Sopwith-T.1 cuckoo

Sopwith Tabloïd

Sopwith-Tf.2 salamander

Vue d'un Sopwith Tabloïd (photo : magazine Flight, décembre 1913) Vue d'un biplan anglais Sopwith Tabloïd (moteur rotatif Gnome de 80 ch).

Le Tabloïd, sous sa forme originale, avait été conçu par Frederick Sigrist, comme un biplan doté d'un moteur rotatif sept cylindres Gnome Lambda de 80 ch, pouvant recevoir deux personnes placées côte à côte, une configuration assez rare à l'époque. Il avait été conçu pour le fameux pilote de chez Sopwith, Harry George Hawker, et son premier vol avait été effectué fin novembre 1913. Ce biplan avait des ailes d'envergures égales, montées avec un léger décalage, et comprenant une unique paire de mâts d'entre plans de chaque côté. Le contrôle latéral était effectué par gauchissement. Le fuselage de section rectangulaire, était basé de manière classique sur une structure en bois renforcée par des tirants. Le revêtement était en aluminium pour le moteur et la partie avant, et entoilé pour la partie arrière, à partir du cockpit. Les surfaces de contrôle étaient formées d'une structure en tubes, avec un revêtement entoilé, et le train d'atterrissage classique était doté de deux patins recourbés en partie antérieure, montés en avant des roues du train principal, et destinés à éviter un retournement. Une particularité de cet appareil était son capot effilé qui couvrait presque entièrement le moteur rotatif, dont l'air de refroidissement était fourni par deux petites entrées situées en partie avant, et par la partie inférieure non couverte. Le nom Tabloïd avait été inspiré par la forme compacte du biplan (un journal britannique au format tabloïd avait la moitié des dimensions d'un journal traditionnel, soit plié, 11 pouces par 17 pouces).

Le prototype avait effectué son premier vol en 1913, et la machine avait montré ses qualités, en atteignant un peu plus de 90 mph (145 km/h), et en montant, avec un passager, à 1.200 pieds (370 m), en environ une minute. L'autonomie du biplan était également bonne, puisqu'elle atteignait deux heures et demi de vol. Le War Office passa une commande au début de l'année 1914, et un total d'environ quarante machines furent livrés en réponse à la spécification. Ces avions monoplaces furent utilisés pour la reconnaissance et l'observation par le R.F.C. (Royal Flying Corps), et déployés en France au début de la Première Guerre mondiale.

Les qualités du Sopwith Tabloïd en faisaient un bon concurrent pour la Coupe Schneider disputée à Monaco, en 1914. Aussi, une adaptation en hydravion du biplan fut préparée, le moteur étant un plus puissant rotatif Gnome Monosoupape de 100 ch. La machine fut dotée d'un unique flotteur central, mais dans cette configuration, le biplan se retourna dès le démarrage de son moteur, lors des premiers essais de déplacement sur l'eau. De gros efforts furent faits pour remettre en état l'appareil rempli d'eau, et faute de temps, le flotteur central fut coupé en deux parties égales pour former un ensemble à deux flotteurs, complété d'un élément de queue. Après des tests satisfaisants, l'hydravion fut convoyé sur le lieu de la course début d'avril 1914. Le Sopwith Schneider effectua le parcours à la vitesse moyenne d'environ 86 mph (140 km/h), et effectua quelques tours supplémentaires afin d'établir un nouveau record de vitesse pour hydravions, en atteignant 92 mph (150 km/h). Devant la performance effectuée par Charles Howard Pixton, et la vitesse de son hydravion largement supérieure à celle des autres machines engagées, les autres concurrents ne participèrent même pas à la compétition.

La version hydravion (Sopwith Schneider), fut commandée en un peu plus de dix exemplaires en novembre 1914. L'appareil conservait son moteur de 100 ch, mais fut doté par la suite, d'un contrôle latéral par ailerons, et la dérive fut agrandie. Certains exemplaires furent aussi dotés d'une mitrailleuse Lewis de calibre 7,7 mm, tirant au-dessus du champ de l'hélice. Finalement la version hydravion, principalement employée par le Royal Naval Air Service, fut construite en environ 140 exemplaires. Ces avions furent largement employés pendant la première moitié de la Première Guerre mondiale, dans des missions d'observation et de surveillance côtière. Certains furent aussi utilisés pour des missions de bombardement (emport d'une arme de 65 livres, 29 kg, ou jusqu'à cinq de 20 livres, 9,1 kg). On peut citer la mission menée début octobre 1914, avec des avions de ce type basés à Anvers, afin d'attaquer des hangars abritant des dirigeables Zeppelin. La mission fut partiellement réussie avec la destruction du Zeppelin Z IX (LZ 25), à Düsseldorf. Pendant l'année 1915, des missions d'interception de dirigeables allemands furent aussi menées, le départ étant effectué depuis les porte-avions H.M.S. Ben-my-Chree et H.M.S. Engadine. Aussi, début août 1915, un Schneider décolla à l'aide d'un chariot largable, depuis le pont du porte-avions H.M.S. Campania. Un unique chasseur muni de flotteurs fut acquis courant 1915, par le capitaine japonais Shiro Yamauchi, pendant une tournée diplomatique en Angleterre, et cette machine fut nommée Yokosuka Ha-Gō, dans le système de désignation de la marine impériale japonaise. En Russie, le modèle terrestre et l'hydravion furent copiés et fabriqués sans licence sous les désignations Lebed VII et Lebed VIII.


- En complément, plans d'un biplan Sopwith d'origine Tabloïd, et détails de la partie avant, avec le train d'atterrissage principal et le capot couvrant partiellement le moteur rotatif (magazine Flight, décembre 1913).

Source partielle : site web Wikipedia.

SOPWITH TABLOID     
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 100 ch                       Gnome rotatif                                     
Envergure/Span 7,49 m     Longueur/Length 6,95 m     Hauteur/Height 2,60 m     Poids total/Weight 650 kg         
Vitesse/Speed 140 km/h             Plafond/Ceiling            Autonomie/Range                


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions guerre 1914-1918Avions guerre 1914-1918