Lockheed-P-2 neptune

Lockheed P-38 Lightning

Lockheed-P-3a orion

Vue d'un P-38 Lightning Vue d'un Lockheed P-38 Lightning. Ce chasseur à long rayon d'action fut surnommé par les Allemands 'fork-tailed devil' (Gabelschwanzteufel, diable à queue fourchue, ou encore Doppelschwanz, double queue, Gabelschwanz, queue fourchue).

Si un avion devait être choisi, parmi ceux ayant participé à la Deuxième Guerre mondiale, pour incarner le mieux un chasseur tactique à long rayon d'action réussi, peu d'appareils pourraient être comparés au Lockheed P-38 Lightning. Le travail de conception de cet appareil fut commencé au début de l'année 1937, afin de répondre exactement à une spécification (X-608) de l'U.S.A.A.C. (U.S. Army Air Corps), pour un chasseur bimoteur monoplace à long rayon d'action, doté de performances élevées, et capable de mener des missions tactiques d'interception et d'attaque à haute altitude, en territoire hostile. Le cahier des charges avait aussi été adressé à des constructeurs comme Boeing, North American, Bell, et Grumman, mais le clair vainqueur de la compétition fut le Lockheed Model 22, et en juin 1937, un prototype désigné XP-38 fut commandé. Cette machine (37-457) vola pour la première fois fin janvier 1939, à March Field, Californie, aux mains du pilote Benjamin Scovill Kelsey. Les moteurs étaient des douze cylindres en V à refroidissement liquide, Allison V-1710-11/15 de 1.090 ch à compresseur, entraînant des hélices tripales, et tournant en des sens inverses afin d'éliminer les effets de couple. Le construction était entièrement métallique (acier inoxydable, panneaux en aluminium, emploi intensif de rivets lisses), le cockpit était doté d'une verrière bulbeuse, le train d'atterrissage était de type tricycle, et l'avion était reconnaissable grâce aux deux perches portant les plans de queue et sa nacelle centrale portant le poste de pilotage et l'armement. Les turbo-compresseurs étaient logés dans les perches, avec les tuyaux d'échappement des moteurs exposés sur les parties supérieures de ces éléments. Les ailes hautes étaient dotées de volets à fente Fowler. Cet appareil d'origine fut accidenté à Mitchell Field, Long Island, New York, lors d'un convoyage passant par Wright Field, Ohio, début février 1939, mais il fut cependant suivi en septembre 1940, par le premier d'une petite quinzaine de YP-38 d'évaluation (la lettre Y correspondait à une désignation pour un prototype, alors que celle X était pour un appareil expérimental). Cet avion était équipé de moteurs Allison plus puissants, et son armement était constitué d'un canon de 37 mm, et de quatre mitrailleuses, l'ensemble étant monté dans le nez.

Les premières livraisons du P-38 de production furent effectuées à partir de l'été 1941. Trente appareils de ce type furent fabriqués, et un exemplaire fut modifié, comme XP-38A doté d'une cabine pressurisée. Le modèle suivant de production fut le P-38D, qui fut doté de réservoirs de type auto-obturant, d'un canon Madsen de calibre 23 mm, modifié sur quelques points de la cellule, et fut construit en environ 35 exemplaires. Le nom Lightning fut donné à l'origine par la R.A.F., qui avait passé un ordre d'achat pour le modèle en 1940, mais les livraisons initiales furent réduites à trois Lightning I (dotés de moteurs sans compresseur), et un contrat pour environ 525 Lightning II fut par la suite annulé. Les environ 140 Mk. I restants furent récupérés (comme P-322), par l'U.S.A.A.F, qui acquit également les Mk. II construits pour les Britanniques. De nombreux, parmi ces appareils, furent ultérieurement convertis au standard P-38F ou P-38G.

Pendant ce temps, le choix en propre le l'U.S.A.A.F., le P-38E avait été mis en fabrication. Cette variante fut fabriquée en environ 210 exemplaires, son système hydraulique avait été revu, son armement comprenait un canon de calibre 20 mm en remplacement de l'arme plus lourde, et la capacité en munitions des mitrailleuses, par rapport à un 38-D avait été doublée. La principale amélioration apportée aux modèles F et G, fut une augmentation de la puissance des moteurs, ce qui permettait au Lightning, d'emporter sous les ailes, pour la première fois, jusqu'à 2.000 livres (environ 910 kg) d'armes diverses, ou des réservoirs supplémentaires largables. La production d'environ 540 P-38F, et d'environ 180 P-38G dont les livraisons commencèrent pendant l'année 1942, fut l'annonce d'une expansion marquée du déploiement du Lightning, sur les théâtres de guerre majeurs, en Europe, Afrique du Nord, et dans le Pacifique. Le P-38H présenté en 1943 fut équipé de moteurs plus puissants, et il fut le premier modèle doté d'entrées d'air de refroidissement logées sous les cônes d'hélice. Environ 600 P-38H furent livrés, et la variante suivante, P-38J globalement identique, mais dotée de réservoirs de carburant internes d'une capacité supérieure, fut fabriquée en environ 2.970 exemplaires. Ce dernier modèle, qui pouvait emporter également des réservoirs auxiliaires, avait une autonomie pouvant atteindre douze heures de vol. Un encore plus grand volume de production fut atteint avec le P-38L qui pouvait emporter des roquettes, était équipé de moteurs Allison V1710-111/113 de 1.600 ch, et pouvait atteindre une vitesse d'environ 415 mph (660 km/h). La fabrication de ce modèle assurée par Lockheed atteignit 3.810 exemplaires, et 200 autres machines furent commandées chez Consolidated Vultee, mais cette dernière production fut limitée à environ 110 avions, après que le reste de l'ordre d'achat ait été annulé, à la fin de la guerre du Pacifique.

Des Lightning furent convertis pour assurer d'autres missions que celles initialement prévues, chasseur de nuit P-38M (issu du P-38L, doté d'un radar AN/APS-6 et d'un cockpit surélevé supplémentaire pour un observateur, et construit en environ 75 exemplaires), appareil d'entraînement TP-38L fabriqué en un petit nombre, et appareils sans référence "Droop Snoot", et "Pathfinder" (anciens modèles P-38J ou L). Le Ligthning fut aussi l'appareil de reconnaissance photographique le plus largement employé pendant la Deuxième Guerre mondiale, avec près de 1.400 modèles convertis depuis des P-38E, F, G, H, J, et L, et désignées en service F-4 (quatre appareils de prise de vues dans le nez) ou F-5.

Le P-38 fut construit au total, en environ 10.040 exemplaires. Moins célèbre que le P-51 ou le P-47, il fut cependant l'appareil de deux pilotes américains reconnus, Richard Ira Bong (140 victoires) et Thomas McGuire (38 victoires). Ce fut également des avions faisant partie d'une escadrille de chasseurs à long rayon de ce type, pilotés par Rex Theodore Barber, et Thomas George Lanphier Jr. qui parvinrent à abattre en avril 1943, le bombardier Mitsubishi G4M1 emportant l'amiral Isoroku Yamamoto (1884-1943), qui avait en particulier, organisé et dirigé l'attaque de Pearl Harbor, en décembre 1941. Malgré quelques problèmes initiaux, le P-38 connut aussi le succès en Europe. Egalement, Antoine de Saint-Exupéry ne revint pas d'une mission de reconnaissance photographique en Méditerranée, le 31 juillet 1944. Son avion, un P-38 Lightning F-5 disparut lors du retour (vol Bastia Provence, puis survol de la région Lyon/Grenoble).


Vue d'un P-38J-15-LO Lightning

Vue d'un P-38J-15-LO Lightning (origine : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson) Vue et plan d'un P-38J-15-LO du 55e Fighter Squadron, 20e Fighter Group, U.S. Eighth Air Force (Royaume-Uni, début 1944).

Plan d'un P-38J-15-LO Lightning (origine : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson)

Source partielle : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson.

P-38J-15-LO         
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 1425 ch                     Allison V-1710-89/91                              
Envergure/Span 15,85 m    Longueur/Length 11,53 m    Hauteur/Height 2,99 m     Poids total/Weight 7.940 kg       
Vitesse/Speed 665 km/h à 7620 m    Plafond/Ceiling 13.410 m   Autonomie/Range 1.890 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens