Handley page-Herald

Handley Page O/100

Handley page-O/400

Vue d'un bombardier O/100 (photo : Jane's fighting aircraft of World War I John W.R.Taylor) Photographie d'un bombardier biplan O/100 prise sur un aérodrome italien. La vue donne une bonne idée de la taille de la machine.

En décembre 1914, l'Air Department of the Admiralty (Service aéronautique de l'Amirauté), confirma, en en écrivant les spécifications, une demande pour un bombardier à long rayon d'action capable d'atteindre l'Allemagne. Cet appareil de type biplace devait être capable de voler à au moins 75 mph (environ 120 km/h), en emportant une charge minimale de six bombes de 112 livres (environ 51 kg). En mars 1915, quarante machines de ce type furent commandées, et le premier exemplaire (1455) vola pour la première fois en décembre 1915.

Le premier Handley Page O/100 (Type O, référence interne H.P.11) devait recevoir des moteurs Beardmore de 120 CV, mais le prototype fut équipé de deux propulseurs Rolls-Royce Eagle II de 250 CV, et ces moteurs furent montés par la suite sur les quarante exemplaires de ce bombardier construits par la maison mère. Six autres machines furent équipées de moteurs Sunbeam Cossack de 320 CV.

Le prototype du O/100 avait une cabine fermée, et était équipé de blindages autour des nacelles des moteurs et en partie avant du fuselage, l'ensemble pesant 1.200 livres (environ 544 kg). Finalement, cet équipement ne fut pas conservé sur les machines de production. La configuration de cet avion était un type biplan avec un fuselage de section rectangulaire et des ailes d'envergures différentes équipées de trois paires de mâts d'entre plans de chaque côté. L'aile supérieure était rigidifiée aux extrémités par des tirants montés sur des supports, et des ailerons compensés et se prolongeant au-delà du bord de fuite étaient montés sur le plan haut. La queue était de type biplan avec deux gouvernes de direction montées entre les plans. Les moteurs étaient fixés entre les ailes sur des supports métalliques et étaient dotés d'hélices à quatre pales qui tournaient dans des sens opposés afin d'annuler les effets de couple. Les nacelles des propulseurs qui contenaient aussi les réservoirs de carburant se poursuivaient par une longue partie effilée afin d'en réduire la traînée. La construction de la cellule et des plans était principalement faite en bois (épicéa) avec une large utilisation de sections creuses afin de réduire le poids. Egalement, pour pouvoir ranger le grand biplan dans les hangars standard britanniques, les ailes pouvaient être repliées vers l'arrière, le long du fuselage.

Le O/100 dépassait la spécification avec une capacité d'emport, en soute interne, de seize bombes de 112 livres (environ 51 kg) ou huit de 250 livres (environ 113 kg). Il pouvait recevoir un équipage de quatre hommes, avec des postes dotés d'une ou de deux mitrailleuses Lewis en position avant et en position dorsale, cet équipement défensif étant complété d'une cinquième arme de même type tirant vers le bas et vers l'arrière par une trappe aménagée dans le plancher.

Ce grand bombardier fut mis en service dans le Wing No. 3 du R.N.A.S. (Royal Naval Air Service), sur le front Ouest, en novembre 1916. Il équipa par la suite, les Naval Squadrons Nos. 14 et 16, et quelques exemplaires de ce modèle étaient encore en service actif à la fin de la Première Guerre mondiale. Pendant les premiers mois de leur emploi en France, ces biplans furent employés pour des patrouilles maritimes de jour au large des côtes des Flandres, mais en mars/avril 1917, ils commencèrent à être concentrés sur des bombardements de nuit d'installations allemandes majeures, comme des bases de sous-marins, des gares et des centres industriels.

Deux O/100 furent utilisés en Palestine par les forces sous commandement du général Edmund Allenby et de Thomas Edward Lawrence pendant leurs campagnes contre les Turcs. Un autre exemplaire basé à Mudros, dans la mer Egée, prit part à des missions de bombardement sur Constantinople et contre le croiseur de bataille allemand Goeben (classe Moltke). Cette machine fut, en ce temps, pilotée par le Capt. John Alcock, la personne qui réussit ultérieurement un vol transatlantique à bord d'un Vickers Vimy en 1919. Le O/100 fut suivi du plus largement construit O/400.


Source partielle : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson.

O/100               
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 250 CV                      Rolls-Royce Eagle II                              
Envergure/Span 30,48 m    Longueur/Length 19,16 m    Hauteur/Height 6,71 m     Poids total/Weight 6.350 kg       
Vitesse/Speed 155 km/h à 0 m       Plafond/Ceiling 2.130 m    Autonomie/Range 6 heures  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918