Siemens-schuckert-E.i

Siemens-Schuckert R.I

Sikorsky-Bolshoi

Vue d'un bombardier Siemens-Schuckert R.I (photo : Jane's fighting aircraft of World War I John W.R.Taylor) Vue d'un bombardier biplan Siemens-Schuckert R.I. La photo montre un premier type du grand avion Siemens-Schuckert de type R, qui vola à partir de l'année 1915. Les moteurs à refroidissement liquide étaient logés dans le fuselage et les deux hélices étaient entraînées par une transmission comprenant embrayages, boîtes de vitesse et arbres de liaison.

Le biplan Siemens-Schuckert R.I était un bombardier allemand de type R, Riesenflugzeug (avion géant) ayant la particularité d'avoir ses trois moteurs montés en interne, dans la cellule. Cet appareil fut commandé initialement sous la désignation G.I (Grossflugzeug, Grosskampfflugzeug), avant que la classification R ait été adoptée fin 1915 pour les avions à plusieurs moteurs par l'Idflieg (Inspektion der Fliegertruppen). Ce grand appareil fut aussi référencé selon certaines sources, comme Siemens-Schuckert Steffen R.I, en incluant le nom de ses concepteurs, les frères Bruno et Franz Steffen.

Le R.I était un large biplan avec des ailes non étagées, d'envergures inégales, et comprenant trois paires de mâts d'entre plans de chaque côté. La cabine était surélevée et complètement fermée, et les trois propulseurs Benz Bz.III, montés longitudinalement dans le fuselage (un en partie avant, transmission vers l'arrière et deux montés côte à côte en partie arrière, transmission vers l'avant, avec les boîtiers de liaison entre les deux groupes) entraînaient les deux hélices tractrices via une transmission comprenant embrayages, boîtes de vitesse, arbres de liaison et renvois. Les deux hélices bipales étaient montées au niveau des mâts les plus proches de la cellule. Le train principal était constitué des deux groupes comprenant deux roues, et l'élément de queue était également formé de deux roues. La partie arrière du fuselage était assez particulière, puisque constituée de deux parties triangulaires symétriques laissant une partie vide au milieu, ce qui devait améliorer la visibilité pour le tir vers l'arrière. La structure de ce bombardier était en bois avec des tirants de renfort et le revêtement était entoilé. L'équipage était formé de quatre personnes, l'armement défensif était constitué d'une mitrailleuse de calibre 7,92 mm et la charge de bombes pouvait atteindre 500 kg (1.100 livres).

Les concepteurs Bruno et Franz Steffen pilotèrent eux-mêmes leur appareil lors des premiers essais effectués fin mai 1915. Ce vol fut écourté à cause d'une surchauffe des boîtes de vitesse, et d'autres défauts comme d'excessives vibrations dans les transmissions furent détectés lors des essais suivants. Après modifications, le R.I était prêt, en juin 1915, pour passer les épreuves d'acceptation demandées par l'armée. Le pilote Bruno Steffen effectua un premier vol, avec les trois personnes de l'inspection (plus quelques passagers), de Neumünster (Schleswig-Holstein) vers le terrain d'aviation de Döberitz (ville proche de Spandau, Berlin), puis plus d'une vingtaine de vols d'essais furent réalisés avec succès sur ce dernier terrain, et l'appareil fut accepté par les autorités fin juillet 1915.

En octobre 1915, le grand biplan fut mis en service dans la Flieger Abteilung 31 (Feldflieger Abteilungen, unités de reconnaissance), sur le front Est, à Slonim (maintenant en Biélorussie). Cependant, une série d'accidents et de défaillances empêchèrent une réelle mise en service opérationnelle, et le grand bombardier fut démonté et renvoyé à Berlin par le train. Bien qu'ayant été endommagé pendant le transport, le R.I fut réparé, puis assigné dans le Riesenflugzeugersatzabteilung (Rea, unité de support des avions géants), comme appareil d'entraînement, à partir de la moitié de l'année 1916 jusqu'à l'année 1918, et peut-être même jusqu'à l'Armistice.

Malgré les difficultés rencontrées avec la conception, l'Idflieg fut suffisamment convaincue par le R.I pour passer commande d'un lot de six machines de ce type fin juin 1915, des moteurs Maybach devant être montés à la place des Benz Bz.III initiaux. Les nouveaux bombardiers devaient être identiques, mais chacun fut développé sous une forme particulière, et les différents modèles furent finalement désignés en séquence de R.II à R.VII. Les moteurs furent des Mercedes D.IVa de 260 CV sur le R.II et le R.VII, alors que les R.III, R.IV, R.V et R.VI furent équipés de Benz Bz.IV de 220 CV.


Vue d'un bombardier biplan Siemens-Schuckert R.I. Vue d'un bombardier Siemens-Schuckert R.I (origine : Encyclopédie des Avions Militaires du Monde - Enzo Angelucci)


- En complément, plan de côté d'un bombardier Siemens-Schuckert R.I montrant la découpe particulière de la partie arrière du fuselage.

Source partielle : site web Wikipedia.

SIEMENS-SCH. R.I    
Moteurs(s)/Engine(s)   3 moteurs à pistons de 150 CV                      Benz Bz.III                                       
Envergure/Span 28,04 m    Longueur/Length 17,48 m    Hauteur/Height 4,90 m     Poids total/Weight 5.400 kg       
Vitesse/Speed 130 km/h             Plafond/Ceiling 3.800 m    Autonomie/Range 4 heures  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions Guerre 1914-1918Avions Guerre 1914-1918