Curtiss-Navy nc-4

Curtiss P-40 Warhawk

Curtiss-R3c-2

Vue d'un P-40M Kittyhawk II (photo : Richard Ferriere) Vue d'un chasseur Curtiss P-40M (Kittyhawk II). Numéro de série 43-5802, cn 27490. Immatriculation G-AS, FR870.

Bien qu'il ne fut pas un appareil de combat remarquable, le Curtiss P-40, qui fut employé par l'U.S.A.A.F. et servit également dans de nombreuses forces alliées sur tous les théâtres opérationnels de la Deuxième Guerre mondiale, fut construit en très grande quantité, et se révéla apte à remplir des missions très diverses. De plus, il eut l'avantage d'être disponible en nombre, quand d'autres modèles plus fameux et plus sophistiqués en étaient encore aux premières étapes de développement ou de production. Sa conception d'origine datait de 1937, et le chasseur était un développement du P-36 (Hawk 75) à moteur radial, doté du nouveau propulseur douze cylindres en V à refroidissement liquide Allison V-1710. Le prototype désigné XP-40, une évolution basée sur la cellule d'un P-36A converti, effectua son vol inaugural en octobre 1938, et en avril 1939, une commande fut passée pour environ 520 P-40 de production (moteur V-1710-33 de 1.040 ch, deux mitrailleuses de capot).

Cet ordre d'achat fut réduit par la suite à 200 machines, afin de permettre à Curtiss de répondre à une commande pour 140 avions identiques, passée par le gouvernement français (désignation Hawk 81A, armement quatre mitrailleuses d'aile de calibre 7,5 mm, instrumentation métrique). En pratique, ces appareils ne furent pas livrés et fournis à la place, à la Royal Air Force en 1940, qui leur attribua la désignation Tomahawk I. A cause de leur faible armement, des mitrailleuses de calibre 7,62 mm (ou Browning de 7,7 mm), la plupart de ces chasseurs furent employés au Moyen-Orient, ou dans des unités de coopération dans le Commonwealth. Le Tomahawk IIA de la R.A.F. (livré en environ 110 exemplaires), correspondait au P-40B de l'U.S.A.A.F. qui en reçut environ 130 exemplaires. Cet appareil avait un armement plus puissant, avec deux mitrailleuses supplémentaires montées dans les plans, des réservoirs de carburant de type auto-obturant, et était équipé d'une protection par blindage. Un centaine de P-40B destinés aux Britanniques, furent finalement livrés à l'American Volunteer Group (Flying Tigers, formation officielle en août 1941, commandement Claire Lee Chennault), en Chine.

Le P-40C fut équipé de deux armes supplémentaires montées dans les ailes, ce qui faisait un armement totalisant six mitrailleuses, ce modèle fut livré en environ 190 exemplaires à l'U.S.A.A.F., et 930 machines de ce type furent fournis à la R.A.F., sous la désignation Tomahawk IIB. La première importante modification de conception fut appliquée sur le P-40D de 1941, qui avait une partie avant plus courte, un fuselage légèrement plus étroit avec un poste de pilotage amélioré doté d'une verrière revue, un radiateur de plus grande taille sous le moteur Allison V-1710-30, et les armes de capot avaient été déplacées dans les ailes. Les quatre mitrailleuses montées dans les ailes était d'un calibre plus important (12,7 mm), et des bombes pouvaient être montées sous le fuselage ou les ailes. Seulement une vingtaine de machines de ce type furent livrés à l'U.S.A.A.F., mais environ 560 exemplaires furent fournis à la R.A.F. qui leur attribua la nouvelle désignation Kittyhawk I. L'armée américaine préféra le P-40E doté de six mitrailleuses montées dans les ailes, ce type fut commandé en 820 exemplaires, et environ 1.500 autres devinrent des Kittyhawk IA. Plusieurs autres furent également fournis à la R.A.A.F. (Royal Australian Air Force), et à la R.C.A.F. (Royal Canadian Air Force).

Le P-40F fut une variante équipée d'un moteur Merlin de construction Packard, construite en environ 1.310 exemplaires. Une centaine de ces machines furent fournies à l'U.R.S.S., et d'autres furent livrés aux Forces Aériennes Françaises Libres (F.A.F.L.), mais les livraisons prévues du P-40F à la Royal Air Force sous la référence Kittyhawk II, ne furent pas réalisées. Cependant les Britanniques reçurent environ 20 P-40K, 600 P-40M (Kittyhawk III), et environ 585 P-40N (Kittyhawk IV). La production pour les américains fut d'environ 1.300 P-40K (plan vertical de queue légèrement plus grand), 700 P-40L (identique au F, mais avec seulement quatre mitrailleuses), et 4.220 P-40N. Le modèle N était doté de quatre mitrailleuses de calibre 12,7 mm, reprenait certains allégements du F et du L, et était équipé d'un moteur Allison V-1710-81 de 1.360 ch. En 1944, de nombreux modèles plus anciens, F et L, dotés de moteurs Merlin, furent équipés de moteurs Allison, et convertis en avion de formation avancée P-40R.

La production assurée par les trois usines de St Louis, Missouri, Buffalo, état de New York, et Columbus, Ohio, fut terminée en décembre 1944, après un total général de fabrication des séries du P-40 atteignant environ 13.740 exemplaires. Ces chasseurs dotés de quatre ou six mitrailleuses, furent exploités par les forces américaines et britanniques, et furent exportées en l'U.R.S.S., dans les Indes Orientales Néerlandaises, au Brésil, au Canada, en l'Australie, et en Nouvelle-Zélande. Le P-40 était agréable à piloter, fiable, robuste, et peu coûteux à construire, mais chaque version de cet appareil était dépassée lorsqu'elle était mise en service actif au front. Néanmoins, ces avions apportèrent une contribution précieuse dans des théâtres d'opérations allant de l'Afrique du Nord au Sud Pacifique, et également en tant que machines d'entraînement, avant que des modèles plus modernes deviennent disponibles.


Vue d'un P-40C Tomahawk IIB (origine : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson) Vue d'un P-40C (Tomahawk IIB) du Squadron No. 112 de la R.A.F., Egypte, automne 1941. Moteur Allison V-1710-33, armement, deux mitrailleuses de 12,7 mm sur le haut du fuselage et deux mitrailleuses de 7,7 mm dans chaque aile.


Plans d'un P-40C Tomahawk IIB (origine : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson)

- En complément, vue du Curtiss P-40N-5-CU Kittyhawk, Little Jeanne, immatriculation F-AZKU. Cet avion était décoré comme le P-40N, immatriculation 2105915, cn 42-105915, piloté par le Lieutenant Robert Warren du 7e Fighter Squadron du 69e Fighter Group de la 5e Air Force en Nouvelle-Guinée. Présentation en vol lors du Salon du Bourget (Paris Air Show 2015).
- Autre complément, vue du même appareil, Curtiss P-40N-5-CU, et détail de la jambe droite du train d'atterrissage principal et de la partie arrière. Salon du Bourget (Paris Air Show 2019).


Source partielle : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson.

P-40C               
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 1040 ch                      Allison V-1710-33                                 
Envergure/Span 11,37 m    Longueur/Length 9,66 m     Hauteur/Height 3,66 m     Poids total/Weight 3.425 kg       
Vitesse/Speed 555 km/h à 4570 m    Plafond/Ceiling 8.990 m    Autonomie/Range 1.175 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens