Yakovlev-Yak-11   moose

Yakovlev Yak-130

Yakovlev-Yak-18   max

Vue d'un Yak-130 (photo : JN Passieux, Salon du Bourget 2013) Vue d'un avion d'entraînement avancé Yakovlev Yak-130 (code OTAN "Mitten"). Immatriculation 134, cn 01-01. Salon du Bourget (Paris Air Show 2013), exposition statique.

Le Yakovlev Yak-130 est un avion bimoteur biplace d'entraînement avancé/avion de combat léger ou avion d'entraînement de combat de première ligne. Dans ce rôle, il est capable de reproduire les caractéristiques des chasseurs de dernière génération comme par exemple, le chasseur Sukhoi T-50 PAK FA. Il est aussi développé en version armée, afin de remplir des missions d'attaque légère ou de reconnaissance, sa capacité d'emport en armes guidées et non guidées, réservoirs complémentaires ou pods électroniques étant de trois tonnes.

Cet appareil à commandes de vol électriques est équipé d'un poste de poste de pilotage entièrement numérique doté d'écrans digitaux. Son avionique numérique à architecture ouverte est conforme à la norme MIL-STD-1553 de description de bus de communication utilisé en avionique militaire (OTAN STANAG 3838). L'équipage peut disposer d'un affichage tête haute et de systèmes de visée montés sur casque et utiliser un système de navigation et de localisation des cibles évolué et précis. Aussi son système de contrôle de vol KSU-130 est programmable selon le type d'appareil à simuler. La structure de cet avion fait appel aux matériaux composites et métalliques légers (alliages d'aluminium, magnésium et lithium plus titane), son train d'atterrissage rétractable est renforcé pour une utilisation sur des pistes peu préparées tandis que les entrées d'air principales peuvent être obturées au profit d'entrées d'air secondaires sur le fuselage pour éviter le risque d'ingestion en utilisation sur des terrains d'aviation difficiles.

Le développement de ce biréacteur subsonique conçu par Yakovlev et Aermacchi commença en 1991 et son premier vol fut effectué en avril 1996. En 2005, cet appareil fut le vainqueur d'un appel d'offres du gouvernement russe pour des avions d'entraînement et en 2009, les premiers exemplaires furent mis en service dans l'armée de l'air russe. En 2014, 77 appareils avait été commandés par Moscou et 27 d'entre eux avait été livrés, la plupart étant affectés à l'école des pilotes de chasse de Borisoglebsk, Oblast de Voronej, école qui devrait également recevoir le reste des commandes en 2015. Une commande complémentaire d'environ 240 machines pourrait être passée afin de remplacer les L-39C Albatros utilisés pour la formation de base sur avion à réaction, mais aussi pour remplacer sur les bases aériennes les chasseurs biplaces MiG-29UB (version biplace d'entraînement "Fulcrum-B") et Su-27UB (version biplace d'entraînement initial "Flanker-C") dont le coût d'heure de vol est bien plus élevé.

A l'export, cet appareil fut commandé à seize exemplaires par l'Algérie dès mars 2006, les livraisons étant toutes effectuées fin 2011. La Libye et la Syrie avaient passé commande pour respectivement 6 exemplaires et 36 exemplaires, mais il est peu probable que les livraisons correspondantes soient réalisées. En décembre 2012, la Biélorussie avait commandé quatre appareils à livrer en 2015 et le Bengladesh avait en mars 2013, l'intention de passer une commande pour 24 avions. Le Yak-130 fut aussi présenté dans de nombreux pays parmi lesquels, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, l'Irak, le Kazakhstan, la Birmanie, le Nicaragua, l'Uruguay et le Viêt Nam.

Malgré le perte d'un appel d'offres russe pour un avion d'attaque au sol susceptible de remplacer les Su-25 "Frogfoot", le développement d'une véritable version armée est poursuivie par les sociétés Yakovlev et Irkout, afin d'obtenir un succès sur le marché à l'export. Le Yak-130 dispose de neuf points d'emport, six sous les ailes, deux aux extrémités des ailes et un sous le fuselage, il peut emporter des missiles air-air courte portée à guidage infrarouge R-73, des bombes guidées KAB-500Kr, des bombes lisses, des roquettes ainsi qu'une nacelle canon NSPU-130 montée en position ventrale dont la précision devrait être accrue avec l'intégration du télémètre laser LD-130. Des capteurs supplémentaires comme un système infrarouge de recherche et poursuite pour la détection air-air OLS-130 et une nacelle de désignation laser pour l'air-sol pourraient être montés. Est aussi envisagée, l'installation d'un radar FK-13O de Phazotron.

Ces nouveaux capteurs permettraient l'emport d'armements plus évolués, missile supersonique optimisé anti-navire et anti-radar, Kh-31, missile air-sol Kh-38M et bombes à guidage laser. Sur cette version largement armée, le moteur pourrait être une version à poussée accrue à 2,8 tonnes du réacteur AI-222, une perche de ravitaillement en vol étant également proposée.


- En complément, vue de l'aile haute et de la jambe droite du train principal.

Source partielle : site web Wikipedia.

Yak-130             
Moteurs(s)/Engine(s)   2 réacteurs de 2500 kgp                            ZMKB Progress AI-222-25                           
Envergure/Span 9,72 m     Longueur/Length 11,49 m    Hauteur/Height 4,76 m     Poids total/Weight 10.290 kg      
Vitesse/Speed 1060 km/h            Plafond/Ceiling 12.500 m   Autonomie/Range 1.600 km  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. modernesAv. mil. modernes