R.a.f.-B.e.12

R.A.F. B.E.2 (B.E.2a/B.E.2b)

R.a.f.-B.e.2c (b.e.2d)

Vue d'un biplan R.A.F. B.E.2b (origine : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson) Vue et plan d'un biplan de reconnaissance R.A.F. B.E.2b construit par Joucques, Jouques Aviation Works, Willesden, district de Brent, Londres (fin 1916).

Le premier modèle B.E., Blériot Experimental (*), produit par l'Army Aircraft Factory (ancien établissement de recherche Balloon Factory renommé en avril 1911) fut le B.E.1 conçu par Geoffrey de Havilland et F. M. Green dans la seconde partie de 1911. Cet avion biplan biplace à hélice tractrice était supposé être une reconstruction d'un vieux Voisin à hélice propulsive donné par le duc de Westminster au War Office en mai 1911, et gravement accidenté peu de temps après, en juillet de la même année. Le patron de l'Aircraft Factory, Mervyn O'Gorman, obtint l'autorisation de modifier cette machine, et au final, le B.E.1, dont le premier vol fut effectué en janvier 1912 était si remanié, qu'il ne conservait en commun avec le biplan de base, que son moteur Wolseley à refroidissement liquide de 60 CV, propulseur qui fut remplacé par, la suite, par un Renault à refroidissement par air de 60 CV. Le B.E.1, biplan biplace à revêtement entoilé (pilote en place arrière et passager près du centre de gravité, en place avant), servit ultérieurement dans le R.F.C. (Royal Flying Corps), avec le numéro de série officiel 201.

Le B.E.2 qui apparut en février 1912, était un développement de l'appareil précédent doté d'ailes d'envergures identiques non décalées et équipé d'un moteur Renault huit cylindres en V à refroidissement par air de 70 CV entraînant une hélice tractrice. Ce biplan biplace, avec le pilote en place arrière, établit un nouveau record d'altitude britannique, en atteignant, en août 1912, une altitude de 10.560 pieds (environ 3.200 m). Un mois plus tard, cet avion montra sa supériorité, en gagnant, de manière non officielle (Mervyn O'Gorman faisant partie du jury), les Military Trails à Larkhill, Salisbury Plain, Durrington, Wiltshire. Environ trois mois auparavant, une petite commande pour quatre B.E.2 avait été passée chez Vickers, et la première de ces machines fut livrée au R.F.C. en février 1913.

D'autres commandes suivirent, et la plupart des appareils, livrés sous la désignation B.E.2a, furent dotées d'ailes d'envergures différentes, d'un système d'alimentation en carburant modifié et d'un plan arrondi supplémentaire autour du poste avant. Au début de la Première Guerre mondiale, les B.E.2/B.E.2a étaient en service dans trois Squadrons du R.F.C. et au moins, un exemplaire était possédé par le R.N.A.S. (Royal Naval Air Service) en septembre 1913.

Suivant le début de la Première Guerre mondiale, les B.E.2a servirent en France, dans les Squadrons Nos. 2, 4, 6, 8, 9 (Wireless) et 16 du R.F.C. et dans le plus ancien Eastchurch Squadron du R.N.A.S. dans les régions d'Ostende et Dunkerque. Ils furent rejoints par le B.E.2b, qui différait par son plan de profondeur et sa gouverne de direction et avait été modifié au niveau des cockpits et de la partie supérieure de la cellule pour offrir une meilleure protection à l'équipage. La première Victoria Cross aérienne de la guerre fut donnée, à titre posthume, au Lt. William Barnard Rhodes-Moorhouse (26/09/1887-27/04/1915) du Squadron No. 2 du R.F.C. qui, malgré ses blessures, parvint à revenir à ses lignes, après avoir mené avec succès une attaque de bombardement contre la gare de Courtrai, Belgique, fin avril 1915. Un autre officier (Lt. Harvey-Kelly) de la même escadrille No. 2 avait, en août 1914, piloté le premier avion britannique de la guerre à atterrir en France (un B.E.2a, cn 347).

Les B.E.2 du R.N.A.S. furent utilisés assez souvent pour des missions de bombardement, en emportant une seule bombe de 45 kg ou trois plus petites sous le fuselage. Les premiers biplans de ce type n'étaient dotés d'aucune arme défensive, leur seule protection étant les armes personnelles de l'observateur, fusil, revolver. Aussi, les équipages emportaient souvent des balles incendiaires pour tenter de toucher les dirigeables ennemis. Les premiers B.E. furent pratiquement tous mis en opérations en France, mais quelques machines du R.F.C. furent envoyés en Egypte et une ou deux du R.N.A.S. participèrent à la campagne des Dardanelles.

Environ 165 numéros de série pour les B.E.2/2a/2b furent répertoriés, la fabrication étant répartie sur neuf compagnies britanniques. La production fut sûrement plus élevée, mais les listes sauvées ne permettent pas un comptage plus précis. Les dernières livraisons de ces appareils furent faites à la fin de l'automne 1916, mais à ce moment, les biplans de ce type étaient déjà obsolètes depuis au moins un an. Les machines de fin de fabrication et les plus anciennes furent retirées du service en première ligne, cependant, elles furent encore utiles en servant ultérieurement à l'entraînement.


Plans d'un biplan R.A.F. B.E.2b (origine : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson)



* Dans le système de désignation adopté par l'Army Aircraft Factory en novembre 1911, les lettres B.E. correspondaient à Blériot Experimental. Cependant, ce terme indiquait simplement que les modèles B.E. étaient des biplans biplaces à hélice tractrice d'emploi général, leur conception n'ayant plus aucun lien avec le Blériot d'origine. Le terme F.E. fut appliqué à Farman Experimental, R.E. à Reconnaissance Experimental et S.E. à Scout Experimental.

Source partielle : Bombers 1914-1919 - Kenneth Munson.

R.A.F. B.E.2b       
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 70 CV                        Renault                                           
Envergure/Span 10,68 m    Longueur/Length 9,00 m     Hauteur/Height 3,10 m     Poids total/Weight 725 kg         
Vitesse/Speed 110 km/h à 0 m       Plafond/Ceiling 3.050 m    Autonomie/Range 3 heures  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918