Fairey-Gyrodyne

Fairey Rotodyne

Helitec (sikorsky)-S-55t

Vue du Rotodyne (photo : Jane's pocket book 12 Research and experimental aircraft Michael J.H.Taylor) Vue de l'appareil expérimental à décollage vertical Fairey Rotodyne Y (immatriculation XE521, cn F.9429, année 1957).

Le Fairey Rotodyne était basé sur l'expérience acquise avec le Gyrodyne avec un rotor à quatre pales entraîné par réaction (air comprimé et essence) et des moteurs montés sur de courtes ailes. Il répondait à une commande du ministère des l'Approvisionnement (Ministry of Supply) d'août 1953. Le premier vol fut effectué début novembre 1957. Les premiers essais furent effectués avec l'appareil fonctionnant purement comme un hélicoptère, la première transition depuis le vol vertical vers le vol vers l'avant étant réalisé début avril 1958. Pour cette manoeuvre, la puissance fournie par les turbines Eland était totalement transférée du rotor principal à quatre pales vers les hélices tractrices.

En janvier 1959, le premier prototype battit le record du monde de vitesse en circuit fermé sur 100 km en hélicoptère à la vitesse de 307 km/h de moyenne, dépassant le précédent record d'environ 80 km/h. Plus tard, cette même année, les ailes furent dotées d'ailerons, leur incidence fut modifiée et les plans verticaux furent aussi révisés. Début février 1960, le prototype XE521 repris des essais avec l'ajout d'un aileron central, des échappements raccourcis et un pylône de rotor entièrement caréné.

Le prototype avait été conçu pour transporter quarante passagers avec trois hommes d'équipage. Quand Westland acquit Fairey Aviation, cette société abandonna son propre projet de grand hélicoptère, le Westminster, en faveur du Rotodyne pour lequel le gouvernement consentit une aide de quatre millions de livres, afin de soutenir le développement d'une version agrandie de production standard. Cette machine fut désignée Rotodyne Z (le prototype devenant Rotodyne Y), elle était prévue pour transporter de 57 à 75 passagers ou 8.165 kg de fret dans un fuselage d'une longueur de 21,16 m, avec une vitesse de croisière de 370 km/h, les moteurs prévus étant des Rolls-Royce Tyne de 5.250 CV.

La compagnie canadienne Okanagan avait commandé de manière provisoire un exemplaire en 1958 et Indies Air de Puerto Rico avait montré un intérêt pour ce modèle en 1961. Mais les clients potentiels les plus importants étaient BEA, British European Airways et New York Airways qui avaient déclaré leur intention de passer commande pour respectivement, six et cinq machines, avec une option pour arriver à une flotte de vingt appareils pour chaque compagnie. Le Rotodyne Z intéressait aussi les militaires, en version avec fuselage avec section transversale capable de charger les véhicules standard de l'armée britannique, une fonctionnalité, par ailleurs, pouvant intéresser les transporteurs civils de véhicules.

Fin 1960, il fut demandé à Westland une proposition pour la construction de six Rotodynes civils pour BEA et douze transports de troupe et matériel pour la R.A.F. Mais quand la compagnie annula sa commande et que en parallèle, le gouvernement refusa de contribuer davantage au développement de l'appareil, la société Westland abandonna le projet en février 1962 et le Rotodyne Z ne fut pas construit.

Malgré le fait que le manque de confiance dans cet appareil fut la cause principale de l'arrêt du projet, un facteur qui l'influença fut la publicité disproportionnée donnée au bruit généré par les embouts à réaction, dont il était dit qu'ils interdisaient un usage en centre ville. En pratique, bien avant que l'appareil soit abandonné, le bruit avait été réduit avec succès à un nouveau moindre que celui des trains du Métro de Londres, nuisance acceptée par de nombreux passagers. Il avait aussi été estimé que ce bruit pouvait être encore abaissé, à un niveau de 95 décibels à une distance de 200 m, soit plus de dix décibels plus bas que le standard considéré comme acceptable pour les avions de ligne des années 1970.

En opération, les moteurs du Rotodyne étaient couplés aux compresseurs qui fournissaient l'air nécessaire à la rotation du rotor. Cette machine pouvait voler comme un hélicoptère classique, avec seulement le rotor en fonction, ou en autogire avec uniquement la traction des hélices. En pratique le rotor était utilisé au décollage et à l'atterrissage et était en autorotation en vol.


Source partielle : site web Wikipedia.

ROTODYNE Y          
Moteurs(s)/Engine(s)   2 turbines de 3000 CV                              Napier Eland N.E.L.3                              
Diamètre rotor/Rotor diameter 27,43 m    Longueur/Length 17,88 m    Hauteur/Height 6,76 m     Poids total/Weight 14.970 kg      
Vitesse/Speed 295 km/h             Plafond/Ceiling            Autonomie/Range 725 km    


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresHélicoptèresHélicoptères