Dassault/dornier-Alphajet

De Havilland 106 Comet 1

De havilland-Comet 4

Départ du Comet G-ALYP vers Johannesburg (photo : Pictorial History of BOAC and Imperial Airways Kenneth Munson - BOAC) Départ d'Heathrow du Comet 1 G-ALYP à destination de Johannesburg lors du vol inaugural début mai 1952.

Le 2 mai 1952 fut une grande date pour BOAC, ce fut la date du voyage inaugural du premier appareil à réaction commercial Comet 1 entre Londres et Johannesburg. La durée du voyage fut de 23h 40min, à comparer aux 32h nécessaires au Hermes ou aux 96h (hors vols de nuit) nécessaires à l'hydravion Solent seulement deux ans auparavant. Le premier vol du prototype aux mains du chef pilote d'essai John Cunningham avait eu lieu en juillet 1949.

L'appareil qui pouvait emporter 36 passagers, fut rapidement un succès. Le service qui introduisait un nouveau concept de fiabilité et de ponctualité fut étendu aux routes vers Ceylan en août, vers Singapour en octobre et vers Tokyo en avril 1953. Tout se passa bien pendant la première année d'exploitation, le nouveau Comet 2 doté de moteurs plus puissants et d'une autonomie meilleure fut mis en production, les études du Comet 3 transatlantique furent lancées.

En mai 1953, l'appareil G-ALYV pris dans un violent orage s'écrasa à Calcutta, huit mois plus tard, en janvier, l'appareil G-ALYP Yoke Peter fut perdu dans un ciel clair vers l'île d'Elbe. Les avions furent interdits de vol, mais les causes des accidents étaient un mystère car les Comet volaient depuis cinq ans et avaient parcouru des distances très importantes. Soixante modifications furent appliquées avant la remise en service, mais en avril 1954, l'appareil G-ALYY utilisé par South African Airways se désintégra en vol au-dessus de Naples. Les Comet furent de nouveau interdits de vol, cette interdiction dura quatre ans.

L'appareil perdu en mer au large de l'île d'Elbe fut localisé et patiemment récupéré par la R.A.F., puis remonté sur un bâti en bois à Farnborough. Dans le même temps, on fit subir à l'avion G-ALYU des tests de fatigue pour simuler les effets de la pressurisation. Le fuselage fut inséré dans un grand réservoir rempli de liquide et soumis à des variations de pression, tandis que les ailes étaient soumises à des efforts de flexion. De plus, le Comet G-ANAV, équipé de nombreux capteurs et jauges fut employé pour des tests en vol. Après la simulation en réservoir d'environ 3000 vols, la structure de la cabine céda d'une manière qui aurait causé la perte de l'avion en vol réel. Un déchirement du à la fatigue du métal s'était produit dans l'angle d'un panneau de hublot. L'examen de l'épave du G-ALYP confirma cette hypothèse. De Havilland mis à profit ces nouvelles connaissances pour appliquer une conception plus évoluée qui permettrait de connaître et d'anticiper ces aspects de fatigue tout au long de la vie opérationnelle d'un avion.

Le successeur du Comet 1 fut le Comet 4 commandé par BOAC à 19 exemplaires et mis en service en octobre 1958.


Vue du caisson de compression hydraulique utilisé à Farnborough pour simuler les effets de la pression atmosphérique sur le fuselage du Comet G-ALYU. Caisson de compression hydraulique à Farnborough (photo : Pictorial History of BOAC and Imperial Airways Kenneth Munson - RAE)


Histoire d'Imperial AirwaysAvions d'Imperial Airways (1923-1954)

COMET 1             
Moteurs(s)/Engine(s)   4 réacteurs de 2290 kgp                            de Havilland Ghost 50                             
Envergure/Span 35,05 m    Longueur/Length 28,35 m    Hauteur/Height 8,65 m     Poids total/Weight 47.630 kg      
Vitesse/Speed 790 km/h             Plafond/Ceiling 10.670 m   Autonomie/Range 2.815 km  


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions civilsAvions civils