Mtu turbomeca rolls-royce gmbh-Mtr390

Napier Lion

Napier-Sabre

Vue d'un moteur Napier Lion (photo : Jane's fighting aircraft of World War I John W.R.Taylor) Moteur Napier Lion, douze cylindres en W (1918).

Dessiné par A.J. Rowledge et mis au point à la fin de la Première Guerre mondiale, le Napier Lion devint l'un des propulseurs britanniques les plus célèbres de l'époque. C'était un douze cylindres refroidi par liquide qui était composé de trois groupes de quatre cylindres en W (une rangée verticale, les deux autres avec un angle de 60°). Sa cylindrée atteignait 23,944 litres, alésage de 13,97 cm, course de 13,17 cm. Ses dimensions étaient, longueur 1,460 m, largeur 1,067 m et hauteur 1,105 m, et son poids atteignait 455 kg. Sa puissance nominale était de 450 CV à environ 2.000 tr/min, mais sur certaines versions de compétition, elle pouvait atteindre plus de 850 CV à 3.600 tr/min.

Le Lion fut monté sur le Supermarine Sea Lion II, vainqueur de la Coupe Schneider en 1922, mais aussi sur le Supermarine S.4 concurrent de cette même épreuve en 1925 et du S.5/25 vainqueur en 1927 à Venise. Il équipa un exemplaire du grand bombardier militaire Handley Page V/1500, et aussi des appareils civils comme le biplan de course monoplace D.H.4R de 1919, le Daimler D.H.34 de 1922, ou le Handley Page W 10 de 1926.


Système de bielles du Napier Lion, montage sur maneton commun. Système de bielles d'un Napier Lion


Record de vitesse terrestre (Land Speed Record) :
- le Napier Lion fut aussi monté, en diverses versions, sur des automobiles de record de vitesse. La machine Railton Mobil Special de John Rhodes Cobb, dotée de deux Lion VII D, d'une puissance unitaire de 1.430 CV (cylindrée 23,4 litres) atteignit environ 635 km/h (395 mph) en septembre 1947, à Bonneville, Utah. Ce véhicule, construit en aluminium, d'un poids d'environ 3,15 tonnes à sec, pour une longueur de 8,74 m, utilisait une architecture particulière avec les deux moteurs placés, de manière symétrique, en travers, au centre de la machine, chacun entraînant un essieu via une boîte à trois vitesses. La position des moteurs, avec leurs sens de rotation inversés annulait les effets de couple et avec cette disposition, les quatre roues étaient motrices. Le refroidissement était assuré par de la glace contenue dans un réservoir d'environ 340 litres. L'essieu arrière était rigide, les roues avant étaient indépendantes et seul l'essieu avant était équipé d'un différentiel. Les transmissions étaient sans embrayage, mais équipées d'une roue libre. Afin de palier la tendance des moteurs à caler lors des changements de vitesse, puisqu'ils n'étaient plus reliés aux roues pendant cette phase, un dispositif d'entraînement complémentaire entraîné par courroie avait été ajouté aux boîtes.

- un Lion VII A de 500 CV équipait aussi la machine Napier-Campbell (Bluebird) de Sir Malcolm Campbell qui obtint un record de vitesse sur un mile dans les deux directions, en février 1927, à Pendine, Carmarthen Bay, pays de Galles. La vitesse atteinte était d'environ 280 km/h (174 mph).



Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresMoteurs à pistonsMoteurs à pistons