes non pas en acier, mais en aluminium (cornières en Duralumin), ce qui lui assurait une bonne protection contre la corrosion due à l'air marin. La partie avant depuis la cloison du moteur jusqu'au premier poste de pilotage ainsi que la dérive étaient recouverts par un revêtement métallique, le reste du fuselage étant entoilé. La plan supérieur était d'un seule pièce et plusieurs panneaux démontables du côté gauche de la cellule permettaient au personnel de maintenance de vérifier facilement d'avion. L'hélice était de type bipale.

Plus de 900 machines N3N furent produites en modèles N3N-1 et N3N-3 (plus de 750 exemplaires de ce type) par Naval Aircraft Factory depuis le début de la fabrication en 1935. Cette production fut arrêtée en janvier 1942, mais cet appareil resta en service tout au long de la Deuxième Guerre mondiale. Ce fut le dernier biplan en service dans l'armée américaine, le dernier (utilisé par l'U.S. Naval Academy pour la familiarisation à l'aviation) étant retiré en 1961. Le N3N était aussi unique dans le sens ou sa conception et sa fabrication avaient été réalisés par une société appartenant entièrement et étant dirigée par le gouvernement des Etats-Unis (la Navy dans ce cas) à l'opposé d'une firme privée. Pour cela, les droits et les outils de fabrication du moteur Wright R-760 avaient été achetés pour permettre une production indépendante.

Le nom Yellow Peril aussi appliqué à cet avion n'était pas un terme officiel, mais un qualificatif générique appliqué à de nombreux avions d'entraînement premier niveau incluant le Boeing Stearman Kaydet. Ce nom a son origine dans le fait que tous les appareils navals de formation étaient peints d'une couleur jaune-orange depuis 1917 ainsi que par leur utilisation dans les bases de la Naval Aviation Reserve ou les élèves recevaient leur formation. En effet, les cadets qui ne passaient pas l'épreuve en solo après une certaine période de temps étaient en "péril" de ne pas obtenir leur qualification en tant que Aviation Cadet.



Naval Aircraft Factory (N.A.F.) fut créé par la marine des Etats-Unis en 1918 à Philadelphie en vue d'aider à résoudre le problème d'approvisionnement en avions auquel devait faire face le ministère de la marine lors de l'entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale.

Face aux besoins de l'armée américaine pour une très grande quantité d'avions, les constructeurs aéronautiques d'avions montraient un manque certain d'intérêt face aux exigences spécifiques de la marine qui allaient concerner un nombre relativement faible de machines. Le Département de la Marine conclut qu'il était nécessaire de construire une usine d'aviation lui appartenant pour assurer une partie de son approvisionnement en matériel, obtenir des données sur les coûts afin d'orienter le ministère dans ses négociations avec les fabricants du secteur privé et avoir sous son contrôle une usine capable de produire des modèles expérimentaux.

Le projet fut approuvé fin juillet 1917, par le secrétaire de la Marine, Josephus Daniels et le contrat fut signé début août. L'usine fut assemblée fin novembre 1917. Comme le besoin le plus important concernait des hydravions, la fabrication du grand biplan Curtiss H-16 à moteurs Liberty fut lancée. Fin mars 1918, moins de huit mois après le début des premiers travaux de construction de l'usine, le premier biplan H-16 assemblé effectuait de manière satisfaisante son vol inaugural. En avril, les deux premiers hydravions construits par N.A.F. furent envoyés à la station de patrouille à Killingholme, en Angleterre. Au final, 150 exemplaires de cette machine furent construits dans l'usine.

Au cours son activité, le centre de Philadelphie donna à la marine, des moyens propres de fabrication et d'organisation des essais, mais aussi permit la construction d'avions conçus par d'autres fabricants afin d'évaluer le coût des appareils fournis par l'industrie. La production d'avions par N.A.F. cessa au début de l'année 1945. Parmi les types construits, on trouve le Felixstowe F5L (version américaine du Felixstowe F.5), le N3N Canary, les TF (Tandem Fighter) et TG, le TS-1, le OS2N Kingfisher, le PBN-1 Nomad, les PN et PT, le SBN, le SON-1 Seagull et les XN5N et XOSN.

L'existence de l'usine avait suscité une controverse à certains moments par la fait qu'elle mettait en concurrence directe, une activité industrielle financée par l'état fédéral avec l'industrie civile et ce fut l'une des raisons pour laquelle elle fut reconvertie. Après la fermeture, les fonctions d'essai des avions furent transférées au nouveau Naval Air Test Center basé à la Naval Air Station de Patuxent River, Maryland.

Cependant, située au Philadelphia Naval Shipyard, la construction principale existe toujours, mais elle été convertie comme installation de recherche et développement pour le compte du Naval Surface Warfare Center, Carderock Division.


- En complément, vue du Naval Aircraft Factory N3N-3, immatriculation F-AZNF, sous une nouvelle livrée, style U.S. Navy, Yellow Peril. Salon du Bourget (Paris Air Show 2017).

Source partielle : site web Wikipedia

N3N-3               
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 235 CV                       Wright R-760-2/R-760-8                            
Envergure/Span 10,36 m    Longueur/Length 7,88 m     Hauteur/Height 2,85 m     Poids total/Weight 1.240 kg       
Vitesse/Speed 230 km/h             Plafond/Ceiling 4.660 m    Autonomie/Range 760 km    


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens